Edited, memorised or added to reading list

on 18-Feb-2020 (Tue)

Do you want BuboFlash to help you learning these things? Click here to log in or create user.

#finance #inflation #inflation-derivatives #inflation-derivatives-barcap
significant expected gains to be involved at a time when liquidity was not yet fully established, whereas natural buyers are happy to hold the position to maturity for its intrinsic value, unconcerned by ease or otherwise of exit, and so have become the more significant participants.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




MD -1: VERGİNİN KONUSU MD -6: SAFİ KURUM KAZANCI MD -22: SAFİ KURUM KAZANCI MD -2: MÜKELLEFLER MD -7: KONT. ED. YAB. KUR. KAZ. MD -23: YAB. ULAŞ. KUR. KUR. KAZ. TES. MD -3:TAM VE DAR MÜKELLEFİYET MD -8:İNDİRİLECEK GİDERLER MD -4: MUAFİYETLER MD -9:ZARAR MAHSUBU MD -24: BEYAN ESASI MD -5:İSTİSNALAR
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#probability #probability-random-variables-statistics-and-random-processes
Probability is the measure of chance that an event will occur, and as such finds applications in disciplines that involve uncertainty. Probability theory is extensively used in a host of areas in science, engineering, medicine, and business, to name just a few. As claimed by Pierre-Simon Laplace, a prominent French scholar, probability theory is nothing but common sense reduced to calculation.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#event #experiment #outcome #probability-random-variables-statistics-and-random-processes
An experiment is a measurement procedure or observation process. The outcome is the end result of an experiment, where if one outcome occurs, then no other outcome can occur at the same time. An event is a single outcome or a collection of outcomes of an experiment.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#chance #experiments #outcomes #probability-random-variables-statistics-and-random-processes
In studying probability, we are concerned with experiments, real or conceptual, and their random outcomes. In a random experiment, the outcome is not uniquely determined by the causes and cannot be known in advance, because it is subject to chance.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#probability-random-variables-statistics-and-random-processes #trial
In random experiments, the making of each measurement or observation, i.e. each repetition of the experiment, is called a trial. In independent trials, the observable conditions are the same and the outcome of one trial has no bearing on the other. In other words, the outcome of a trial is independent of the outcomes of the preceding and subsequent trials. For instance, it is reasonable to assume that in coin tossing and dice rolling repeated trials are independent.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#probability-model #probability-random-variables-statistics-and-random-processes #statistical-regularity
A probability model, as a simplified approximation to an actual random experiment, details enough to include all major aspects of the random phenomenon. Probability models are generally based on the fact that averages obtained in long sequences of independent trials of random experiments almost always give rise to the same value. This property, known as statistical regularity, is an experimentally verifiable phenomenon in many cases.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#probability #probability-random-variables-statistics-and-random-processes #relative-frequency-definition
The ratio that represents the number of times a particular event occurs over the number of times the trial has been repeated is defined as the relative frequency of the event. When the number of times the experiment being repeated approaches infinity, the relative frequency of the event, which approaches a limit because of statistical regularity, is called the relative-frequency definition of probability.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#classical-definition #probability #probability-random-variables-statistics-and-random-processes
If outcomes are equally likely, then the probability of an event is equal to the number of outcomes that the event can have divided by the total number of possible outcomes in a random experiment. This probability, known as the classical definition of probability, is determined a priori without actually carrying out the random experiment.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#elements #members #probability-random-variables-statistics-and-random-processes #set
A set is a collection of objects or things, which are called elements or members.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#probability-random-variables-statistics-and-random-processes #set-builder-notation #set-roster-method
It is essential to have a clear definition of a set either by using the set roster method, that is listing all its elements between curly brackets, such as \(\{3, 6, 9\}\), or by using the set builder notation, that is describing some property held only by all members of the set, such as \(\{x | x\textrm{ is a positive integer less than 10 that is a multiple of 3}\}\).
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5025622527244] #Venn-diagrams #has-images #probability-random-variables-statistics-and-random-processes
We use Venn diagrams, as shown in Figure 1.2, to pictorially illustrate an important collection of widely known sets and their logical relationships through geometric intuition.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#cartesian-product #probability-random-variables-statistics-and-random-processes
Given two sets of \(A\) and \(B\), the Cartesian product of \(A\) and \(B\), denoted by \(A \times B\) and read as A cross \(B\), is the set of all ordered pairs \((a, b)\), where \(a \in A\) and \(b \in B\).
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#power-set #probability-random-variables-statistics-and-random-processes
The set of all subsets of a set \(A\), which also includes the empty set \(\emptyset\) and the set \(A\) itself, is called the power set of \(A\).
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#intersection #probability-random-variables-statistics-and-random-processes #set #subset #union
The union and intersection operations can be repeated for an arbitrary number of sets. Thus, the union of \(n\) sets is the set of all elements that are in at least one of the \(n\) sets and the intersection of \(n\) sets is the set of all elements that are shared by all \(n\) sets. The intersection of \(n\) sets is a subset of each of the \(n\) sets, and in turn, each of the \(n\) sets is a subset of the union of \(n\) sets.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#principle-of-inclusion-exclusion #probability-random-variables-statistics-and-random-processes

It is important to note that a set \(A\) is a collection of \(n\) mutually exclusive subsets of \(A\),i.e. \(A_1 , A_2 , \ldots , A_n\) , whose union equals \(A\),where \(n\) is a positive integer. The cardinality of a union of two finite sets \(A\) and \(B\) can be found using the principle of inclusion–exclusion,i.e.wehave

\(\left\vert A \cup B \right\vert \triangleq \left\vert A \right\vert + \left\vert B \right\vert - \left\vert A \cap B \right\vert \tag{1.1g}\)

Note that \( \left\vert A \right\vert + \left\vert B \right\vert\) counts each element that is in set \(A\), but not in set \(B\) once, and in set \(B\), but not in set \(A\) once, and each element that is in both sets \(A\) and \(B\) exactly twice.The number of elements that is in both \(A\) and \(B\), i.e. \(\left\vert A \cap B \right\vert\), is subtracted from \( \left\vert A \right\vert + \left\vert B \right\vert\) so as to count the elements in the intersection \(\left\vert A \cap B \right\vert\) only once. Note that if \(A\) and \(B\) are mutually exclusive, then we have \(\left\vert A \cup B \right\vert \triangleq \left\vert A \right\vert + \left\vert B \right\vert\).

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#principle-of-duality #probability-random-variables-statistics-and-random-processes
Some basic set operations can be combined to form other sets, as shown in Table 1.1. Due to the principle of duality in set theory, any identity involving sets is also true if we replace unions by intersections, intersections by unions, and sets by their complements. This principle is used when the complements of events are easier to define and specify than the events themselves.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#equally-likely-outcomes #event #probability-random-variables-statistics-and-random-processes #sample-points #sample-space
The sample space \(S\) of a random experiment is defined as the set of all possible outcomes of an experiment. In a random experiment, the outcomes, also known as sample points, are mutually exclusive, i.e. they cannot occur simultaneously. When no single outcome is any more likely than any other, we then have equally likely outcomes. An event is a subset of the sample space of an experiment, i.e. a set of one or more sample points, and the symbol { } is used as shorthand for representing an event.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#discrete-sample-space #probabilities #probability-random-variables-statistics-and-random-processes
When the sample space \(S\) is countable, it is known as a discrete sample space. In a discrete sample space, the probability law for a random experiment can be specified by giving the probabilities of all possible outcomes. With a finite nonempty sample space of equally likely outcomes, the probability of an event that is a subset of the sample space is the ratio of the number of outcomes in the event to the number of outcomes in the sample space.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#dices #discrete-sample-space #outcomes #probability #probability-random-variables-statistics-and-random-processes

Example 1.3

Suppose a pair of fair (ideal) dice is rolled. Determine the probability when the sum of the outcomes is three.

Solution

For mere clarity, it is assumed that one of the two dice is red and the other is green. There are six possible outcomes for the red die and six possible outcomes for the green die. The outcome of one die is independent of the outcome of the other die. In other words, for a specific outcome for the red die, there can be six different outcomes for the green die, and for a specific outcome for the green die, there can be 6 different outcomes for the red die. We therefore have 36 (= 6 × 6) possible outcomes in rolling a pair of dice, and as the dice are fair, we have a total of 36 equally likely outcomes. It is thus a discrete sample space. To have a sum of three, the outcomes must then be a 1 and a 2. But to get a sum of 3, there are two different possible scenarios that include the red die is a 1 and the green die is a 2 or the red die is a 2 and the green die is a 1. Hence, the probability that a sum of three comes up is \(\frac{2}{36} = \frac{1}{18}\) .

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#continuous-sample-space #outcome #probability #probability-random-variables-statistics-and-random-processes
When the sample space \(S\) is uncountably infinite, it is known as a continuous sample space. In a continuous sample space, the probability law for a random experiment specifies a rule for assigning numbers to intervals of the real line. In the case of continuous sample space, an outcome that occurs only once in an infinite number of trials has a zero relative frequency that is the probability that the outcome takes on a specific value is zero. However, this does not imply that it cannot occur, but rather that its occurrence is extremely infrequent, hence zero relative frequency.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#continuous-sample-space #game-of-darts #probability #probability-random-variables-statistics-and-random-processes

Example 1.4

In a game of darts, the dartboard has a radius of 22.5 cm. Consider the sample space is the entire dartboard, it is thus a continuous sample space. Assuming a dart is thrown at random and lands on the board, determine the probability that it lands in a region within 7.5 cm from the center of the board, and the probability that the dart lands exactly at the center of the board.

Solution

The total area of the dartboard is \((22.5)^2 \pi\) cm2 .The event of interest, which represents the area of a region within 7.5 cm from the center, is \((7.5)^2 \pi\) cm2 . Hence, the probability of interest is \(\frac{(7.5)^2 \pi}{(22.5)^2 \pi} = \left( \frac{7.5}{22.5} \right)^2 = \left( \frac{1}{3} \right)^2 = \frac{1}{9}\) . Although it is possible that the dart lands exactly at the center of the board, the probability of its occurrence is zero, as the center of the board is one of the infinitely many points that the dart can hit.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5025656081676] #axioms-of-probability #has-images #probability-random-variables-statistics-and-random-processes

Axioms are self-evidently true statements that are unproven, but accepted. Axiomatic probability theory was developed by Andrey N. Kolmogorov, a prominent Russian mathematician, who was the founder of modern probability theory and believed the theory of probability as a mathematical discipline can and should be developed from axioms in exactly the same way as geometry and algebra. In the axiomatic definition of probability, the probability of the event \(A\), denoted by \(P (A)\), in the sample space \(S\) of a random experiment is a real number assigned to \(A\) that satisfies the following axioms of probability:

Axiom I∶ \(P(A) \ge 0\)

Axiom II∶ \(P(S)=1\)

Axiom III∶ If \(A_1 , A_2, \ldots\) is a countable sequence of events such that \(A_i \cap A_j = \emptyset\) for all \(i \neq j\) where \(\emptyset\) is the null event, that is they are pairwise disjoint (mutually exclusive) events, then

\(P \left( A_1 \cup A_2 \cup \ldots \right) = P (A_1) + P (A_2) + \ldots \tag{1.2}\)

Note that these results do not indicate the method of assigning probabilities to the outcomes of an experiment, they merely restrict the way it can be done. These axioms satisfy the intuitive notion of probability. Axiom I of probability highlights that the probability of an event is nonnegative, i.e. chances are always at least zero. AxiomII of probability emphasizes that the probability of all possible outcomes is 1, i.e. the chance that something happens is always 100%. Axiom III of probability underscores that the total probability of a number of disjoint (mutually exclusive) events, i.e. nonoverlapping events, is the sum of the individual probabilities. Figure 1.3 shows the relationship among sample space, events, and probability.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#corollaries-of-probability #probability-random-variables-statistics-and-random-processes

From the three axioms of probability, the following important corollaries of probability can be derived:

(i) \(P(\emptyset) = 0\), where \(\emptyset\) is a null event

(ii) \(P(A)+P(A^c)=1\), where event \(A^c\) is the complement of event \(A\)

(iii) \(P(A) \leq 1\)

(iv) \(P(A)=P(A \cap B)+P(A \cap B^c )\)

(v) \(A \subset B \rightarrow P(A) \leq P(B)\)

(vi) \(P(A \cup B) = P(A) + P(B) − P(A \cap B)\)

(vii) \(P(A \cup B) \leq P(A)+P(B)\) (1.3)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5025669188876] #domain #has-images #probability-random-variables-statistics-and-random-processes #random-variable #range
The outcome of a random experiment may be numerical or descriptive, and the primary interest may not be in the outcome itself, but rather in the numerical attribute of the outcome. In our notation, the name of a random variable is always an uppercase letter, such as \(X\), and the corresponding lowercase letter, such as \(x\), denotes a possible value of the random variable. A random variable \(X\) is a deterministic function that assigns a real number to each outcome in the sample space \(S\), i.e. a mapping from the sample space to the set of real numbers \(R\), \(X:S \rightarrow R\), as shown in Figure 4.1. The sample space \(S\) is the domain of the random variable and the set of all values taken on by the random variable, denoted by \(S_X\), is the range of the random variable.The range \(S_X\) is a subset of all real numbers \(( - \infty, \infty )\). Note that two random variables are said to be equal if and only if the probability of the set of points in the sample space on which they differ has zero probability.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#continuous-random-variable #discrete-random-variable #probability-random-variables-statistics-and-random-processes
During a given time interval, the number of telephone calls received is an example of a discrete random variable, whereas the duration of a call is an example of a continuous random variable. Randomly selecting a nonnegative integer out of a countably infinite list, i.e. {0, 1, 2, …}, is an example of a discrete random variable, whereas randomly selecting a nonnegative real number out of an uncountably infinite list, i.e. [0, ∞), is an example of a continuous random variable.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Éruptions fébriles
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Type d'éruptions

Les termes de « morbilliformes », « scarlatiniformes »… sont désuets et doivent être abandon- nés. Un même agent viral peut parfois être responsable d'éruptions de divers types.

La classification actuelle est plus conforme à la démarche clinique : • exanthèmes érythémateux : scarlatine, syndromes toxiniques streptococcique ou staphylo- coccique, maladie de Kawasaki, toxidermie médicamenteuse ; • exanthèmes maculopapuleux : rougeole, rubéole, exanthème subit, mégalérythème épidémique, infections à entérovirus, maladie de Kawasaki, urticaire, toxidermie médicamenteuse ; • exanthèmes vésiculopustuleux : varicelle (avant tout), HSV, zona, entérovirus (coxsackie virus : syndrome pieds-mains-bouche)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Éruptions fébriles
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Évaluation de la gravité

Rechercher avant tout une urgence diagnostique et thérapeutique :

• purpura fébrile + troubles hémodynamiques = étiologie méningococcique ;

• érythème fébrile + troubles hémodynamiques = syndrome toxinique ; ce tableau, associé à des atteintes multiples d'organe (au moins trois), signe le Toxic Shock Syndrome (TSS) : atteinte digestive (vomissements, diarrhée), musculaire (algies, élévation des CPK), neurologique (désorientation, troubles de conscience), muqueuse (énanthème pharyngé, conjonctival, vaginal), rénale (insuffisance rénale, leucocyturie), hépatique (élévation de la bilirubine, des transaminases), hématologique (thrombo pénie) ; portes d'entrée : cutanée, pharyngée, ostéoarticulaire, pleuropulmonaire… ;

• fièvre > 5 jours : maladie de Kawasaki ; • lésions cutanées érythémateuses circonscrites infiltrées et douloureuses : dermohypodermite bactérienne, fasciite ;

• lésions ulcérées des muqueuses et/ou décollements épidermiques extensifs : Stevens Johnson, syndrome de Lyell, épidermolyse bulleuse staphylococcique (Scalded Skin Syndrome, SSS) ;

• altération de l'état général avec adénopathies, atteinte multiviscérale et anomalies hémato logiques (hyperéosinophilie, hyperlymphocytose) dans un contexte de prise médicamenteuse prolongée : DRESS syndrome (Drug Reaction with Eosinophilia and Systemic Symptoms)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5025679936780]
Éruptions fébriles
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Rougeole
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

La France n'est pas épargnée, avec la survenue d'une épidémie comptant plus de 20 000 cas déclarés entre 2009 et 2011.

Ses complications (rares dans les pays à haut niveau socio économique) sont fréquentes dans les pays en voie de développement, où elles sont un facteur majeur de mortalité et de morbidité infantile.

La maladie est plus sévère avant l'âge de 1 an, chez l'adulte, la femme enceinte et l'immunodéprimé.

L'explication vient d'une couverture vaccinale restée longtemps insuffisante en France (< 90 %), ce qui a créé un réservoir important de sujets non protégés, population qui permet encore une transmission virale interhumaine

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Rougeole
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Rappels d'infectiologie

L'agent causal est un paramyxovirus dénommé morbillivirus.
Les nourrissons sont protégés jusqu'à l'âge de 6 mois par les anticorps maternels.
La maladie confère une immunité durable.
Vaccination antirougeoleuse recommandée pour tous les nourrissons (calendrier 2017) :

• combinée avec les vaccins rubéole et oreillons (vaccination triple ROR) ;

• 1 re dose à l'âge de 12 mois ; • 2 e dose à l'âge de 16–18 mois.

La transmission est directe, par voie aérienne.
L'incubation dure 10 à 12 jours.
La contagiosité est très importante par voie respiratoire, dès la phase d'invasion débutant 5 jours avant l'éruption et jusqu'au 5 e jour après le début de l'éruption.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Rougeole
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Enquête clinique

Arguments anamnestiques en faveur du diagnostic :

• absence d'antécédent de rougeole ou de vaccination antirougeoleuse ;

• contage environ 2 semaines avant l'éruption (période d'incubation + invasion)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Rougeole
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Phase d'invasion (catarrhale ou prééruptive) :

• fièvre élevée ; • catarrhe oculorespiratoire : larmoiement, conjonctivite, rhinorrhée, toux ; • parfois énanthème pathognomonique (en fin de période catarrhale) : signe de Köplik = taches punctiformes blanc bleuté sur une muqueuse jugale inflammatoire (fig. 39.2, voir cahier couleur) ; • durée : 2 à 4 jours.

Phase éruptive :

• début : environ 2 semaines après le contage ;

• exanthème maculopapuleux (fig. 39.3, voir cahier couleur) :

– description : maculopapules non prurigineuses respectant des intervalles de peau saine ; – siège : début derrière les oreilles, puis extension en 24–48 heures vers la face et le reste du corps en direction descendante et en une seule poussée ;

– évolution : régression en 5 à 6 jours ; • fièvre décroissant à la généralisation de l'éruption ; • persistance des signes de la phase d'invasion (conjonctivite, rhinorrhée, toux)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Rougeole
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Complications possibles :

• infectieuses (à évoquer en cas de réascension thermique) :

– bronchite, pneumopathie (diffusion virale de la maladie respiratoire) ;

– surinfections pulmonaires, OMA purulente ;

• neurologiques :

– encéphalite aiguë morbilleuse précoce post éruptive (fréquence 1/1 000) ;

– panencéphalite sclérosante subaiguë de Van Bogaert (PESS) de survenue retardée (en moyenne 5 à 10 ans) après la rougeole (fréquence 1/100 000, 1/6 000 si la rougeole est survenue chez le nourrisson avant 1 an)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Rougeole
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Enquête paraclinique

Le diagnostic de rougeole typique est avant tout clinique.
Comme la rougeole est une maladie à déclaration obligatoire, une confirmation biologique doit être réalisée de manière systématique (fig. 39.4) : diagnostic direct par PCR

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Rougeole
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

* Les anticorps IgM peuvent être détectés depuis l'apparition de l'éruption jusqu'à environ 60 jours après ; ils sont le plus souvent positifs entre + J3 et + J28 dans la salive et le sérum.

** L'ARN viral peut être détecté dans la salive, le nez, la gorge et l'urine d'environ –J5 à + J12. La période de détection optimale dans le sang, la salive, le nez ou la gorge s'étend de l'apparition de l'éruption à + J5

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Rougeole
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Mesures thérapeutiques

L'hospitalisation n'est requise qu'en cas de signes de sévérité.
Le traitement est essentiellement symptomatique :

• traitement de l'état fébrile (paracétamol) ; • antibiothérapie probabiliste (amoxicilline acide clavulanique) en cas de surinfection bacté- rienne (germes cibles : pneumocoque, staphylocoque doré).

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Rougeole
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Mesures préventives

Déclaration obligatoire de la maladie auprès de l'ARS : • signalement sans délai pour enquête autour du cas ; • notification à visée épidémiologique.

Mesures préventives après diagnostic d'un cas de rougeole : • recherche systématique d'autres cas (contaminateur, cas secondaires) ; • vérification du statut vaccinal des sujets contacts ; • mise en place de mesures thérapeutiques préventives

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Rougeole
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

L'éviction de collectivité est requise jusqu'à 5 jours après le début de l'éruption.

Tout contact entre un sujet non immunisé et un sujet infecté contagieux doit être évité. Un sujet contact est une personne ayant été en contact proche (famille, crèche) pendant la période comprise entre 5 jours avant et 5 jours après le début de l'éruption (période de forte contagiosité)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Rougeole
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Terrains particuliers

– Immunodéprimé : Ig polyvalentes IV (dans tous les cas).

– Femme enceinte non vaccinée et sans antécédent de rougeole : Ig polyvalentes IV

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Rougeole
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Sujets d'âge > 1 an et nés depuis 1980

– Non vacciné : 2 doses de ROR (à au moins 1 mois d'intervalle).

– Vacciné avec une seule dose : rattrapage seconde dose

– Déjà vacciné avec 2 doses : aucune mesure

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Rougeole
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Nourrisson âgé de 6 à 11 mois

– 1 dose de vaccin monovalent (rougeole) dans les 72 h après le contage puis 2 doses de vaccin trivalent (ROR) selon le calendrier habituel

– Si délai > 72 h après contact : Ig polyvalentes IV (efficaces dans les 6 jours)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Rougeole
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Nourrisson d'âge < 6 mois

– Si mère immunisée (antécédent de rougeole, vaccinée avec 2 doses) : aucune mesure (sérologie maternelle en urgence si besoin)

– Si mère non immunisée : Ig polyvalentes IV (efficaces dans les 6 jours après le contage)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5025714539788]
Rougeole
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5025723452684]
Rougeole
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Rubéole
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Épidémiologie

Il s'agit d'une maladie virale du jeune enfant le plus souvent bénigne. Elle peut être redoutable pour le fœtus si elle survient avant 18 SA au cours de la grossesse chez une femme non immunisée, en raison d'un risque d'embryofœtopathie sévère ou de rubéole congénitale

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Rubéole
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Rappels d'infectiologie

L'agent causal est un virus à ARN, le rubivirus. Les nourrissons sont protégés jusqu'à l'âge de 6 mois par les anticorps maternels. La maladie confère une immunité durable

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Rubéole
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

La transmission est directe, par voie aérienne (rubéole acquise) ou transplacentaire (rubéole congénitale).

L'incubation dure 15 à 21 jours.

La contagiosité est possible 1 semaine avant et jusqu'à 2 semaines après le début de l'éruption

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Rubéole
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Enquête clinique

Arguments anamnestiques en faveur du diagnostic :
• absence d'antécédent de rubéole ou de vaccination antirubéoleuse ;
• contage 15–20 jours avant l'éruption (rarement retrouvé car maladie peu symptomatique)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Rubéole
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Phase d'invasion :
• fièvre modérée ; • état général conservé ; • absence de catarrhe (en particulier la toux) ; • signes associés possibles : céphalées, courbatures, pharyngite ; • durée : 1 semaine.

Phase éruptive :
• début : 15–20 jours après le contage ; • exanthème maculopapuleux : – description : macules et maculopapules souvent plus pâles et plus petites que celles de la rougeole ; – siège : atteinte de la face puis extension au thorax ; – évolution : une seule poussée sur 72 heures, puis disparition (caractère fugace) ; • fièvre modérée ; • signes associés possibles : splénomégalie, adénopathies occipitales

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Rubéole
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie
Complications possibles : • hématologiques : purpura thrombopénique post éruptif (fréquence 1/3 000) ; • articulaires : arthralgies, arthrites (surtout chez l'adulte) ; • neurologiques : encéphalite, méningo encéphalite (rares).
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Rubéole
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie
Exanthème maculopapuleux précédé d'une phase d'invasion sans catarrhe
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Rubéole
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Enquête paraclinique

Le diagnostic clinique de rubéole est difficile.
La confirmation par IgM spécifiques sériques en phase aiguë (pendant 2 mois) se justifie chez l'enfant dans les formes atypiques ou compliquées et, surtout, en cas de contact avec une femme enceinte non immune

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Mégalérythème épidémique
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Épidémiologie

Il survient par épidémies familiales ou scolaires. L'âge de survenue est 5–14 ans.

Rappels d'infectiologie

L'agent causal est le parvovirus B19. La maladie confère une immunité durable. La transmission est directe, par voie respiratoire. L'incubation dure 6 à 14 jours. La contagiosité est possible durant la phase d'invasion

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Mégalérythème épidémique
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Enquête clinique

Phase d'invasion :

• fièvre modérée ; • état général conservé ; • signes associés : céphalées, myalgies ; • durée : 2 jours

Phase éruptive :

• début : 2 semaines après le contage ;

• exanthème maculopapuleux :

– description : maculopapules puis macules légèrement œdémateuses (en guirlande) ;

– siège : début aux joues (rouges d'aspect souffleté, fig. 39.5, voir cahier couleur) s'atténuant en quelques jours, puis : extension au tronc et aux extrémités (aspect réticulé en carte de géographie) avec fluctuations de 1–3 semaines ;

• autres éruptions possibles : érythème polymorphe, syndrome éruptif en « gants et chaussettes » ;

• fièvre modérée ;

• signes associés : arthralgies, arthrites (rares)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Mégalérythème épidémique
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie
Complications possibles, en cas de survenue sur un terrain particulier : • enfant atteint d'hémolyse chronique (drépanocytose, sphérocytose, thalassémie) : anémie aiguë érythroblastopénique (voir chapitre 23) ; • femme enceinte : anasarque fœtoplacentaire, avortement précoce (premier trimestre de grossesse)
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Mégalérythème épidémique
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Enquête paraclinique

Le diagnostic de mégalérythème épidémique typique est avant tout clinique.
La confirmation biologique (PCR sanguine, IgM spécifiques) se justifie essentiellement en phase aiguë dans les cas de contact avec une femme enceinte ou chez un enfant atteint d'une anémie hémolytique chronique

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Mégalérythème épidémique
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie
Chez un enfant atteint d'hémolyse chronique, une transfusion sanguine est le plus souvent nécessaire et urgente en cas d'anémie aiguë mal tolérée
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Mégalérythème épidémique
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Mesures préventives

L'éviction scolaire n'est pas obligatoire.
Tout contact entre un enfant infecté contagieux et un autre enfant atteint d'anémie hémo lytique chronique ou une femme enceinte non immunisée doit être formellement prohibé. Il n'existe pas à ce jour de vaccin dirigé contre ce virus.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Exanthème subit
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Épidémiologie

Cette pathologie est aussi dénommée sixième maladie, ou « roséole infantile »

C'est une infection quasi ubiquitaire ; 60–90 % des adultes ont des anticorps contre ce virus.

L'âge moyen de survenue est entre 6–24 mois

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Exanthème subit
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Rappels d'infectiologie

Le principal agent en cause est l'herpès virus de type 6 (HHV6), plus rarement de type 7. Les nourrissons sont protégés jusqu'à l'âge de 6 mois par les anticorps maternels. La maladie confère une immunité durable (pour chacun des virus). La transmission est directe, par voie respiratoire. Le contaminateur excrète le virus dans sa salive (récurrence périodique et asymptomatique, car il s'agit d'un virus de groupe des Herpesviridae). L'incubation dure 5 à 15 jours

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Exanthème subit
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Enquête clinique

Phase d'invasion : • fièvre isolée d'apparition brutale, jusqu'à 39–40 °C, bien tolérée ; • chute thermique brutale contemporaine de la sortie de l'éruption cutanée ; • durée variable : en moyenne 3–4 jours.

Phase éruptive : • début : 1 à 7 jours après le début de la fièvre (en moyenne 3 jours) ; • exanthème maculopapuleux : – description : maculopapules pâles (assez semblables à celles de la rubéole) ; – siège : visage et tronc ; – évolution : disparition en 12–24 heures (caractère fugace) ; • apyrexie contemporaine très caractéristique ; • signes associés : adénopathies cervicales (rares).

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Exanthème subit
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie
Complications possibles : • crises fébriles simples (CCH) ; • méningite, méningoencéphalite (rares)
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Exanthème subit
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Enquête paraclinique

Le diagnostic d'exanthème subit typique est avant tout clinique.
La réalisation d'une PCR HHV6 dans le sang se justifie essentiellement pour la confirmation des formes atypiques ou compliquées.
Une leuconeutropénie à J3–J4 peut avoir une valeur d'orientation (non spécifique)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Exanthème subit
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Mesures préventives

L'éviction scolaire n'est pas obligatoire.
La fréquentation d'une collectivité à la phase aiguë de la maladie n'est pas souhaitable.
Aucune mesure prophylactique vis à vis d'éventuels sujets contacts n'est à envisager.
Il n'existe pas à ce jour de vaccin dirigé contre ce virus.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Mononucléose infectieuse
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Épidémiologie

La mononucléose infectieuse (MNI) est la primo infection symptomatique par le virus d'Eps- tein Barr (EBV).
Il s'agit d'une infection fréquente ; 80 % des adultes ont des anticorps IgG de type anti VCA et anti EBNA persistant toute la vie, traduisant une primo infection ancienne le plus souvent asymptomatique.

L'éruption fébrile n'est qu'un signe clinique de la maladie.

L'âge classique de la description de la maladie est l'adolescence, mais elle peut être observée à tout âge, en particulier chez le nourrisson où elle se manifeste souvent par une fièvre pro- longée, parfois isolée.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Mononucléose infectieuse
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Rappels d'infectiologie

L'agent causal est l'herpès virus de type 5, ou EBV (virus d'Epstein Barr).
La maladie confère une immunité durable. Les récurrences symptomatiques cliniques n'existent que chez l'immunodéprimé.
La transmission est interhumaine par voie salivaire (contacts rapprochés ou jouets sucés).
L'incubation est longue, durant entre 30 et 50 jours. La contagiosité est faible et sa durée après contamination inconnue (plusieurs mois)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Mononucléose infectieuse
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Enquête clinique

Arguments anamnestiques en faveur du diagnostic : • absence d'antécédent de MNI ; • contage 30 à 50 jours avant les symptômes.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Mononucléose infectieuse
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Symptomatologie habituelle (hors éruption) :

• fièvre d'intensité variable ; • asthénie profonde ;

• angine :

– érythématopultacée ou pseudo membraneuse (avec respect de la luette) ;

– ± accompagnée d'un purpura du voile du palais, d'un œdème de luette ;

• signes associés : – volumineuses adénopathies cervicales bilatérales, œdème des paupières ; – splénomégalie (50 %)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Mononucléose infectieuse
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Sémiologie dermatologique variable :

• exanthème polymorphe maculopapuleux ou papulovésiculeux souvent discret ;

• éruption classiquement favorisée par la prise d'ampicilline, moins fréquemment par celle d'amoxicilline (souvent prescrite comme traitement de l'angine)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Mononucléose infectieuse
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Autres manifestations possibles :

• hépatiques : hépatite cytolytique (fréquente, le plus souvent uniquement biologique) ;

• hématologiques (rares) : anémie hémolytique et thrombopénie auto immunes ;

• neurologiques (rares) : méningite lymphocytaire, méningo encéphalite, polyradiculonévrite aiguë ;

• ORL : obstruction aiguë des voies aériennes supérieures (liée à l'hypertrophie amygdalienne)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Mononucléose infectieuse
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie
Tableau d'angine avec splénomégalie → évoquer une MNI
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Mononucléose infectieuse
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Enquête paraclinique

La confirmation diagnostique nécessite la réalisation d'examens complémentaires.

Examens de routine pouvant avoir une valeur d'orientation : • NFS : syndrome mononucléosique (souvent mis en défaut chez le jeune enfant) ; • bilan hépatique : élévation modérée des transaminases (quasi constante) ; • CRP augmentée.

Examens biologiques de confirmation : sérologie EBV (recherche d'anticorps spécifiques) :
• primo infection : IgM anti VCA (+) et IgG anti EBNA (–) ;
• infection ancienne : IgM anti VCA (–) et IgG anti EBNA (+)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Scarlatine
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Rappels d'infectiologie

Le SGA est sécréteur d'une toxine dite érythrogène. La scarlatine constitue la forme bénigne d'une infection toxinique, les formes plus sévères et parfois réanimatoires constituant le Toxic Shock Syndrome (TSS).

La bactérie est ainsi responsable le plus souvent d'angine, parfois d'atteinte cutanée et, plus rarement, d'atteinte respiratoire ou ostéoarticulaire.

La maladie confère une immunité durable (pour un même type toxinique).

La transmission est directe en cas d'angine, par voie aérienne. L'incubation dure 3–5 jours. La contagiosité est possible durant la période d'invasion et dans les 48 heures suivant le début de l'antibiothérapie

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Scarlatine
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Phase d'invasion :

• durée : 24 heures ; • fièvre élevée à 39–40 °C avec frissons ; • angine érythémateuse avec : – dysphagie et tuméfaction amygdalienne importantes ; – douleurs abdominales et vomissements ; • signes associés : adénopathies sous angulo maxillaires

Phase éruptive :

• début : 24 heures après la phase d'invasion ;

• énanthème (fig. 39.6, voir cahier couleur) :

– amygdales tuméfiées et inflammatoires pendant 4–6 jours ;

– glossite : langue d'abord saburrale (enduit épais blanc), puis dépapillation (perte de l'enduit blanchâtre qui la recouvre) survenant de la périphérie vers le centre de la langue, réalisant un aspect dit de « V lingual » puis laissant un aspect rugueux dit « framboisé » à J6 (glossite exfoliatrice), puis régression en 1 semaine ;

• exanthème (fig. 39.7, voir cahier couleur) :

– description : vastes nappes rouge vif uniformes congestives sans intervalles de peau saine, sensation de granité à la palpation ;

– siège : prédominance aux plis de flexion, puis extension en 24 heures à la partie inférieure de l'abdomen et aux extrémités (respect des paumes et plantes), au visage (respect de la région péribuccale) ;

– évolution : régression dès J6, desquamation post éruptive « en doigt de gant » des extrémités

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Scarlatine
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie
Angine avec vomissements, glossite et exanthème avec granité
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Scarlatine
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Enquête paraclinique

Le diagnostic de scarlatine typique est avant tout clinique.
Le test de diagnostic rapide (TDR) du streptocoque A, avant le début de toute antibiothérapie, permet de confirmer immédiatement l'origine streptococcique de cette éruption fébrile.

L'élévation des ASLO (anti streptolysines) est tardive (10–15 jours) et inconstante. Leur dosage est inutile en phase aiguë pour le diagnostic. Elles sont fréquemment élevées chez les enfants sains et ont peu de signification diagnostique en pratique

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Scarlatine
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Mesures thérapeutiques

La prise en charge thérapeutique est identique à celle de l'angine bactérienne.

L'antibiothérapie recommandée en première intention est l'amoxicilline 50 mg/kg par jour en deux prises pendant 6 jours per os. La prise en charge est ambulatoire.

Aucun suivi particulier n'est nécessaire, en particulier aucune recherche d'une hématurie/protéinurie à distance

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Scarlatine
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Mesures préventives

L'éviction de collectivité est requise jusqu'à 48 heures après le début du traitement antibiotique par amoxicilline.

La recherche du SGA dans l'entourage immédiat par prélèvement pharyngé est inutile. Son éradication est en effet difficile (réplication lente intracellulaire). Seul le traitement antibiotique précoce de l'enfant malade permet la réduction du portage et donc celle du risque de transmission à l'entourage.

Une antibioprophylaxie orale de l'entourage ne se discute que chez les sujets ayant des facteurs de risque d'infection invasive : âge > 65 ans, varicelle évolutive, lésions cutanées étendues (dont les brûlures), toxicomanie IV, pathologie évolutive (diabète, cancer, hémo pathie, VIH, insuffisance cardiaque), traitements prolongés et à doses élevées par corticoïdes

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Maladie de Kawasaki
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Épidémiologie

La maladie de Kawasaki, ou syndrome adéno-cutanéo-muqueux fébrile, se présente comme une vascularite aiguë multisystémique.

Elle a été décrite dans le monde entier, mais demeure la plus fréquente dans les populations asiatiques et en particulier au Japon.

La majorité des enfants atteints est âgée de moins de 5 ans, avec un pic d'incidence vers l'âge de 1 an

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Maladie de Kawasaki
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Diagnostic de forme typique :

• fièvre de durée ≥ 5 jours (critère constant indispensable) ;

• et ≥ 4 critères parmi les 5 autres critères majeurs (tableau 39.2)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Autres signes évocateurs :

• une hyperirritabilité chez un enfant difficilement examinable (signe quasi constant) ;

• une réactivation (induration) de la cicatrice de vaccination par le BCG chez le nourrisson (considérée au Japon comme un signe très précoce et spécifique de la maladie)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Maladie de Kawasaki
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Atteintes d'organes possibles (atteinte inflammatoire multisystémique) :

• articulaires : arthralgies ou arthrites de topographie diverse ; • oculaires : uvéite, rétinite ; • digestives : vomissements, douleurs abdominales ; • hépatobiliaires : hépatite cytolytique, hydrocholécyste (caractéristique), ictère ; • pulmonaires (rares) : nodules et infiltrats, atteintes pleurales ; • neurologiques : agitation, troubles du comportement, méningite lymphocytaire, encépha- lite avec convulsions, troubles de la conscience voire coma

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Maladie de Kawasaki
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Formes incomplètes de la maladie de Kawasaki :

• fièvre isolée et élevée ;

• nombre limité de critères majeurs de la maladie ;

• existence éventuelle d'une complication cardiaque

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Maladie de Kawasaki
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie
Fièvre ≥ 5 jours : toujours évoquer la maladie de Kawasaki
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Maladie de Kawasaki
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Enquête paraclinique

Le diagnostic de maladie de Kawasaki est avant tout clinique. Il n'existe aucun marqueur biologique inflammatoire spécifique du diagnostic

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Maladie de Kawasaki
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie
L'augmentation de la VS et de la CRP est quasi constante.
Une hyperleucocytose initiale, une anémie inflammatoire et une hyperplaquettose (tardive) sont fréquemment associées.
Une leucocyturie amicrobienne est quasi constante et évocatrice
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Maladie de Kawasaki
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Diagnostic des complications

Les complications sont avant tout cardiovasculaires :
• initialement : myocardite, péricardite ;
• secondairement : anévrismes coronariens.

Elles font la gravité de la maladie de Kawasaki. Leur diagnostic doit être précisé le plus précocement possible par une échographie cardiaque transthoracique systématique, dont la spécificité est élevée pour la détection des anévrismes au niveau des troncs coronaires proximaux. Une dilatation sans perte de parallélisme des bords de la coronaire, une irrégularité de la lumière vasculaire, une hyperéchogénicité des parois du vaisseau peuvent témoigner d'une atteinte coronarienne débutante

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Maladie de Kawasaki
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Mesures thérapeutiques

L'hospitalisation est systématique en phase aiguë. Elle permet une prise en charge thérapeutique optimale ainsi que la surveillance, le dépistage et un traitement des formes graves avec myocardite précoce.

Le seul traitement consensuel est l'administration d'immunoglobulines polyvalentes IV, avec pour objectif de stopper le processus inflammatoire et prévenir les atteintes cardiaques.
L'aspirine (acide acétylsalicylique) est habituellement prescrite en phase aiguë à dose anti inflammatoire. Elle est poursuivie à faibles doses (antiplaquettaires), en particulier pendant la phase d'hyperplaquettose, pour une durée minimale de 6 à 8 semaines, et en cas de lésions coronariennes.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5025849019660]
Maladie de Kawasaki
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Épidémiologie

La varicelle est la primo infection par le VZV. Il s'agit d'une maladie fréquente, avec 600 000 à 700 000 cas par an en France, dont 90 % des cas surviennent avant l'âge de 10 ans (âge moyen : 4 ans).
Elle est susceptible d'être plus sévère avant l'âge de 1 an et à l'âge adulte, ainsi que chez les femmes enceintes et les immunodéprimés

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Rappels d'infectiologie

L'agent causal est l'herpès virus type 3 ou VZV (virus zona varicelle).

Les nouveau nés sont protégés jusqu'à l'âge de 3–6 mois par les anticorps maternels.
La maladie confère une immunité durable (une seconde varicelle est exceptionnelle).
Un zona est l'expression clinique d'une réactivation possible du VZV.

La transmission est directe par les lésions cutanéomuqueuses, mais aussi possible par voie respiratoire pendant les 24–48 heures précédant le début de l'éruption.

L'incubation dure 14 jours en moyenne.
La contagiosité débute 1 à 2 jours avant l'apparition des vésicules et se poursuit au minimum pendant 7 jours, jusqu'à la transformation croûteuse de toutes les vésicules

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Enquête clinique

Arguments anamnestiques en faveur du diagnostic : • absence d'antécédent de varicelle (ou de vaccination antivaricelleuse) ; • contage 2 semaines avant l'éruption

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Phase d'invasion :

• durée : 2 jours ; • fébricule modérée ; • rash scarlatiniforme fugace prééruptif (rare).

Phase éruptive :

• début : environ 2 semaines après le contage ; • exanthème (fig. 39.9, voir cahier couleur) : – description : lésion élémentaire vésiculeuse (éléments de consistance molle, bordés d'une auréole rouge : gouttes de rosée sur une peau saine) puis devenant croûteuse et prurigineuse de J4 à J10 ; – siège : diffus, y compris dans le cuir chevelu ; – évolution : deux à trois poussées successives (d'où la coexistence d'éléments d'âges différents), puis chute des croûtes à J10 ;

• fièvre en général modérée ; • signes associés : énanthème buccal érosif (inconstant), micropolyadénopathies

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie
Des complications surviennent dans 3 à 5 % des cas. Les surinfections bactériennes sont les plus fréquentes des complications. Les principaux agents infectieux en cause sont : Staphylococcus aureus et Streptococcus pyogenes (streptocoque du groupe A, SGA)
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie
Surinfections bactériennes : • cutanées : – impétigo, dermohypodermites, fasciite nécrosante (fig. 39.10, voir cahier couleur) ; – abcès, lésions nécrotiques, syndrome de la peau ébouillantée (toxine exfoliante) ; • surinfections d'autres organes : – infections pleuropulmonaires ; – suppurations ostéoarticulaires ; – syndromes toxiniques (TSS) streptococciques et staphylococciques
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie
Autres complications : • neurologiques : – crises fébriles ; – cérébellite (la plus fréquente), encéphalite, névrite, thrombose vasculaire cérébrale ; • syndrome de Reye (en cas de prise d'aspirine) ; • respiratoires : poumon varicelleux ; • hématologiques : purpura thrombopénique post éruptif ; • hépatiques : hépatite aiguë
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Les formes graves concernent le plus souvent les enfants immunodéprimés. Les lésions sont alors profuses, volontiers hémorragiques, et s'accompagnent de lésions vis- cérales dans 30–50 % des cas (pulmonaires, hépatiques, méningo encéphaliques) avec CIVD. L'actualité conduit à montrer qu'elles peuvent aussi concerner les enfants immunocompétents.

Les facteurs de risque de varicelle sévère sont : • l'âge : nourrissons âgés de moins de 1 an, adolescents et adultes ; • la prise d'AINS ; • la contamination intrafamiliale (inoculum massif et répété pouvant donner des formes pro- fuses et très fébriles)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Enquête paraclinique

Le diagnostic de varicelle typique est avant tout clinique. La réalisation d'examens complémentaires de confirmation ne se justifie que dans les formes sévères (terrains à risque) ou compliquées.

Examens biologiques de confirmation possibles : • PCR spécifique VZV ; • IgM spécifiques sériques en phase aiguë

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie
Indications de traitement par aciclovir IV au cours de la varicelle de l'enfant : • immunodéprimés ; • formes graves avant l'âge de 1 an ; • varicelle compliquée (en particulier pneumopathie varicelleuse) ; • varicelle néonatale ; nouveau né avant toute éruption en cas de varicelle maternelle entre J–5 et J + 2 de l'accouchement
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Mesures thérapeutiques

Le traitement de la varicelle usuelle est ambulatoire et symptomatique : • traitement des lésions cutanées prurigineuses : – ongles coupés courts, solution antiseptique (pas de topiques) ; – antihistaminiques (si prurit important) ; • traitement de l'état fébrile : – mesures physiques, paracétamol per os ; – contre indication des AINS (aspirine et ibuprofène) ; • antibiothérapie probabiliste adaptée en cas de surinfection bactérienne patente ou suspecte : – active contre les staphylocoques dorés communautaires (sensibles à la méticilline dans plus de 95 % des cas) et les SGA ; – exemple : association amoxicilline + acide clavulanique.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Varicelle

Les formes sévères ou compliquées nécessitent un traitement spécifique en hospitalisation :

• traitement antiviral par aciclovir IV (pas d'indication de la forme orale au cours de la vari- celle simple de l'enfant) ;
• en cas de surinfection bactérienne sévère toxinique, l'antibiothérapie repose sur l'amoxicilline + acide clavulanique IV, auquel il faut systématiquement ajouter la clindamycine IV (pour son action antitoxinique) pendant les premiers jours de traitement

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

La vaccination universelle de l'enfant n'est pas recommandée en France.

Le vaccin varicelle zona est un vaccin vivant atténué, autorisé à partir de l'âge de 1 an et contre indiqué chez la femme enceinte et l'immunodéprimé. Le schéma vaccinal comporte deux doses, espacées d'au minimum 1 mois

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie
En hospitalisation, l'enfant atteint doit être isolé (mesures de protection : gants, masque)
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Mesures préventives

La fréquentation de la collectivité n'est pas recommandée, mais il n'y a pas d'éviction scolaire à caractère obligatoire.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

En cas de contage varicelleux, une vaccination préventive est indiquée (en l'absence de grossesse évolutive) chez le sujet d'âge > 12 ans immunocompétent sans antécédent de varicelle retrouvé à l'anamnèse (contrôle de la négativité de la sérologie facultatif), et si le contact est inférieur à 3 jours (efficacité réduite mais non nulle jusqu'à 6 jours).

L'administration d'immunoglobulines anti VZV est indiquée selon son ATU chez les sujets immunodéprimés et les femmes enceintes non immunisées dans les 6 jours suivant un contage.
Elles sont susceptibles de permettre une protection transitoire et partielle

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Gingivostomatite herpétique
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Épidémiologie

L'infection cutanéomuqueuse est liée à deux types d'Herpes virus simplex.
HSV 1 est classiquement relié aux infections herpétiques de la partie supérieure du corps (notamment orofaciale) ;
HSV 2 à la partie inférieure du corps (même si cette distinction doit être nuancée)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Gingivostomatite herpétique
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Rappels d'infectiologie

L'agent causal est un virus à ADN de la famille Herpesviridae : HSV 1 ou HSV 2.

L'HSV 1 est le type d'HSV le plus fréquemment responsable d'herpès oral chez l'enfant.
La primo-infection correspond au premier contact infectant muqueux ou cutané, symptoma- tique ou non.

L'incubation après contact infectant dure 5–7 jours.
La maladie confère une immunité mais partielle, n'empêchant pas les réactivations.

Les réactivations correspondent à des périodes de réplication virale, séparées par des périodes de latence, survenant soit sous la forme de récurrences cliniques, soit par excrétion virale asymptomatique.

La transmission se fait par contact direct avec un sujet excrétant du virus, par voie cutanée ou génitale (lésions) mais aussi par excrétion virale asymptomatique (salive).

La contagiosité est possible dans les différentes formes d'excrétion virale. Elle est maximale dans les premières heures de constitution des vésicules et décroît ensuite. Au décours d'une primo infection orale, la durée de contagiosité par excrétion virale varie de 8 à 20 jours

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Gingivostomatite herpétique
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Enquête clinique

La primo infection à HSV 1 survient le plus souvent entre les âges de 1 et 4 ans.

Environ 80 % des enfants d'âge ≥ 5 ans ont des anticorps anti HSV 1, ce qui n'évite pas les réactivations. Cette primo infection est le plus souvent asymptomatique. Lorsqu'elle est symptomatique, elle peut revêtir un tableau de gingivostomatite aiguë

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Gingivostomatite herpétique
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Tableau clinique (fig. 39.11, voir cahier couleur) :

• prodromes : fièvre élevée et dysphagie (avec risque de déshydratation) ;

• éruption ulcéreuse et douloureuse buccogingivale diffuse : – description : vésicules rapidement rompues et laissant place à des ulcérations muqueuses ou des croûtes cutanées ; – siège : langue, palais, gencives, muqueuse buccale et lèvres ; – évolution : confluence en plaques érosives muqueuses recouvertes d'une membrane grisâtre, avant disparition ;

• signes associés : adénopathies sous maxillaires, hypersialorrhée, haleine fétide

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Gingivostomatite herpétique
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Complications rares, liées :

• au terrain : immunodéprimé, dermatite atopique (syndrome de Kaposi-Juliusberg) ;

• à l'association à d'atteintes viscérales : méningite, encéphalite, hépatite

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Gingivostomatite herpétique
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie
Tableau classique : éruption vésiculeuse buccogingivale avec difficultés alimentaires.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Gingivostomatite herpétique
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Enquête paraclinique

Le diagnostic de gingivostomatite aiguë est avant tout clinique.

La réalisation d'examens complémentaires de confirmation se justifie essentiellement dans les formes sévères (terrains à risque) ou compliquées.

Examens biologiques de confirmation possibles : • identification par PCR sur un prélèvement de lésion ; • sérologie inutile au diagnostic lorsque les lésions cliniques sont évocatrices

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Gingivostomatite herpétique
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Mesures thérapeutiques

Le traitement est avant tout ambulatoire et symptomatique. Les parents doivent veiller à ce que l'enfant s'hydrate et s'alimente suffisamment. La douleur doit être traitée également (antalgiques de palier 1 voire 2). L'adjonction d'un traitement local (muqueuses) est difficile à administrer et n'a pas d'intérêt démontré. La surinfection cutanée locale est rare

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Gingivostomatite herpétique
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Un traitement antiviral par aciclovir peut être proposé dans les formes sévères.

Son efficacité est liée à la précocité de l'administration par rapport au début des symptômes (24–48 heures), pour une durée de 5 à 10 jours.

Une nutrition entérale ou une hydratation IV peut être nécessaire lorsque l'alimentation est impossible

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Gingivostomatite herpétique
#160 #Cours #Eruptions #Facultaires #Febriles #Médecine #Pédiatrie

Mesures préventives

L'éviction scolaire n'est pas obligatoire.
La fréquentation d'une collectivité à la phase aiguë de la maladie n'est cependant pas souhaitable.

Une information sur le caractère transmissible de cette infection doit être donnée aux parents, notamment en cas de contact avec un enfant ayant une dermatite atopique en poussée. Il n'existe pas à ce jour de vaccin dirigé contre ce virus.

Après guérison de la primo infection, peuvent survenir des récurrences dans le même territoire malgré la présence d'anticorps : bouquet de vésicules à la jonction de la peau et de la muqueuse buccale et sur le bord des lèvres ; c'est l'herpès labial récidivant

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Les exanthèmes
#112 #Cours #Dermatologie #Erythrodermie #Exanthème #Facultaires

Définition

Érythème d'apparition brutale et transitoire : • peut être intense ou non, diffus ou de topographie plus spécifique, isolé ou associé à une symptomatologie variée ; • peut s'accompagner d'une atteinte muqueuse (énanthème) ; • peut être bénin ou potentiellement grave ;

• deux causes principales :
– infectieuses (virales ou bactériennes) : chez l'enfant (principalement les maladies virales) et chez l'adulte (infections sexuellement transmissibles notamment la syphilis et le VIH).
– médicamenteuses

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Les exanthèmes
#112 #Cours #Dermatologie #Erythrodermie #Exanthème #Facultaires

L'analyse séméiologique de l'éruption, sont distingués :

• les exanthèmes :

– roséoliformes ou rubéoliformes formés de petites macules rosées, pâles, bien séparées les unes des autres,
– morbilliformes maculo-papuleux rouges, pouvant confluer en plaques séparées par des espaces de peau saine– scarlatiniformes en plaques diffuses rouge vif, légèrement granités à la palpation, sans intervalle de peau saine, chauds ou cuisants, s'intensifiant dans les plis, pouvant évoluer vers une desquamation secondaire en larges lambeaux

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Les exanthèmes
#112 #Cours #Dermatologie #Erythrodermie #Exanthème #Facultaires
• les signes extra-cutanés et biologiques indispensables pour orienter le diagnostic :
– origine virale : fièvre, syndrome grippal, énanthème, poly-adénopathie
– origine médicamenteuse : prurit, caractère polymorphe de l'éruption, hyperéosinophilie sanguine
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Les exanthèmes
#112 #Cours #Dermatologie #Erythrodermie #Exanthème #Facultaires
• les examens complémentaires :
– chez l'enfant : aucun examen n'est indispensable sauf si l'on suspecte : – une scarlatine (NFS, prélèvement de gorge), – un syndrome de Kawasaki (NFS, plaquettes, échographie cardiaque) ;
– chez l'adulte : en dehors d'une cause évidente on réalisera : NFS, tests hépatiques, sérodiagnostic de MNI, TPHA, VDRL, charge virale VIH, antigénémie p24.
– chez la femme enceinte, en prenant en compte son statut sérologique de début de grossesse : sérologies de toxoplasmose, rubéole, CMV, parvovirus B19 et syphilis
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5025958595852]
Les exanthèmes
#112 #Cours #Dermatologie #Erythrodermie #Exanthème #Facultaires #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Les exanthèmes
#112 #Cours #Dermatologie #Erythrodermie #Exanthème #Facultaires

• Les exanthèmes fébriles de l'enfant sont le plus souvent d'origine virale, mais peuvent également être bactériens, inflammatoires ou médicamenteux.

• Chez l'adulte : penser au VIH et à la syphilis ainsi qu'aux médicaments (toxidermie)

• Chez un nourrisson, l'apparition d'une éruption roséoliforme après 3 jours de fièvre isolée évoque le diagnostic d'exanthème subit.

• La survenue d'une rubéole chez la femme enceinte non immunisée expose au risque de malformations fœtales graves

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Les exanthèmes
#112 #Cours #Dermatologie #Erythrodermie #Exanthème #Facultaires

• Il faut savoir évoquer une rougeole devant l'association catarrhe oculo-nasal, conjonctivite et exanthème fébrile.

• La primo-infection à parvovirus pendant la grossesse expose au risque d'anasarque fœtale.

• La maladie de Kawasaki expose au risque de survenue d'anévrysmes coronariens en cas de retard thérapeutique.

• La survenue brutale d'un exanthème diffus scarlatiniforme fébrile doit faire rechercher un syndrome du choc toxique et dépister des signes de retentissement hémodynamique

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5025964887308]
Les exanthèmes
#112 #Cours #Dermatologie #Erythrodermie #Exanthème #Facultaires #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5025968295180]
Les exanthèmes
#112 #Cours #Dermatologie #Erythrodermie #Exanthème #Facultaires #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5025970392332]
Les exanthèmes
#112 #Cours #Dermatologie #Erythrodermie #Exanthème #Facultaires #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5025972489484]
Les exanthèmes
#112 #Cours #Dermatologie #Erythrodermie #Exanthème #Facultaires #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5025978518796]
Les exanthèmes - SCARLATINIFORMES
#112 #Cours #Dermatologie #Erythrodermie #Exanthème #Facultaires #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5025981926668]
Les exanthèmes
#112 #Cours #Dermatologie #Erythrodermie #Exanthème #Facultaires #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5025984023820]
Les exanthèmes
#112 #Cours #Dermatologie #Erythrodermie #Exanthème #Facultaires #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5025986120972]
Les exanthèmes
#112 #Cours #Dermatologie #Erythrodermie #Exanthème #Facultaires #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Érythrodermie
#112 #Cours #Dermatologie #Erythrodermie #Exanthème #Facultaires
L'érythrodermie est un syndrome rare diagnostiqué cliniquement devant :
• un érythème confluant associé à une desquamation touchant l'ensemble des téguments (plus de 90 % de la surface corporelle) ;
• une évolution prolongée (depuis au moins 6 semaines)
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Érythrodermie
#112 #Cours #Dermatologie #Erythrodermie #Exanthème #Facultaires

Reconnaître l'érythrodermie

Les signes cliniques comprennent :

• un érythème : – généralisé, – inflammatoire, – plus violacé aux zones déclives, – d'intensité variable d'un jour à l'autre, – et d'apparition plus ou moins rapide ;

• une desquamation constante avec des aspects variés, fine ou en larges lambeaux ;

• un prurit constant, associé à une dysrégulation cutanée thermique importante marquée par des épisodes de fièvre et d'hypothermie ;

• une pachydermie mieux visible au niveau des plis, témoignant d'une infiltration cellulaire spécifique ;

• un œdème souvent marqué du visage, où il peut exister un ectropion ;

• une atteinte des muqueuses (énanthème) possible sous la forme d'une chéilite, d'une conjonctivite ou d'une stomatite ;

• une atteinte des phanères après quelques semaines d'évolution avec chute des cheveux, sourcils et cils, tandis que les ongles sont dystrophiques, de croissance ralentie, d'où l'apparition d'une ligne de Beau voire une chute de l'ongle

• une poly-adénopathie fréquemment associée et généralisée avec des ganglions parfois de grande taille, souples et mobiles.

• des troubles hémodynamiques avec déperditions hydro-électrolytiques et/ou protéiques

• une altération de l'état général

L'évolution est prolongée pendant au moins plusieurs semaines.

Nécessite une hospitalisation dans un service spécialisé

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Érythrodermie
#112 #Cours #Dermatologie #Erythrodermie #Exanthème #Facultaires

Ne peut être considéré comme une érythrodermie :

• une éruption érythémato-squameuse avec de simples éléments multiples et diffus séparés par des intervalles de peau saine ;
• un exanthème ou une nécrolyse épidermique avec décollement dont l'évolution est aiguë

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Érythrodermie
#112 #Cours #Dermatologie #Erythrodermie #Exanthème #Facultaires

Décès

La mortalité peut atteindre 20 % et est liée aux différentes complications de la maladie, notamment infectieuses

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Érythrodermie
#112 #Cours #Dermatologie #Erythrodermie #Exanthème #Facultaires

Traitement symptomatique :

• le réchauffement du malade permet de limiter ses pertes caloriques, l'hypercatabolisme et la dénutrition ;

• dans les formes graves, une corticothérapie locale de niveau 1 (très forte) entraîne une amélioration symptomatique rapide.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Érythrodermie
#112 #Cours #Dermatologie #Erythrodermie #Exanthème #Facultaires

Prise en charge d'une érythrodermie

Hospitalisation en urgence : • examens biologiques pour évaluer la gravité de la dermatose ; • rééquilibrer des troubles hydro-électrolytiques ; • traiter d'éventuelles défaillances viscérales

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Érythrodermie
#112 #Cours #Dermatologie #Erythrodermie #Exanthème #Facultaires

• L'érythrodermie est un érythème généralisé associé à une desquamation et d'évolution prolongée.
Érythrodermie n'est pas synonyme d'érythème ou d'exanthème.

• L'aspect clinique de l'érythrodermie ne préjuge pas de sa cause.

• L'érythrodermie est un syndrome dermatologique grave dont les principales causes sont : psoriasis, dermatite atopique, lymphome cutané et toxidermie médicamenteuse (DRESS).

• Les complications déterminent principalement les examens complémentaires

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026007878924]
Érythrodermie
#112 #Cours #Dermatologie #Erythrodermie #Exanthème #Facultaires #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026009976076]
Érythrodermie
#112 #Cours #Dermatologie #Erythrodermie #Exanthème #Facultaires #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026014694668]
Érythrodermie
#112 #Cours #Dermatologie #Erythrodermie #Exanthème #Facultaires #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026029636876] #cdf #cumulative-distribution-function #has-images #pdf #pmf #probability-density-function #probability-mass-function #probability-random-variables-statistics-and-random-processes
Any random variable has a cumulative distribution function (cdf), through which the probabilistic properties of the random variable can be fully summarized. However, a discrete random variable has a probability mass function (pmf) and a continuous random variable has a probability density function (pdf). Figure 4.2 shows the relationship between the cdf on the one hand and the pmf or pdf on the other hand, as they will be all discussed in this chapter. The knowledge of either the pmf of a discrete random variable or the pdf of a continuous random variable allows the cdf of the random variable to be completely determined, and vice versa. In most cases, the pmf or pdf is a more effective and intuitive way of providing the information contained in the cdf. The phrase distribution function is usually used exclusively for the cdf, whereas the word distribution is often used in a broader sense to refer to the pmf or pdf.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#cdf #cumulative-distribution-function #probability-random-variables-statistics-and-random-processes

Every random variable has a cdf. The cdf of a random variable contains all the information required to calculate probability for any event involving the random variable. The notation for cdf is \(F_X (x)\), where we use the uppercase letter \(F\), with a subscript corresponding to the name of the random variable \(X\), as a function of a possible value of the random variable, denoted by the corresponding lowercase letter \(x\).The cdf \(F_X (x)\) is thus a function of \(x\), not of the random variable \(X\).The cumulative distribution function of a random variable \(X\) expresses the complete probability model of a random experiment as the following mathematical function:

\(F_X(x) = P(X \leq x) \quad − \infty < x < \infty \tag{4.1}\)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Généralités

Herpes simplex virus (HSV) : virus à ADN, famille Herpes viridae, deux types (HSV1 et HSV2), différenciés par des critères structuraux et épidémiologiques :
• HSV1 : infection préférentielle de la partie supérieure du corps ;
• HSV2 : infection préférentielle de la région génitale : – infection sexuellement transmise (IST), – infection néonatale par le passage dans la filière génitale ; – Tendance épidémiologique à l'équilibrage : détection de HSV1 dans des infections génitales (20 % des récurrences et 50 % des primo-infections)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales
Infection par HSV1 • Primo-infection dans l'enfance. • Séroprévalence (présence d'IgG anti-HSV1) : 80 % de la population adulte.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Infection par HSV2

• Primo-infection : deux premières décennies de la vie sexuelle.
• Séroprévalence (présence d'IgG anti-HSV2) : en constante augmentation depuis une quinzaine d'années (15 à 30 % de la population générale, 50 % des hétérosexuels avec IST, 70 % des homosexuels masculins)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Épidémiologie de l'herpès génital (HSV2 > HSV1), mais augmentation de la place d'HSV1 ces dernières années (50 % des primo-infections génitales)

• Première cause d'érosion/ulcération génitale dans les pays développés.
• Facteurs de risque : – sexe féminin ; – précocité du premier rapport sexuel ; – nombre de partenaires sexuels ; – antécédents d'IST ; – infection par le VIH (sérologie VIH systématique au moment du diagnostic d'herpès génital) ; – niveau socio-économique bas.

• Impact majeur sur la vie affective, sexuelle et sociale

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Herpès néonatal

• Maladie grave, potentiellement mortelle, avec risque élevé de séquelles lourdes (neurosensorielles).
• Incidence : 3 pour 100 000 grossesses en France (vingt cas par an).
• Due à HSV2 dans environ deux tiers des cas

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Physiopathologie

Transmission
• Contact direct muqueux ou cutanéo-muqueux avec un sujet excrétant du virus
• Favorisée par des altérations du revêtement épithélial (érosion, infection, dermatose inflammatoire muqueuse, rapport traumatisant)
• Transmission materno-fœtale (3 modes de contamination) : – in utero (voie transplacentaire) ; – accouchement (passage dans la filière génitale contaminante) ; – période postnatale (mère ou autre membre de l'entourage contaminant ; contact direct).

• Transmission indirecte : rare (virus fragile dans l'environnement extérieur)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Définitions

• Primo-infection : premier contact infectant muqueux ou cutané, symptomatique (20 % des cas) ou asymptomatique (80 % des cas), avec le virus HSV1 ou HSV2.

• Réactivation : réplication virale active, symptomatique (20 % des cas) ou asymptoma- tique (80 % des cas), chez un patient préalablement infecté par le même type viral. Deux formes :

• Récurrence : Expression clinique d'une réactivation virale ;

• Excrétion virale asymptomatique : excrétion du virus en l'absence de tout signe clinique. • Infection initiale non primaire : Premier contact infectant (symptomatique ou asympto- matique) avec le virus HSV1 ou HSV2 chez un sujet déjà infecté par l'autre type viral

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales
Une infection préalable par l'un des deux types d'HSV ne protège pas d'une infection initiale primaire par l'autre type, mais les signes cliniques sont généralement moins sévères
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Phases de l'infection par HSV (figure 164.1)

Primo-infection, incubation en moyenne une semaine après le contact infectant :
• 1. pénétration du virus dans l'épithélium (kératinocytes : par une brèche cutanée ou muqueuse)
• 2. cycle viral productif intra-cellulaire Production de virions.
• 3. migration antérograde des virions le long des dendrites des nerfs sensitifs et localisation intraneuronale dans le ganglion sensitif spinal (« sanctuaire » peu accessible au système immunitaire et aux traitements) ;
• 4. quiescence virale (latence : transcription du génome viral sans synthèse protéique).

Réactivation :
• 5. rupture de quiescence virale, réplication
• 6. migration rétrograde le long des dendrites sensitives.
• 7. re-colonisation des cellules épithéliales localisées au territoire d'innervation : cycle viral productif intra-cellulaire
• 8. excrétion de virions infectants

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Conséquences épithéliales

• Effet cytopathogène (ballonisation des kératinocytes) caractéristique des infections à Herpes Virus
• Conséquence clinique : formation d'une vésicule intra-épithéliale

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Excrétion virale

Définition : production et libération de virions (particules virales infectantes) • Localisée au site d'infection cutanéo-muqueuse par HSV1 ou HSV2 • Durée de l'excrétion : 8–20 jours au cours d'une primo-infection, 2–4 jours au cours d'une réactivation virale • Asymptomatique ou accompagnée de signes cliniques • Survenue intermittente : source de contamination inter-humaine (notamment génital, néonatal)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026059259148]
Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026085211404] #has-images #probability-random-variables-statistics-and-random-processes

Figure 4.3 shows cdf examples for discrete, continuous, and mixed random variables. The cdf of a random variable always exists, and has the following important properties:

(i) \(0 \leq F_X (x) \leq 1\)

(ii) \(a < b \rightarrow F_X (a) \leq F_X (b)\)

(iii) \(\lim_{x\rightarrow −\infty} F_X (x) = 0\)

(iv) \(\lim_{x\rightarrow +\infty} F_X (x) = 1\)

(v) \(F_X (b) = F_X (b^+ )\)

(vi) \(P (a < X \leq b) = F_X (b) − F_X (a)\)

(vii) \(P (X = b) = F_X (b^+ ) − F_ X (b^−)\)

(viii) \(P (X > x) = 1 − F_X (x) \quad (4.2)\)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Peau (figures 164.2 et 164.3)

• Vésicule à contenu clair puis trouble. • Unique (±) ou multiples (+++), confluentes et regroupées en « bouquet ». • Évoluant vers des érosions arrondies ou ovalaires post-vésiculeuses (érosions « post- bouquet » coalescentes à contours polycycliques), recouvertes de croûtes. • Puis évolution vers la cicatrisation

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Muqueuses

• Fragilité des vésicules sur les muqueuses : fugaces et rapidement rompues. • Lésions élémentaires prédominantes : érosions arrondies ou ovalaires, multiples, post- vésiculeuses, coalescentes à contours polycycliques, à bords inflammatoires, à fond érythé- mateux ou recouvert d'un enduit pseudomembraneux blanchâtre ou jaunâtre (figure 164.4). • Puis évolution vers la cicatrisation

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales
Primo-infection herpétique 1. Formes inapparentes Les plus fréquentes (80 %)
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Primo-infection buccale (gingivostomatite herpétique aiguë)

(HSV1 > HSV2)
Le plus souvent chez le petit enfant (> 6 mois, disparition des anticorps protecteurs maternels).

Présentation générale

Prodromes : algies, dysphagie, hypersialorrhée, malaise général, fièvre. Gingivostomatite (figure 164.5) • Muqueuses gingivales et buccales tuméfiées, érosives, saignantes. • Érosions multiples coalescentes « polycycliques », à bords inflammatoires, couvertes d'un enduit blanchâtre

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux - GINGIVOSTOMATITE
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Signes associés • Tableau pseudo-grippal : myalgies, fièvre 39°. • Dysphagie +++, alimentation impossible (signe de gravité), haleine fétide. • ± vésicules en bouquet et/ou croûtes, en périphérie des lésions, sur le revêtement cutané ou semi-muqueux (lèvres, menton). • Adénopathies cervicales inflammatoires sensibles.

Évolution
Favorable en 10 à 15 jours

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux - GINGIVOSTOMATITE
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Diagnostics différentiels : autres étiologies d'érosions/ulcérations buccales aiguës

• Érythème polymorphe et Syndrome de Stevens-Johnson : atteinte de plusieurs muqueuses et signes cutanés associés ;

• Aphtose : absence de signes généraux, de fièvre, d'adénopathies ;

• Stomatite virale non-herpétique : herpangine (virus coxsackie)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026076822796]
Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026083376396]
Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026086259980]
Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026096483596]
Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux - GENITAL
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Chez la femme

Présentation générale
Vulvo-vaginite aiguë brutale, malaise général, fièvre, douleurs très intenses.

Sémiologie de la vulvo-vaginite • Muqueuse tuméfiée, œdémateuse. • Érosions arrondies, polycycliques ; vésicules éphémères souvent absentes. • Lésions dépassant la vulve, extension vers l'anus (figure 164.6).

Signes associés • Tableau pseudo-grippal : myalgies, fièvre 39° • Vésicules herpétiques cutanées extra-vulvaires (pubis, siège, racine des membres inférieurs). • Érosions herpétiques muqueuses extra-vulvaires (paroi vaginale, col utérin : ne pas rechercher systématiquement, douleurs intenses à l'examen) • Adénopathies inguinales inflammatoires sensibles • Rétention urinaire réactionnelle (liée à la douleur, signe de gravité).

Évolution
Favorable en 2 à 3 semaines.

Diagnostics différentiels

• Vulvo-vaginite infectieuse non-herpétique.

• Vulvite caustique/traumatique (savoir évoquer une maltraitance).

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026106707212]
Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux - GENITAL
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Chez l'homme

• Tableau clinique moins intense. • Balanite œdémateuse, érosions polycycliques. • ± vésicules sur le versant cutané (fourreau pénien, scrotum)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales
• Anale, rectale : – anite ou anorectite érosive aiguë – possibles dans les deux sexes, plus fréquentes chez l'homosexuel masculin
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales
• Cutanée : – souvent discrète ; rarement étendue ; – âge adulte (contamination sexuelle ou professionnelle, profession de santé) ; – localisation digitale : « panaris herpétique » (profession de santé ; diagnostic différen- tiel : panaris staphylococcique)
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

• Oculaire : – kérato-conjonctivite ou kératite unilatérale aiguë, – ± œdème, érythème, vésicules des paupières (figure 164.8) Fig. 164.6. Vulvovagnite herpétique aigüe. Érosions confluentes de la muqueuse vulvaire.

– ± adénopathie prétragienne.

– complications : uvéite, ulcérations de cornée avec séquelles visuelles (favorisées par corticothérapie locale)

– avis ophtalmologique +++

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales
• ORL : – angine herpétique ; – rhinite aiguë érosive (obstruction nasale, vésicules péri-narinaires et adénopathies cervicales)
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026121911564]
Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026124008716]
Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#pfm #probability-mass-function #probability-random-variables-statistics-and-random-processes

A discrete random variable assumes values from a countably infinite set \(S_X = \{ x_1 , x_2 , x_3 , \ldots \}\) or a finite set \(S_X = \{ x_1 , x_2 , \ldots , x_n \}\), where \(n\) is a positive integer. The notation for pmf is \(p_X (x)\), where we use the lower case letter \(p\), with a subscript corresponding to the name of the random variable \(X\), as a function of a possible value of the random variable, denoted by the corresponding lowercase letter \(x\). The probability mass function of a discrete random variable \(X\) expresses the complete probability model of a random experiment as the following mathematical function:

\(p_X (x )= P (X = x) \quad x \in S_X \qquad (4.3)\)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Formes graves

  • Immunodéprimé
    • (HSV1 > HSV2)
    • • Lésions cutanéo-muqueuses extensives, nécrotiques, persistantes • Altération de l'état général, fièvre • Atteintes viscérales possibles (méningo-encéphalite, pneumopathie, hépatite, pancréatite).

  • Chez l'atopique : syndrome de Kaposi-Juliusberg Surinfection herpétique sur lésions de dermatite atopique (primo-contact ou récurrence du virus)
    • Présentation générale

      • Sujet jeune ou nourrisson, atopique sévère et/ou en poussée et/ou insuffisamment traité.

      • Altération de l'état général, fièvre

      • Éruption vésiculeuse, érosive, croûteuse profuse à extension rapide.

    • Sémiologie

      • Vésicules hémorragiques, pustules, ombilication centrale des lésions (figure 164.9).

      • Début préférentiel au visage, extension à tout le corps.

    • Évolution
      Favorable en quelques jours sous traitement antiviral IV

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Formes graves

  • Femme enceinte
    • • Primo-infection : risque accru d'hépatite fulminante ou d'encéphalite. • Récurrences fréquentes : risque de transmission materno-fœtale.

  • Nouveau-né
    • Transmission in utero : Gravité +++ : avortement, retard de croissance intra-utérin, atteintes oculaires, neurologiques, cardiaques.
    • Herpès néonatal Trois formes : • cutanéo-muqueuse (pas de mortalité) ; • neurologique : méningo-encéphalite herpétique (mortalité dans 15 % des cas, séquelles fréquentes) ; • systémique : infection gravissime (mortalité dans 40–70 % des cas)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026139999500]
Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux - RECURRENCE
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Présentation générale

• Prodromes (dysesthésie cuisante, picotements, prurit) : stéréotypés chez un patient donné. • ± érythème localisé.
• Quelques heures plus tard : vésicules groupées en bouquet.
• Puis rupture des vésicules, érosions, croûtes ± confluentes.
• Cicatrisation (7–14 jours).

Signes associés • Généralement absents. • Parfois fébricule, asthénie, adénopathie, dysesthésies dans le territoire sensitif de la récurrence.

Localisation • Pour un malade donné, topographie stéréotypée (siège de la primo-infection herpétique). • Labial > génital > cutané, nasal, oculair

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026144718092]
Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#pmf #probability-mass-function #probability-random-variables-statistics-and-random-processes #properties

The pmf must satisfy the following important properties:

(i) \(p_X (x) \geq 0 \quad \forall x\)

(ii) \(\sum_{x \in S_X} p_X (x) = 1\)

(iii) \(P (X \in B) = \sum_{x \in B \subseteq S_X} p_X (x) \qquad (4.4)\)

Note that \(B\) is an event and the above summations have a finite or an infinite number of terms, depending on whether the range is finite or not. All three properties are consequences of the axioms of probability.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux - RECURRENCE
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Formes cliniques

Formes cliniques anatomiques

  • Herpès labial
    • Jonction entre demi-muqueuse et peau (« bouton de fièvre ») (figure 164.2 et 164.10),
    • Diagnostic différentiel : aphtes
  • Herpès nasal
    • • Vésicules confluentes et croûteuses péri-narinaires.
    • • Diagnostic différentiel : folliculite staphyloccocique.

  • Stomatite herpétique (figure 164.11)
    • • Érosions confluentes et douloureuses de la muqueuse buccale.
    • • Diagnostic différentiel : aphtose récidivante.

  • Kératite herpétique
    • • Gravité liée aux ulcérations de cornée, risque de cécité.
    • • Nécessite un avis ophtalmologique.
    • • Diagnostic différentiel : kérato-conjonctivite allergique, virale, xérostomie…

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux - RECURRENCE
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Formes cliniques anatomiques (2)

  • Herpès génital • Récidives fréquentes.
    • • Aspect typique (vésicules/érosions multiples regroupées) ou atypique (ulcérations aphtoïdes, fissures, œdème…).
    • • Argument diagnostique dans les formes atypiques : caractère récidivant avec prodromes et localisations stéréotypés chez un patient donné.

  • Herpès cutané
    • • Forme localisée notamment herpès de la fesse (figure 164.12).
    • • Formes diffuses (facteur favorisant : sport de contact : herpès gladiatorum)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026156776716]
Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026159660300]
Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux - RECURRENCE
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Formes graves

  • Selon le terrain : immunodéprimés • Récurrences fréquentes, atypiques et prolongées. • Ulcérations torpides ± chroniques à fond nécrotique (figure 164.13), bords parfois vésiculo-pustuleux.

  • Selon l'extension : atteintes viscérales • Peuvent compliquer les récurrences ou la primo-infection herpétique. • Méningo-encéphalite : exceptionnelle au cours d'une récurrence chez l'adulte, fort risque de séquelles. • Œsophagite (HSV1) : préférentiellement chez l'immunodéprimé. • Hépatite : rare, évolution fulminante possible (femme enceinte, immunodéprimé). • Broncho-pneumopathie : immunodéprimé, sujet âgé. Pneumopathie interstitielle fébrile hypoxémiante.

  • Selon l'évolution : érythème polymorphe post-herpétique
    • • Réaction immunoallergique cutanéomuqueuse post-infectieuse. • Principal facteur étiologique (50 % des cas) : infection herpétique (primo-infection, récur- rence ou excrétion virale). • 5–15 jours après l'infection herpétique
    • • Clinique :
      • – éruption cutanéo-muqueuse diffuse en contexte fébrile ± altération de l'état général ;
      • – lésions cutanées papuleuses en cocarde (figure 164.14) avec aspect de triple contour caractéristique, de localisation acrale (mains, pieds) ;
      • – associées à une atteinte muqueuse conjonctivo-oro-génitale érosive(figure 164.15) ;
      • – formes récidivantes possibles

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026168311052]
Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#cdf #continuous-distribution-function #discrete-random-variable #pmf #probability-mass-function #probability-random-variables-statistics-and-random-processes

The cdf and pmf of a discrete random variable \(X\) are related as follows:

\(F_X (x) = \sum_{u \leq x} p_X (u) \quad x \in S_X \qquad (4.5)\)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026174340364]
Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Modalités

Diagnostic direct +++

• Spécifique +++.
• Sensibilité : liée aux conditions optimales de prélèvement : lésions récentes écouvillonnage de sérosités de vésicule milieu de transport spécifique acheminement rapide au laboratoire.

Culture virale • Méthode virologique de référence +++. • Inoculation à des cultures cellulaires prolifération virale intra-cellulaire recherche d'effet cytopathogène (2 à 3 jours).

Recherche d'antigènes viraux • Soit par immunofluorescence, soit par ELISA. • Rapide (< 24 heures) • sensibilité médiocre pour des lésions anciennes (croûte)

Détection du génome viral par PCR • Très sensible, très spécifique, résultats rapides (< 24 heures). • Remplace progressivement la culture, mais accès variable selon les laboratoires (hors nomenclature et non remboursée)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Diagnostic indirect (sérologie)

• Sérologie IgG positive chez 80 % de la population adulte. • Intérêt diagnostique limité : simple confirmation d'un antécédent de contage à HSV1 ou HSV2. • Intérêt éventuel au cours d'une primo-infection : mise en évidence d'une séroconversion (apparition d'IgM puis d'IgG) entre deux prélèvements sériques à 10 jours d'intervalle

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Traitement

Les traitements locaux n'ont pas montré d'efficacité.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Moyens thérapeutiques

• Aciclovir : phosphorylation dans les cellules infectées par HSV en aciclovir triphos- phate : forme active du médicament, inhibe l'ADN polymérase virale.

• Valaciclovir : prodrogue de l'aciclovir, meilleure biodisponibilité ‡ traitements virostatiques (actifs sur populations virales en réplication active).
• Émergence de souches résistantes à l'aciclovir chez les sujets immunodéprimés (rare).

• Foscarnet : administré par voie IV (formes résistantes à l'aciclovir)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Herpès de la femme enceinte

1. Primo-infection
• < 1 mois avant l'accouchement : – aciclovir per os 200 mg × 5 fois par jour jusqu'à l'accouchement ; – Ou valaciclovir per os 500 mg × 2/jour jusqu'à accouchement.
• > 1 mois avant l'accouchement : – aciclovir per os 200 mg × 5/jour pendant 10 jours ; – Ou valaciclovir 500 mg × 2/jour pendant 10 jours.
• Place de la césarienne : – lésions au moment du travail : systématique ; – absence de lésions pendant le travail : – primo-infection > 1 mois : voie basse, – primo-infection < 1 mois et traitée, pas d'argument pour recommander la césa- rienne, voie basse

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Récurrence

Le traitement curatif est le même qu'en dehors de la grossesse.
Le traitement préventif est à discuter au cas par cas.

Place de la césarienne : • présence de lésions au moment du travail ; • récurrence > 7 jours : voie basse ; • autres cas : discuter césarienne, faire examens virologiques (si positifs : césarienne) • quelle que soit la situation, rupture de la poche des eaux > 6 heures : la césarienne n'a aucun intérêt (+++), dépistage virologique chez le nouveau-né

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026193739020]
Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026198981900]
Herpès cutané et muqueux
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Infection à VZV ( virus de la varicelle et du zona) :

• virus à ADN, groupe des Herpesviridae, contamination interhumaine stricte ;
• varicelle (primo-infection) ;
• zona (récurrence localisée).

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Varicelle

• La plus contagieuse des maladies éruptives. • Séroprévalence : > 90 % de la population adulte.

• Enfant immunocompétent +++ : – âge de primo-infection : > 90 % des cas : entre 1 et 14 ans, pic entre 5 et 9 ans (enfant d'âge scolaire, collectivité) ; – habituellement bénigne.

• Immunodéprimés : incidence croissante (immunosuppression iatrogène +++), formes graves

• Varicelle de l'adulte : – risque de mortalité (pneumopathie +++) surtout après 50 ans ; – élévation de l'âge moyen de la varicelle (par augmentation des cas chez l'adulte), augmentation des formes graves.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Zona

• Survenue après 50 ans ; pic après 75 ans. • 20 % de la population (1,4 pour 100 personnes par année). • Rare dans l'enfance.

• Adulte jeune : rechercher immunodépression (VIH/pathologie lymphoproliférative…)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Primo-infection : varicelle

• Contamination respiratoire, puis incubation de 14 jours. • Dissémination hématogène. • Colonisation épithéliale (Peau > muqueuses), réplication virale intra-cellulaire (kératinocytes).

• Réponse immunitaire lors de la primo-infection :
– immunocompétent : contrôle par réponse innée, humorale (anticorps : à partir de J5, max à J20) et cellulaire. – infection immunisante.
– immunodéprimé formes graves (viscérales, neurologiques, risque létal).

• Latence virale dans les ganglions neurologiques sensitifs

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Récurrence : zona

• Rupture de latence virale : – modification de la pathogénicité du virus ; – perte de contrôle immunitaire (immunodépression, sénescence immunitaire chez les sujets âgés).

• Réactivation virale et re-colonisation du territoire cutanéo-muqueux sensitif correspondant (distribution localisée métamérique) avec excrétion virale (contagiosité)

• Épisode en général unique

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Varicelle

Forme typique bénigne

• Enfant scolarisé ou en collectivité/notion de contage 14 jours avant.

• Prodromes : catarrhe oculo-nasale, modérément fébrile (24–48 heures).

• Tableau constitué : – fièvre 38–39 °C ; – éruption : – évolution topographique : descendante (débutant au cuir chevelu), – évolution chronologique : macules érythémateuses ; vésicules disséminées (figure 164.17) ; à contenu clair puis trouble ; évoluant vers une ombilication cen- trale assèchement/encroûtement ; cicatrice hypo ou hyper-pigmentée ± atrophique ; coexistence d'éléments d'âge différent ; – associée à des érosions muqueuses (arrondies bien séparées) (figure 164.18) ; – prurit +++.

• Évolution : rapidement favorable sans complications

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Varicelle

Formes compliquées et/ou graves

Surinfections bactériennes cutanées (cf. Item 152) Essentiellement chez l'enfant (staphylocoque doré ou streptocoque) :
• impétiginisation secondaire : placards croûteux, méllicériques, sur lésions préexistantes ;
• surinfections graves (exceptionnelles) : – épidermolyse staphylococcique (ou syndrome SSSS, Staphylococcal Scalded Skin Syndrome) : éruption scarlatiniforme puis desquamative (toxine staphylococcique exfoliante) ; – dermohypodermite et fasciite nécrosante streptococcique : très graves, grande urgence médico-chirurgicale, pronostics vital et fonctionnel engagés. Placards inflammatoires nécrotiques rapidement extensifs, signes de sepsis sévère, – dissémination bactérienne (septicémie, arthrites)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026219691276]
Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026224147724]
Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Formes graves

Pneumopathie varicelleuse

• Terrain : – rare (5 %), essentiellement chez l'adulte, favorisée par tabagisme et grossesse ; – aussi se voir au cours de la varicelle néonatale et chez le nourrisson (principale cause de décès avant 6 mois).

• Chronologie : 1 à 6 jours après l'éruption.

• Clinique : toux, dyspnée, fièvre, hémoptysies ± détresse respiratoire aiguë.

• Imagerie : opacités micro- et macronodulaires multiples.

• Gravité : responsable de 30 % des décès au cours de la varicelle de l'adulte.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Complications graves

Manifestations neurologiques

• Complications non spécifiques : convulsions hyperthermiques chez le petit enfant

• Complications spécifiques : – ataxie cérébelleuse : régressive sans séquelle ; – encéphalite, méningite lymphocytaire, myélite, polyradiculonévrite : plus fréquente chez les immunodéprimés ; – syndrome de Reye : – encéphalopathie et stéatose hépatique (ou polyviscérale), mortel dans 80 % des cas, – lié à la prise d'aspirine, qui est formellement contre-indiquée au cours de la varicelle

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Formes profuses et graves

• Éruption profuse, ulcéro-nécrotique, hémorragique (figure 164.19), avec signes généraux graves.

• Purpura nécrotique extensif sévère (fulminans) avec choc et coagulation intravasculaire disséminée, thrombopénie, hépatite, myocardite, glomérulonéphrite…

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Complications en fonction du terrain

Immunocompétents Complications pulmonaires : adulte > enfant, rares (5 % des cas).

Immunodéprimés
• Fréquence accrue des formes graves, ulcéro-hémorragiques, profuses, ou compliquées d'atteinte viscérale (pulmonaire +++).
• Immunosuppression iatrogène, lymphoprolifération maligne, greffés de moelle, trans- plantés d'organe, corticothérapie systémique
• Infection VIH : allonge la durée de l'éruption, formes atypiques plus fréquentes, ne modi- fie pas la sévérité de l'infection

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Femme enceinte

• Cinq pour cent des femmes enceintes ne sont pas immunisées contre la varicelle.

• Varicelle néonatale rare : 5 à 7 pour 10 000 grossesses. • Varicelle chez la femme enceinte : – risque de pneumopathie chez la femme enceinte – risque de transmission à l'enfant en fonction du terme de la grossesse au moment de la primo-infection à VZV

– avant la 20e semaine de gestation : risque de fœtopathie varicelleuse ;

– entre la 13e et la 20e semaine +++ : rare ; atteintes neurologiques, ophtalmologiques, musculo-squelettiques graves, voire mort in utero ; surveillance en centre de diagnostic anténatal nécessaire ;

– après la 20e semaine, varicelle in utero : risque de zona dans les premières semaines ou premiers mois de sa vie ;

– dans les 5 jours précédant ou les 2 jours suivant l'accouchement : risque de varicelle néonatale.

• Zona chez une femme enceinte : pas de risque de transmission.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Varicelle néonatale

• Grave. • Septicémie varicelleuse avec atteintes multiviscérales (complications pulmonaires et neurologiques +++). • Risque de décès : 30 % des cas.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Zona

Diagnostic clinique

Sémiologie de l'éruption • Placard érythémateux, œdémateux (figure 164.20). • Secondairement recouvert de vésicules (contenu liquide clair puis trouble, regroupées en bouquet, à pourtours érythémateux, confluant parfois en bulles). • Puis affaissement et dessèchement des vésicules croûtes/érosions 10 jours cicatri- sation (± cicatrices atrophiques, hypo/hyperchromiques)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Zona

Douleurs radiculaires

• Fréquentes. • Intenses. • Type : neuropathiques, en coup de poignard ou brûlures avec paroxysmes. • Topographie : radiculaire, unilatéral. • Chronologie : – peuvent précéder l'éruption (prodromes) ; – accompagnent l'éruption ; – ± persistance après éruption ou réapparition tardive : algies post-zostériennes. Topographie • N'importe quel territoire sensitif cutanéo-muqueux (dermatome). • Distribution radiculaire (métamérique). • Unilatérale. • ± étendue dans les formes graves

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Zona

Réactivation dans les ganglions nerveux rachidiens
• Zona intercostal ou dorsolombaire (figures 164.21 et 164.22) : – le plus fréquent (50 % des cas) ; – éruption en demi-ceinture.
• Zona de membre : éruption linéaire, trajet radiculaire sur le membre (figure 164.23)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Zona

Réactivation dans les ganglions nerveux crâniens
• Zona ophtalmique : nerf ophtalmique (V1) (figure 164.24) : – risque d'atteinte oculaire si éruption narinaire et de la cloison (atteinte du rameau nasal interne) ; – avis ophtalmologique.
• Ganglion géniculé : nerf de Wrisberg, territoire cutané réduit à la zone de Ramsay-Hunt (conduit auditif externe et conque de l'oreille) : éruption discrète, otalgie très intense, adénopathie prétragienne, et anesthésie des deux tiers antérieurs de l'hémilangue ± paralysie faciale et troubles cochléovestibulaires

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Zona

Autres signes d'accompagnement de l'éruption
• Syndrome infectieux discret (38 à 38,5 °C). • Adénopathie satellite

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Zona

Formes graves et/ou compliquées en fonction du terrain

Immunodéprimés • Sévérité : aspect ulcéro-hémorragique et nécrotique (figure 164.25 et 164.26). • Extension : bilatéral ou multi-métamèrique. • Zona généralisé (également appelé zona-varicelle) : éruption zoniforme dans un métamère puis vésicules « varicelliformes » disséminées sur tout le corps en dehors du dermatome initialement atteint (figure 164.27). • Complications viscérales : pulmonaires, hépatiques, encéphaliques

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Zona

Sujet âgé
Zona ophtalmique
• Fréquence accrue des complications oculaires (> 50 ans) : – atteinte cornéenne, uvéite antérieure (lentement régressive) ; – kératites superficielles (précoces, régressives) ; – kératites stromales et kératites neurotrophiques, liées à l'anesthésie cornéenne : durables ; – atteintes palpébrales, conjonctivales, sclérales, épisclérales rétiniennes. • Manifestation oculaire : prise en charge spécialisée ophtalmologique, risque de perte fonc- tionnelle de l'œil.


Algies post-zostériennes
Douleurs neuropathiques de désafférentation + hypoesthésie du territoire atteint, différentes des douleurs de la phase initiale : • augmentent avec l'âge, 50 % des cas à 50 ans, 70 % des cas au-delà de 70 ans ; • traitement difficile, manifestations chroniques et durables, retentissent sévèrement sur la qualité de vie

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Diagnostics différentiels

• Prurigo vésiculo-bulleux sur piqûres d'insecte (éruption débutante incomplète).
• Érysipèle de la face (forme œdémateuse, prévésiculeuse de la face).
• Impétigo primitif (si impétiginisation secondaire surajoutée).
• Infection à HSV (Zona peu étendu).
• Eczéma (zona pauci-vésiculeux peu douloureux ou pré-éruptif)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026253507852]
Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026258750732]
Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026265566476]
Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026267663628]
Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026276052236]
Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026278149388]
Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026280508684]
Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Diagnostic biologique

Indications • Formes sévères ; compliquées ; atypiques. • Nécessité de diagnostic de certitude (femme enceinte)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Modalités

Diagnostic direct
Prélèvement du liquide de vésicule (lésion récente) identification du VZV : • PCR >> culture : détection rapide, sensible, spécifique de petites quantités d'ADN viral (méthode de référence, mais hors nomenclature et non remboursée) ;

• recherche des antigènes viraux par immunofluorescence

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Varicelles graves ou compliquées

Traitement antiviral

Recommandation conférence de consensus : aciclovir IV.

Indications
• Femme enceinte dont la varicelle survient dans les 8 à 10 jours avant l'accouchement.
• Nouveau-né
• Nouveau-né avant toute éruption si la mère a commencé une varicelle 5 jours avant ou 2 jours après l'accouchement.
• Forme grave de l'enfant de moins de 1 an.
• Complication viscérale liée au virus (pneumopathie, hépatite…).
• Immunodépression.

  • Prévention de la fœtopathie varicelleuse
    • Efficacité préventive des antiviraux : non prouvée (contamination par virémie probable, préalable à l'apparition des vésicules, traitement trop tardif)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Varicelle bénigne de l'enfant

Pas d'indication à un traitement antiviral et l'éviction de collectivité n'est pas obligatoire.

Traitement symptomatique cutané • Douches quotidiennes, tempérées, savon dermatologique non détergent. • Badigeons de chlorhexidine en solution aqueuse (prévention de la surinfection). • Ongles courts et propres en cas de prurit important (prévention des lésions de grattage). Pas de talc

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Vaccination

Modalités • Deux vaccins à virus vivant atténué sont disponibles. • Schéma vaccinal : deux doses espacées d'au moins 1 mois, idéalement de 3 mois. • Efficacité : 65 % à 100 % de couverture, longue durée mais non définitive

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Vaccination

Indications

– enfants candidats receveurs d'une greffe d'organe solide, sans antécédent de varicelle (ou dont l'histoire est douteuse) et dont la sérologie est négative, dans les 6 mois précédant la greffe avec 2 doses à un mois d'intervalle, et en pratiquant une surveillance du taux d'anticorps après la greffe

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Vaccinations

• Indications :

– post-exposition, dans les 3 jours suivant l'exposition à un patient avec éruption chez les adultes (> 18 ans) immunocompétents sans antécédents de varicelle (ou dont l'his- toire est douteuse) ; le contrôle de la négativité de la sérologie est facultatif ;

– adolescents de 12 à 18 ans sans d'antécédents cliniques de varicelle ou dont l'histoire est douteuse ; le contrôle préalable de la négativité de la sérologie peut être pratiqué dans ce cas

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Zona

Traitement antiviral systémique

Indications
• Indiqué uniquement en cas d'immunodépression, à partir de 50 ans et si zona ophtalmique.
• À débuter dans les 72 heures suivant le début de l'éruption.
• Pas d'éviction de collectivité.

Modalités
Chez les sujets immunocompétents : par voie orale
• Zona ophtalmique, quel que soit l'âge (prévention des complications oculaires) : zona non ophtalmique, tous les sujets de plus de 50 ans (prévention des algies post-zostériennes) ; • Valaciclovir 3 × 1 g par jour pendant 7 jours (AMM).

Chez les sujets immunodéprimés : IV • Aciclovir (IV). • 10 mg/kg/8 heures chez l'adulte. • 500 mg/m 2 /8 heures chez l'enfant. • Durée minimale de 7 à 10 jours (AMM). • Le traitement immunosuppresseur, y compris la corticothérapie, peut être poursuivi

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Zona

Traitements complémentaires du zona ophtalmique
En dehors du traitement antiviral toujours nécessaire, après avis spécialisé : • pommade ophtalmologique à l'aciclovir ; • corticoïdes locaux : – classiquement contre-indiqués, – indiqués seulement pour les kératites immunologiques et les uvéites antérieures après examen ophtalmologique

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Zona

Algies post-zostériennes

• Antalgiques systémiques à visée neuropathique : – amitriptyline : 12,5 à 75 mg par jour chez l'adulte (AMM) ; – gabapentine : 900 mg à 3 600 mg par jour (AMM) ; – carbamazépine, prégabaline (hors AMM).

• Anesthésiques locaux : – emplâtre de lidocaïne (maximum 12 heures par jour) ; – capsaïcine locale (préparation magistrale)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Varicelle et zona
#164 #Cours #Dermatologie #Facultaires #Herpes #Herpesvirus #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales

Zona

• Douleurs aiguës très fréquentes : antalgiques de classe II à III

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#pdf #probability-density-function #probability-random-variables-statistics-and-random-processes

A continuous random variable assumes values from an uncountably infinite set \(S_X\). The notation for the pdf is \(f_X (x)\), where we use the lowercase letter \(f\) ,with a subscript corresponding to the name of the random variable \(X\), as a function of a possible value of the random variable, denoted by the corresponding lowercase letter \(x\). The probability density function of a continuous random variable \(X\), if it exists, expresses the complete probability model of a random experiment as the following mathematical function:

\(f_X (x) = \displaystyle \frac{dF_X (x)}{dx} \qquad (4.6)\)

This derivative, when it exists that is when \(F_X (x)\) is differentiable at \(x\), is non-negative, as the cdf is a non-decreasing function. There may, however, be places where the derivative is not defined. For example, a continuous cdf with corners (points of abrupt change in slope) has a derivative with step-type discontinuities. The definition of pdf allows placing a Dirac delta function of weight \(P (X = x)\) at the point \(x\) where the cdf is discontinuous.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#important-properties #pdf #probability-density-function #probability-random-variables-statistics-and-random-processes

The important properties associated with the pdf are as follows:

(i) \(f_X (x) \geq 0 \quad \forall x\)

(ii) \(\int_{-\infty}^\infty f_X (x) dx = 1\)

(iii) \(P(a \leq X \leq b)= \int_a^b f_X (x) dx \qquad (4.7)\)

All these three properties are consequences of the axioms of probability and can also be used to determine if some function could be a valid pdf.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026329529612] #has-images #impossible-event #non-zero-probability #possible-event #probability-random-variables-statistics-and-random-processes #zero-probability
Figure 4.5 shows for a continuous random variable the connections between possible and impossible events on the one hand and zero and nonzero probabilities on the other hand.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#cdf #pdf #probability-random-variables-statistics-and-random-processes #relationship

The cdf and pdf of a continuous random variable \(X\) are related as follows:

\(F_X (x) = \int_{−\infty}^x f_X (\tau) d\tau \qquad (4.8)\)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Infection à VIH : manifestations cutanéo-muqueuses de la primo-infection à VIH
#165 #Cours #Dermatologie #Facultaires #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #VIH
Un contact contaminant avec le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) est suivi d'une primo-infection symptomatique dans > 50 %
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Infection à VIH : manifestations cutanéo-muqueuses de la primo-infection à VIH
#165 #Cours #Dermatologie #Facultaires #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #VIH

Physiopathologie

Les modes de transmission du VIH sont : contact sexuel ou exposition au sang (transmission materno-fœtale, toxicomanie IV, exposition professionnelle…).
Le risque de transmission dépend :
• de la charge virale du « contaminant »,
• de l'existence d'effractions des barrières cutanées et/ou muqueuses du « contaminé » (présence d'une infection sexuellement transmissible (IST)).

L'incubation dure 2 à 3 semaines en moyenne

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Infection à VIH : manifestations cutanéo-muqueuses de la primo-infection à VIH
#165 #Cours #Dermatologie #Facultaires #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #VIH

En cas de contamination muqueuse, infection des cellules de Langerhans puis transfert aux lymphocytes CD4.

Le virus atteint alors les premiers ganglions de drainage puis la dissémination survient (4 à 11 jours après la contamination), s'accompagnant d'une virémie.
Celle-ci est mise en évidence par détection d'ARN viral par PCR.

À ce stade, le malade est contaminant, la virémie plasmatique est très élevée et la sérologie négative.

Les premiers anticorps à apparaître, mis en évidence par western blot, sont les anticorps dirigés contre les protéines du core p18–p24 puis contre les glycoprotéines d'enveloppe.
La sérologie se positive 3 à 6 semaines après la contamination, le plus souvent 1 à 2 semaines après le syndrome clinique de primo-infection.

Après cette phase de réplication virale active, la charge virale diminue progressivement pour atteindre un plateau d'intensité variable.

Un traitement précoce permet de diminuer le taux de charge virale résiduelle après la primo-infection

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Infection à VIH : manifestations cutanéo-muqueuses de la primo-infection à VIH
#165 #Cours #Dermatologie #Facultaires #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #VIH

Cette phase aiguë s'accompagne d'une lymphopénie T CD4, d'une augmentation des lymphocytes T CD8 cytotoxiques, et d'une diminution du rapport CD4/CD8.

Par la suite, on estime qu'il faut environ 6 mois après la séroconversion pour atteindre l'état d'équilibre immunovirologique

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Infection à VIH : manifestations cutanéo-muqueuses de la primo-infection à VIH
#165 #Cours #Dermatologie #Facultaires #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #VIH

Syndrome rétroviral aigu

Il associe variablement :
• un tableau d'allure grippale (90 % des cas) avec fièvre (38 à 39,5 °C), sueurs, asthénie, malaise général, arthralgies et myalgies, céphalées, douleurs pharyngées (énanthème du palais osseux), douleurs rétro-orbitaires ;
• une polyadénopathie ferme et indolore, symétrique (75 %) ;
• des signes neurologiques (20 %), avec syndrome méningé, troubles du comportement, plus rarement encéphalite, crises convulsives ou polyradiculonévrite, ou paralysie faciale périphérique ;
• des signes digestifs (diarrhée) et une toux (10 %)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Infection à VIH : manifestations cutanéo-muqueuses de la primo-infection à VIH
#165 #Cours #Dermatologie #Facultaires #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #VIH

Exanthème

Il est présent dans 60 à 70 % des cas.

Il est en fait capital d'évoquer la possibilité d'une primo-infection VIH devant toute éruption généralisée et fébrile de l'adulte.

C'est un érythème généralisé qui :

• apparaît entre le premier et le cinquième jour des signes généraux ;
• prédomine sur le tronc, la racine des membres et le cou, parfois le visage ;
• est habituellement morbilliforme fait de maculo-papules de quelques millimètres à 1 cm de diamètre, arrondies ou ovalaires, bien limitées, non squameuses (figure 165.1) ;
• tout type de rash (figure 165.2) doit évoquer une PI VIH
• peut toucher les paumes et les plantes.

Le prurit est rare et modéré.

La durée de l'éruption est de 5 à 10 jours.

Les autres formes sont rares : urticarienne, vésiculo-pustuleuse, topographie palmoplantaire

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Infection à VIH : manifestations cutanéo-muqueuses de la primo-infection à VIH
#165 #Cours #Dermatologie #Facultaires #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #VIH

Manifestations muqueuses

Il s'agit d'énanthème de la muqueuse buccale et/ou d'érosions muqueuses de 5 à 10 mm de diamètre (figure 165.3) responsables de douleurs à la déglutition.

Des érosions ou des ulcérations œsophagiennes, génitales et anales sont possibles

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Infection à VIH : manifestations cutanéo-muqueuses de la primo-infection à VIH
#165 #Cours #Dermatologie #Facultaires #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #VIH

Diagnostic positif

• Antigénémie p24, ARN-VIH plasmatique.

• Syndrome biologique.

• Syndrome mononucléosique (CD8) : 50 %.

• Lymphopénie (CD4) : 40 %.

• Thrombopénie : 25 %.

• Cytolyse hépatique : 30 %

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Infection à VIH : manifestations cutanéo-muqueuses de la primo-infection à VIH
#165 #Cours #Dermatologie #Facultaires #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #VIH

Diagnostic différentiel

Maladies infectieuses

On distingue :
• la syphilis secondaire en présence d'un syndrome cutané et systémique ;
• un exanthème viral autre, une toxoplasmose… ;
• une toxidermie (rechercher une prise médicamenteuse)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Infection à VIH : manifestations cutanéo-muqueuses de la primo-infection à VIH
#165 #Cours #Dermatologie #Facultaires #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #VIH

Diagnostic différentiel

  • Pityriasis rosé de Gibert Le pityriasis rosé de Gibert ne s'accompagne pas de signes généraux

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Infection à VIH : manifestations cutanéo-muqueuses de la primo-infection à VIH
#165 #Cours #Dermatologie #Facultaires #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #VIH

Évolution

La guérison du syndrome clinique de primo-infection est spontanée en 1 à 3 semaines.

Si lymphopénie marquée, des infections opportunistes sont possibles (candidose œsopha- gienne, cryptosporidiose digestive…).

La sévérité de la primo-infection est considérée comme un marqueur pronostique d'évolution de l'infection vers le syndrome d'immunodéficience acquise (sida)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Infection à VIH : manifestations cutanéo-muqueuses de la primo-infection à VIH
#165 #Cours #Dermatologie #Facultaires #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #VIH

Traitement

Un traitement antirétroviral précoce est indiqué, indépendamment des symptômes, du taux de CD4 et de la charge virale, lors d'une primo-infection.

Le malade doit être clairement informé des risques de transmission du VIH à son entourage et des mesures de prévention indispensables.

Le traitement doit s'associer à la demande d'un test de résistance des virus transmis, à tous les patients positifs avec adaptation du traitement antirétroviral aux résultats si besoin

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Infection à VIH : manifestations cutanéo-muqueuses de la primo-infection à VIH
#165 #Cours #Dermatologie #Facultaires #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #VIH

Traitement post-exposition (TPE)

Les patients peuvent consulter dans les 48 heures après une exposition sexuelle au VIH.

Une sérologie VIH, VHB et syphilis doivent être demandées en urgence.

En fonction des risques de transmission (maximum en cas de rapport anal réceptif avec un partenaire séropositif pour le VIH, beaucoup plus faible en cas de rapport orogénital réceptif) et après un entretien et un examen clinique, un traitement antirétroviral prophylactique peut être proposé. La durée du traitement est de 4 semaines et des consultations de contrôles sérologiques y compris des autres IST doivent être établies.

Depuis 2016, le traitement pré-exposition (Prep) fait l'objet d'une autorisation temporaire d'utilisation (ATU)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026357579020]
Infection à VIH : manifestations cutanéo-muqueuses de la primo-infection à VIH
#165 #Cours #Dermatologie #Facultaires #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #VIH #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5026364394764]
Infection à VIH : manifestations cutanéo-muqueuses de la primo-infection à VIH
#165 #Cours #Dermatologie #Facultaires #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #VIH #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Infection à VIH : manifestations cutanéo-muqueuses de la primo-infection à VIH
#165 #Cours #Dermatologie #Facultaires #IST #Maladies-infectieuses-et-tropicales #VIH

Manifestations dermatologiques devant faire proposer une sérologie VIH

Outre l'exanthème de la primo-infection à VIH, une sérologie VIH doit être proposée en présence des dermatoses suivantes :
• dermatite séborrhéique (d'apparition récente, floride et/ou résistante au traitement) (item 109) ;
• psoriasis (d'apparition récente, floride et/ou résistant au traitement) (item 114) ;
• porphyrie cutanée tardive, surtout en cas d'association à une infection par le virus de l'hépatite C (VHC) ;
• infection sexuellement transmissible (item 158) ;
• zona de l'adulte jeune (item 164) ;
• candidoses et dermatophytoses florides et/ou multirécidivantes (item 152) ;
• maladie de Kaposi.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs