Edited, memorised or added to reading list

on 09-Mar-2020 (Mon)

Do you want BuboFlash to help you learning these things? Click here to log in or create user.

Tumeurs du foie, primitives et secondaires - Tumeurs MALIGNES : Carcinome Hepato-Cellulaire (CHC)
#301 #Cours #Facultaires #Foie #HGE #Hepatiques #Médecine #Oncologie #Tumeurs

Manifestations cliniques et radiologiques, examens de laboratoire : CHC

Le carcinome hépatocellulaire est habituellement révélé par une complication de la cirrhose, ou un syndrome tumoral, plus rarement au cours d'un examen systématique de dépistage chez un patient cirrhotique.

Cette tumeur est vascularisée exclusivement par l'artère hépatique, à la différence du parenchyme hépatique non tumoral, également vascularisé par la veine porte.
Ces particularités expliquent les aspects caractéristiques en imagerie (tomodensitométrie, IRM ou échographie de contraste) : nodule qui, après injection de produit de contraste vasculaire, se rehausse plus que le parenchyme voisin au temps artériel de l'administration (wash-in) (fig. 28.17), mais devient moins dense que le parenchyme voisin au temps portal ou tardif (wash-out

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du foie, primitives et secondaires - Tumeurs MALIGNES : Carcinome Hepato-Cellulaire (CHC)
#301 #Cours #Facultaires #Foie #HGE #Hepatiques #Médecine #Oncologie #Tumeurs

Un diagnostic de carcinome hépatocellulaire peut aussi être porté sans examen invasif lorsque toutes les conditions suivantes sont réunies :

  • patient atteint de cirrhose ou de fibrose avancée
  • nodule de plus de 1 cm de diamètre : un seul examen nécessaire (TDM ou IRM avec injection) montrant un rehaussement artériel net et un wash-out au temps portal ou veineux
  • lésion < 10 mm : l'imagerie doit être refaite à 3 mois
  • imagerie atypique (ou foie non cirrhotique) : une biopsie est requise (fig. e28.21).

L'échographie de contraste ne doit pas être utilisée pour faire le diagnostic non invasif de carcinome hépatocellulaire

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cirrhose et complications
#276 #Cirrhose #Cours #Facultaires #HGE #Médecine

Anomalies biologiques

Les tests hépatiques peuvent être normaux.
Cependant, on observe souvent une élévation modérée des transaminases et de la γ-GT.

L'insuffisance hépatique se traduit par :

  • • une diminution des facteurs de coagulation (taux de prothrombine [TP] et facteur V) ;
  • • une élévation de l'INR ; • une diminution de l'albuminémie ;
  • • une élévation de la bilirubinémie.

L'hypertension portale s'accompagne d'un hypersplénisme (thrombopénie le plus souvent, leucopénie ou anémie qui sont moins fréquentes).

Chez les malades qui ont une cirrhose secondaire à une consommation excessive d'alcool, on observe une macrocytose (dont la spécificité est limitée au stade de cirrhose) ainsi qu'un bloc β-γ sur l'électrophorèse des protides (fusion entre les pics correspondant normalement aux β et γ-globulines).

Une importante élévation de la ferritinémie peut être observée (attention, elle ne traduit pas la présence d'une hémochromatose génétique associée). La saturation de la transferrine peut être augmentée, mais traduit la plupart du temps une baisse de la concentration sérique de transferrine, protéine synthétisée par le foie

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cirrhose et complications
#276 #Cirrhose #Cours #Facultaires #HGE #Médecine

Les tests biologiques à faire systématiquement dans le diagnostic étiologique de cirrhose sont :

  • sérologies de l'hépatite C et de l'hépatite B/delta,
  • glycémie à jeun, cholestérol, triglycérides,
  • ferritinémie, coefficient de saturation de la transferrine,
  • anticorps antinucléaires, antimuscle lisse, anti-LKM1, électrophorèse des protéines plasmatiques, anticorps antimitochondries,
  • cuprémie, cuprurie, céruloplasmine,
  • α1-antitrypsine

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cirrhose et complications - Thérapeutique
#276 #Cirrhose #Cours #Facultaires #HGE #Médecine

Traitement de l'ascite réfractaire

L'ascite réfractaire est définie par une ascite qui persiste ou récidive malgré un traitement médical optimal ou par une ascite impossible à traiter en raison de complication du traitement diurétique (encéphalopathie hépatique, insuffisance rénale, etc.).

L'apparition d'une ascite réfractaire correspond à une diminution significative de l'espérance de vie.

Les différentes options thérapeutiques sont :

  • • les ponctions évacuatrices itératives suivies d'une expansion volumique par albumine ;
  • • la mise en place d'un TIPS, qui permet de contrôler l'ascite dans 70 % des cas environ
  • • la transplantation hépatique.

Les ponctions itératives ne sont qu'un traitement palliatif de l'ascite ; la pose de TIPS doit toujours être préférée car elle améliore la survie.
Cependant, le TIPS ne peut être proposé que chez les patients qui n'ont pas d'insuffisance hépatocellulaire avancée : score de MELD inférieur à 19, score de Child-Pugh inférieur à 13.

Lorsque le TIPS est inenvisageable, la transplantation doit être discutée.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Eliminate stress: Stress is understood here as rapid change resulting in an increase in stress hormones (catecholamines, ACTH, cortisol, etc.). Stressful change can come from conflict, illness, death of a relative or unemployment. Stress can also result from seemingly happy events such as a marriage or a slap-dash vacation. Please do not fail to read: The Medical Basis of Stress. A simple test here is to make sure that creative problems circulate in your mind while you are brushing your teeth. You will fail the test if instead of creative thinking you are preoccupied with problems at work or in the family. Stress will cut down your creative efficiency manifold if it takes your mind away from problem solving. Most of all, however, it will affect your self-discipline: another cornerstone of genius. In addition, sustained stress will result in hypercortisolism, overactivity of the sympathetic system, and a resulting inhibition of the neural growth and memory consolidation
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

SuperMemo.com
mon said about genius: it takes about ten years to develop it. Not only will you have to meet all the criteria listed below, but you will yet need lots of patience before you climb your summit! <span>Eliminate stress: Stress is understood here as rapid change resulting in an increase in stress hormones (catecholamines, ACTH, cortisol, etc.). Stressful change can come from conflict, illness, death of a relative or unemployment. Stress can also result from seemingly happy events such as a marriage or a slap-dash vacation. Please do not fail to read: The Medical Basis of Stress . A simple test here is to make sure that creative problems circulate in your mind while you are brushing your teeth. You will fail the test if instead of creative thinking you are preoccupied with problems at work or in the family. Stress will cut down your creative efficiency manifold if it takes your mind away from problem solving. Most of all, however, it will affect your self-discipline: another cornerstone of genius. In addition, sustained stress will result in hypercortisolism, overactivity of the sympathetic system, and a resulting inhibition of the neural growth and memory consolidation Sleep: Make sure you always get as much quality sleep as your brain requires. The simplest first step: throw away your alarm clock! Lack of sleep delivers a quadruple whammy: (1) it pre




Flashcard 5077102365964

Tags
#english #genius #supermemo
Question
Eliminate stress: Stress is understood here as rapid change resulting in an increase in [...] (catecholamines, ACTH, cortisol, etc.). Stressful change can come from conflict, illness, death of a relative or unemployment. Stress can also result from seemingly happy events such as a marriage or a slap-dash vacation. Please do not fail to read: The Medical Basis of Stress. A simple test here is to make sure that creative problems circulate in your mind while you are brushing your teeth. You will fail the test if instead of creative thinking you are preoccupied with problems at work or in the family. Stress will cut down your creative efficiency manifold if it takes your mind away from problem solving. Most of all, however, it will affect your self-discipline: another cornerstone of genius. In addition, sustained stress will result in hypercortisolism, overactivity of the sympathetic system, and a resulting inhibition of the neural growth and memory consolidation
Answer
stress hormones

statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill

Parent (intermediate) annotation

Open it
Eliminate stress: Stress is understood here as rapid change resulting in an increase in stress hormones (catecholamines, ACTH, cortisol, etc.). Stressful change can come from conflict, illness, death of a relative or unemployment. Stress can also result from seemingly happy events such as

Original toplevel document

SuperMemo.com
mon said about genius: it takes about ten years to develop it. Not only will you have to meet all the criteria listed below, but you will yet need lots of patience before you climb your summit! <span>Eliminate stress: Stress is understood here as rapid change resulting in an increase in stress hormones (catecholamines, ACTH, cortisol, etc.). Stressful change can come from conflict, illness, death of a relative or unemployment. Stress can also result from seemingly happy events such as a marriage or a slap-dash vacation. Please do not fail to read: The Medical Basis of Stress . A simple test here is to make sure that creative problems circulate in your mind while you are brushing your teeth. You will fail the test if instead of creative thinking you are preoccupied with problems at work or in the family. Stress will cut down your creative efficiency manifold if it takes your mind away from problem solving. Most of all, however, it will affect your self-discipline: another cornerstone of genius. In addition, sustained stress will result in hypercortisolism, overactivity of the sympathetic system, and a resulting inhibition of the neural growth and memory consolidation Sleep: Make sure you always get as much quality sleep as your brain requires. The simplest first step: throw away your alarm clock! Lack of sleep delivers a quadruple whammy: (1) it pre







Flashcard 5077103938828

Tags
#english #genius #supermemo
Question
Eliminate stress: Stress is understood here as rapid change resulting in an increase in stress hormones (catecholamines, ACTH, cortisol, etc.). Stressful change can come from conflict, illness, death of a relative or unemployment. Stress can also result from seemingly happy events such as a marriage or a slap-dash vacation. Please do not fail to read: The Medical Basis of Stress. A simple test here is to make sure that creative problems circulate in your mind while you are brushing your teeth. You will fail the test if instead of creative thinking you are preoccupied with problems at work or in the family. Stress will cut down your creative efficiency manifold if it takes your mind away from problem solving. Most of all, however, it will affect your [...]: another cornerstone of genius. In addition, sustained stress will result in hypercortisolism, overactivity of the sympathetic system, and a resulting inhibition of the neural growth and memory consolidation
Answer
self-discipline

statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill

Parent (intermediate) annotation

Open it
ccupied with problems at work or in the family. Stress will cut down your creative efficiency manifold if it takes your mind away from problem solving. Most of all, however, it will affect your <span>self-discipline: another cornerstone of genius. In addition, sustained stress will result in hypercortisolism, overactivity of the sympathetic system, and a resulting inhibition of the neural growth an

Original toplevel document

SuperMemo.com
mon said about genius: it takes about ten years to develop it. Not only will you have to meet all the criteria listed below, but you will yet need lots of patience before you climb your summit! <span>Eliminate stress: Stress is understood here as rapid change resulting in an increase in stress hormones (catecholamines, ACTH, cortisol, etc.). Stressful change can come from conflict, illness, death of a relative or unemployment. Stress can also result from seemingly happy events such as a marriage or a slap-dash vacation. Please do not fail to read: The Medical Basis of Stress . A simple test here is to make sure that creative problems circulate in your mind while you are brushing your teeth. You will fail the test if instead of creative thinking you are preoccupied with problems at work or in the family. Stress will cut down your creative efficiency manifold if it takes your mind away from problem solving. Most of all, however, it will affect your self-discipline: another cornerstone of genius. In addition, sustained stress will result in hypercortisolism, overactivity of the sympathetic system, and a resulting inhibition of the neural growth and memory consolidation Sleep: Make sure you always get as much quality sleep as your brain requires. The simplest first step: throw away your alarm clock! Lack of sleep delivers a quadruple whammy: (1) it pre







Tumeurs de l'œsophage - Épidémiologie des cancers de l'œsophage
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs

Épidémiologie des cancers de l'œsophage

En France, l'incidence annuelle du cancer de l'œsophage est d'environ 5 000 nouveaux cas (4 500 en 2015). Il représente actuellement le 4 e cancer digestif après le cancer colorectal, le cancer du pancréas et le cancer de l'estomac. Il est rare avant 40 ans avec un pic d'incidence entre 50 et 75 ans. Le cancer de l'œsophage atteint surtout les hommes (environ 75 %) et il existe des variations régionales importantes (forte prévalence dans les départements du nord-ouest). L'incidence des cancers épidermoïdes diminue (baisse des consommations d'alcool et de tabac) mais on observe une augmentation de l'incidence des adénocarcinomes (augmentation du reflux gastro-œsophagien [RGO] et de l'obésité). Les adénocarcinomes représentent aujourd'hui plus de 50 % des cancers de l'œsophage

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs de l'œsophage - Épidémiologie des cancers de l'œsophage
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs
Le pronostic reste mauvais, comme pour les adénocarcinomes de l'estomac et du pancréas, avec une survie à 5 ans actuellement de l'ordre de 15 % (3 300 décès en 2015)
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs de l'œsophage - Facteurs de risque
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs

Cancer épidermoïde

Le tabac et l'alcool sont les facteurs de risque impliqués dans plus de 90 % des cas. Les boissons très chaudes et l'infection à papillomavirus humain sont également des facteurs de risque. Certaines affections œsophagiennes rares sont considérées comme précancéreuses : • le syndrome de Plummer-Vinson (associant, chez une femme, glossite, anémie microcytaire hypochrome et koïlonychie) ; • l'œsophagite caustique après plusieurs décennies d'évolution ; • la radiothérapie médiastinale (avec les techniques anciennes pour traiter des lymphomes ou des cancers du sein). Le rôle de l'achalasie reste discuté

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs de l'œsophage - Facteurs de risque
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs

Adénocarcinome

Pour les adénocarcinomes, plusieurs facteurs de risque sont identifiés : • le RGO chronique et sa complication l'endobrachyœsophage (EBO) ou métaplasie de Barrett ; • le surpoids (IMC [indice de masse corporelle] > 25 kg/m 2 ) et l'obésité (IMC > 30 kg/m 2 ) ; • le sexe masculin ; • le tabac. La seule condition précancéreuse est l'endobrachyœsophage. Il est défini par le remplacement (métaplasie) de la muqueuse œsophagienne malpighienne (épidermoïde) par une muqueuse glandulaire rose au niveau du bas œsophage, qui correspond en histopathologie à un épi- thélium de type intestinal avec cellules caliciformes (métaplasie intestinale)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs de l'œsophage - Facteurs de risque
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs
Le risque de dégénérescence est d'autant plus important que l'EBO est long (> 3 cm), circonférentiel et associé à des lésions de dysplasie. La prévalence de l'EBO est d'environ 1 à 5 % de la population générale mais de 10 à 20 % chez les patients atteints de RGO. Le risque de transformation maligne de l'EBO au cours de la vie est d'environ 10 %.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs de l'œsophage - Prévention et dépistage
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs

Prévention et dépistage

La première prévention contre les cancers épidermoïdes est la lutte contre le tabagisme et la consommation excessive d'alcool. En cas d'alcoolo-tabagisme avec un antécédent de cancer ORL et/ou bronchopulmonaire, un programme de dépistage par fibroscopie œsogastroduodé- nale (FOGD) annuelle est à discuter

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs de l'œsophage - Prévention et dépistage
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs
Le dépistage et la surveillance systématique de l'EBO n'ont pas permis une diminution de la mortalité à l'échelle d'une population car la progression d'un EBO vers un adénocarcinome reste faible. Néanmoins, à l'échelle individuelle, elle permet une augmentation de la survie car permet de diagnostiquer les lésions précancéreuses ou cancéreuses à un stade précoce curable. Actuellement, une surveillance endoscopique des EBO (dépistage de la dysplasie) est recommandée tous les 2 à 5 ans selon la longueur de l'EBO et un traitement par IPP au long cours est indiqué (diminue le risque de transformation maligne)
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs de l'œsophage - Symptômes : KC avancé
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs
Peuvent s'associer : • une dysphonie par envahissement du nerf récurrent ; • une toux après la déglutition par fistule œsobronchique, voire des pneumopathies à répétition ; • une dyspnée inspiratoire par compression trachéale ; • une altération de l'état général avec amaigrissement parfois majeur ; • des douleurs thoraciques ou dorsales, un syndrome cave supérieur ou un ganglion de Troisier (creux claviculaire gauche) qui traduisent un cancer évolué. Tous ces symptômes évocateurs d'un cancer de l'œsophage doivent conduire à la réalisation d'une fibroscopie œsogastroduodénale
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs de l'œsophage - Clinique
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs
La recherche des affections associées comporte l'investigue la présence d'une hépatopathie liée à l'alcool, comporte un examen ORL et pneumologique à la recherche d'un cancer synchrone (présence d'un second cancer dans 10 % des cas)
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs de l'œsophage - Paraclinique
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs

Examen utile au diagnostic

Le diagnostic repose sur la FOGD, impérative devant toute dysphagie chez un adulte, qui met en évidence la tumeur (fig. 29.1) et permet des biopsies (au minimum 8 pour avoir un diagnostic histologique de certitude). Elle mesure aussi les distances par rapport aux arcades dentaires des pôles inférieur et supérieur de la tumeur, et la position de la tumeur par rapport au cardia, ainsi que l'existence d'un EBO

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5077365034252]
Tumeurs de l'œsophage - Paraclinique
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5077367131404]
Tumeurs de l'œsophage - Paraclinique
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs de l'œsophage - Paraclinique
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs
Une coloration vitale (Lugol pour le cancer épidermoïde, bleu de méthylène pour les adéno- carcinomes) ou virtuelle (techniques de modification des couleurs et du relief par électronique, directement incorporée à l'endoscope) est recommandée pour mieux apprécier les limites tumorales et rechercher une deuxième localisation œsophagienne
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs de l'œsophage - Bilan d'extension
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs

Le bilan initial comprend un scanner thoraco-abdominopelvien (fig. 29.7). En cas de carcinome épidermoïde et/ou d'alcoolo-tabagisme, un examen ORL pour rechercher un cancer ORL synchrone associé doit être effectué. Une fibroscopie bronchique doit également être réalisée pour rechercher un cancer bronchique et/ou une fistule œsotrachéale (sauf en cas d'adénocarcinome du tiers inférieur chez un patient non fumeur).

Un scanner cérébral et une scintigraphie osseuse sont réalisés uniquement en cas de signe d'appel

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5077378403596]
Tumeurs de l'œsophage - Bilan d'extension
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5077382073612]
Tumeurs de l'œsophage - Bilan d'extension
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs de l'œsophage - Bilan d'extension
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs
En l'absence de métastase ou d'envahissement trachéal au bilan initial, sont également réalisées : • une échoendoscopie œsophagienne qui évalue l'infiltration en profondeur et l'envahis- sement ganglionnaire et permet éventuellement la ponction échoguidée d'adénopathies d'aspects atypiques (fig. 29.8) ; • une tomographie par émission de positons (TEP) au fluorodéoxyglucose couplée au scan- ner (TEP-scan), examen le plus sensible pour détecter l'extension métastatique à distance (fig. 29.9). Elle est utile également pour définir les champs de radiothérapie
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs de l'œsophage - Bilan d'extension
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs
L'évaluation des comorbidités nécessite un bilan nutritionnel, la recherche d'une hépatopathie et d'une insuffisance respiratoire (exploration fonctionnelle respiratoire). À l'issue du bilan, plus de 50 % des patients ont une contre-indication à la résection chirurgi- cale soit du fait de l'extension de la maladie, soit à cause d'une comorbidité
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs de l'œsophage - Bilan d'extension
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs
Les adénopathies cervicales, thoraciques et abdominales supérieures, y compris cœliaques, sont considérées comme régionales. Seules les adénopathies sus-claviculaires et les adénopathies lomboaortiques sont considérées comme métastatiques.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5077392035084]
Tumeurs de l'œsophage - Bilan d'extension
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5077394132236]
Tumeurs de l'œsophage - Bilan d'extension
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5077399637260]
Tumeurs de l'œsophage - Bilan d'extension
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5077401734412]
Tumeurs de l'œsophage - Bilan d'extension
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs de l'œsophage - Traitements
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs
Cancers de stade I Les traitements endoscopiques sont privilégiés (mucosectomie) pour les tumeurs limitées à la muqueuse (Tis et T1a) et les lésions précancéreuses (dysplasie de bas et haut grade).
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs de l'œsophage - Traitements
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs
Cancers de stade II La chirurgie est le traitement de référence. L'intervention chirurgicale de choix est l'œso- phagectomie transthoracique subtotale avec curage ganglionnaire (médiastinal et coro- naire stomachique) et plastie gastrique (intervention de Lewis-Santy). L'examen d'au moins 15 ganglions dont 6 ganglions médiastinaux est nécessaire à l'évaluation correcte du statut ganglionnaire
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs de l'œsophage - Traitements
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs
Cancers de stade III La radiochimiothérapie de 1 re intention est recommandée pour les cancers épidermoïdes, sui- vie ou non d'une chirurgie programmée. Pour les adénocarcinomes, la chirurgie précédée de chimiothérapie ou de radiochimiothérapie néoadjuvante ou une radiochimiothérapie exclusive sont les options thérapeutiques à discuter en RCP.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs de l'œsophage - Traitements
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs
Cancers de stade IV Si l'état général est conservé (OMS < 2), la chimiothérapie palliative à base de sel de platine est le traitement de référence de formes métastatiques.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs de l'œsophage - Traitements
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs
Traitement à visée curative – La « mucosectomie » se déroule en plusieurs étapes : – le repérage exact de la lésion ; – l'injection sous-muqueuse (injection de sérum salé à l'aide d'une aiguille à sclérose pour décoller la lésion) ; – la capture de la lésion par aspiration ; – la section (l'anse est maintenue serrée et la section se fait en utilisant un courant électrique). La pièce de résection est récupérée pour analyse histologique ; en cas d'invasion sous-muqueuse et/ou de résec- tion incomplète, une chirurgie est à discuter.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs de l'œsophage - Traitements
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs
– L'œsophagectomie est un geste chirurgical lourd nécessitant une double voie d'abord abdominale et thora- cique gauche. Elle se fera au mieux en service spécialisé doté d'une réanimation chirurgicale. La morbidité est de 20 % et la mortalité de 5 % (complications infectieuses pulmonaires). La prévention des complications postopératoires est essentielle (nutrition préopératoire, kinésithérapie respiratoire). Après chirurgie curative, la survie est de 40 % à 5 ans (fonction du stade)
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs de l'œsophage - Traitements
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs
– La radiochimiothérapie consiste en une irradiation de 50 Gy (25 séances sur 5 semaines) associée à une chimio- thérapie à base de sel de platine (5-fluoro-uracile + cisplatine ou oxaliplatine). Les résultats de la radiochimio- thérapie exclusive sont équivalents à ceux de la chirurgie avec néanmoins moins de morbimortalité. Elle est souvent le traitement de 1 re intention dans les formes localement avancées (compte tenu des comorbidités fréquentes) et une chirurgie de rattrapage est proposée uniquement en l'absence de réponse complète à la radiochimiothérapie ou en cas de récidive locale
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs de l'œsophage - Traitements
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs
Surveillance La surveillance après traitement à but curatif comprend : – un examen clinique tous les 3 à 6 mois pendant 5 ans ; – après radiochimiothérapie exclusive : une endoscopie œsophagienne avec biopsies tous les 6 à 12 mois, sur- tout en cas d'EBO persistant. Aucun autre examen systématique n'est recommandé mais un scanner thoraco- abdominopelvien se discute pour dépister une récidive métastatique qui serait traitable par chimiothérapie ; – des examens à visée de dépistage d'un second cancer : un examen ORL et une endoscopie bronchique 1 fois/an, à la recherche d'un cancer métachrone. Une aide au sevrage d'alcool et de tabac doit être proposée
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs de l'œsophage
#302 #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oesophage #Oncologie #Tumeurs
• Le bilan d'extension comprend un scanner thoraco-abdominopelvien, l'échoendoscopie œsophagienne, le TEP-scan, l'endoscopie bronchique (sauf en as d'adénocarcinome du tiers inférieur chez un patient non fumeur), l'examen ORL (sauf chez un patient non alcoolo-tabagique), les explorations fonction- nelles respiratoires et l'ECG (échographie cardiaque en cas de suspicion d'insuffisance cardiaque).
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs bénignes du côlon et du rectum
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
La transformation de l'épithélium colique suit dans la majorité des cas la filiation cryptes aberrantes/adénome en dysplasie de bas grade/ adénome en dysplasie de haut grade/cancer in situ/cancer invasif
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Définition des polypes et polyposes colorectales
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Définition des polypes et polyposes colorectales

Le terme de polype colorectal désigne une tumeur de petite dimension faisant saillie dans la lumière du côlon ou du rectum sans préjuger de sa nature histologique. Le polype peut être : • sessile : comme un verre de montre ou le sommet d'une colline posé sur la paroi, dans sa continuité (fig. 26.1) • pédiculé : comme un champignon ou un battant de cloche, avec une tige et une tête (fig. 26.2) ; • plan : relief peu ou pas perceptible en endoscopie standard

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Définition des polypes et polyposes colorectales
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Lorsqu'il existe 10 polypes ou plus (nombre cumulé de polypes au cours des différentes coloscopies), on parle de polypose sans préjuger de son caractère héréditaire ou pas
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Histologie des polypes colorectaux bénins
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Histologie des polypes colorectaux bénins

Il existe 4 variétés histologiques de polypes colorectaux bénins : • les polypes adénomateux (ou polyadénomes ou adénomes) ; • les lésions festonnées ; • les polypes juvéniles ; • les pseudo-polypes inflammatoires. Seuls les polypes adénomateux et certaines lésions festonnées peuvent se transformer en cancers. Les polypes adénomateux résultent de la prolifération des cellules des glandes de Lieberkühn. Les adénomes sont classés en fonction de leur aspect endoscopique (sessile, pédi- culé, plan), de leur architecture histologique et leur degré de dysplasie (dysplasie de bas grade ou de haut grade). Il existe 3 sous-types histologiques de polypes adénomateux : • adénome tubuleux (75 %) (fig. e26.4) ; • adénome tubulovilleux (20 %) ; • adénome villeux (5 %)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Histologie des polypes colorectaux bénins
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
La prévalence des adénomes est élevée, augmentant avec l'âge à partir de 30–40 ans pour atteindre 30 % des sujets de 65 ans. Le sex-ratio hommes/femmes des adénomes est de 2. Les adénomes peuvent se transformer en cancer, d'autant plus qu'ils sont de grande taille (≥ 1 cm), avec de la dysplasie de haut grade et nombreux (≥ 3)
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Histologie des polypes colorectaux bénins
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
• Dans la dysplasie de bas grade, les anomalies cytologiques sont modérées, la mucosé- crétion tend à être conservée, les mitoses sont en nombre fréquent mais l'architecture générale du tissu est bien préservée. • Dans les dysplasies de haut grade, les anomalies cytologiques sont très marquées avec une perte de la différenciation cellulaire, les mitoses sont fréquentes et l'architecture tissulaire remaniée. La dysplasie de haut grade correspond au premier stade du cancer et évolue rapidement vers l'adénocarcinome in situ.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Histologie des polypes colorectaux bénins
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Les polypes hyperplasiques se présentent comme un simple allongement des cryptes glandulaires sans dysplasie. Ils prédominent dans le côlon distal et le rectum. La prévalence des polypes hyperplasiques augmente avec l'âge ; elle est de l'ordre de 20–30 % à 50 ans. Ils ne dégénèrent pas en cancer. Les adénomes sont avec ou sans dysplasie. Les adénomes/polypes festonnés sessiles (fig. 26.5) sont essentiellement retrouvés dans le côlon droit et présentent un haut risque de dégénérescence. Les adénomes festonnés traditionnels sont plus rares, siègent le plus souvent au niveau du côlon gauche et sont aussi des lésions précancéreuses
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5077442891020]
Tumeurs bénignes du côlon et du rectum
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5077444988172]
Tumeurs bénignes du côlon et du rectum
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5077447085324]
Tumeurs bénignes du côlon et du rectum
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5077463338252]
Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Histologie des polypes colorectaux bénins
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5077467008268]
Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Histologie des polypes colorectaux bénins
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5077469105420]
Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Histologie des polypes colorectaux bénins
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Histologie des polypes colorectaux bénins
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Filiation adénome – cancer Type histologique largement majoritaire des cancers colorectaux, l'adénocarcinome se déve- loppe le plus souvent à partir d'un adénome. Le risque de cancer croît avec le nombre d'adé- nomes (≥ 3), la taille de l'adénome (≥ 1 cm), la présence de dysplasie de haut grade et, s'il s'agit d'un adénome festonné, avec de la dysplasie (adénome/polype festonné sessile ou adé- nome festonné traditionnel)
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Histologie des polypes colorectaux bénins
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
La présence de foyers adénocarcinomateux dans un adénome est de l'ordre de 1 % dans les adénomes tubuleux, de 12 % dans les adénomes tubulovilleux et de 15 % dans les adénomes villeux. Dans un adénome de moins de 1 cm, cette éventualité est très peu probable (0,3 %)
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Histologie des polypes colorectaux bénins
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
On estime que sur 1 000 adénomes, 100 atteindront la taille de 1 cm et 25 d'entre eux deviendront des cancers dans un délai de 10 à 20 ans
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Histologie des polypes colorectaux bénins
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
La probabilité cumulative de transformation adénocarcinomateuse d'un adénome de diamètre supérieur ou égal à 1 cm est de 2,5 % à 5 ans, 8 % à 10 ans et 24 % à 20 ans. Certains cancers se développent à partir d'adénomes plans et de petite taille ou de polypes festonnés, principalement dans le côlon droit, en particulier au cours du syndrome de Lynch (également appelé syndrome HNPCC [Hereditary Non-Polyposis Colorectal Cancer])
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Circonstances de découverte et moyens diagnostiques
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Circonstances de découverte et moyens diagnostiques En règle générale, les polypes sont asymptomatiques et diagnostiqués par coloscopie réalisée soit :

• pour des symptômes digestifs qui ne peuvent pas être attribués aux polypes (ex. : pour troubles du transit ou douleurs abdominales). Ils sont alors de découverte fortuite ;

• pour des symptômes attribués aux polypes. Certains polypes, surtout volumineux, peuvent saigner et motiver une coloscopie pour rectorragies (essentiellement polypes du côlon distal) ou anémie microcytaire par carence martiale suite à un saignement occulte digestif ;

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Circonstances de découverte et moyens diagnostiques
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
La coloscopie totale est l'examen de référence et de 1 re intention pour rechercher des polypes ou un cancer colorectal. Elle est réalisée habituellement sous anesthésie générale. Elle doit être précédée par un lavage colique complet par 3 à 4 L d'une solution hydroélectrolytique contenant soit du polyéthylène glycol (PEG), soit un autre laxatif (ex. : phosphate de sodium)
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Circonstances de découverte et moyens diagnostiques
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
• Le risque de perforation colique est d'environ 1 sur 1 000 examens et surtout lors d'une résection d'un volumineux polype par mucosectomie
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Circonstances de découverte et moyens diagnostiques
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
La coloscopie virtuelle ou coloscanner (technique spécifique de scanographie après prépara- tion colique) est validée pour la détection des polypes et équivalent à la coloscopie pour la détection des polypes de plus de 6 mm. La vidéocapsule colique est en phase d'évaluation pour la détection des polypes. La coloscopie virtuelle et la vidéocapsule colique, dont l'uti- lisation à large échelle ne peut pas être recommandée actuellement, ne dispenseront pas, en cas de positivité, d'une coloscopie ultérieure pour assurer le diagnostic histologique et l'ablation des polypes. Elles doivent être réservées aux patients avec un risque anesthésique important mais qui pourrait bénéficier d'une coloscopie ou d'une chirurgie si une anomalie est découverte
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Conduite à tenir en cas de découverte de polypes
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Parfois, en cas de suspicion de lésion plane, une chromoendoscopie est réalisée pour faciliter la détection et chez les patients avec un risque très élevé de lésion plane comme dans le syndrome de Lynch. La chromoendoscopie est une coloration de la muqueuse, le plus souvent par projection d'un colorant (indigo carmin) pour détecter des polypes plans. Il existe également des colorations virtuelles possibles grâce à des endoscopes spéciaux avec une lumière colorée ou un post- traitement de l'image, plus simples d'utilisation et qui ne nécessitent pas de pulvérisation de colorant
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Conduite à tenir en cas de découverte de polypes
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Conduite à tenir en cas de découverte de polypes

Tout polype découvert doit être traité au cours d'une coloscopie par ablation (fig. 26.7). Les polypes pédiculés peuvent presque tous être retirés par polypectomie endoscopique. Une anse diathermique est placée à la base du pied du polype pour l'enserrer, et un courant électrique permet de couper le polype et coaguler le pied.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Conduite à tenir en cas de découverte de polypes
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Quand l'exérèse d'un polype n'est pas possible par voie endoscopique, l'exérèse chirurgicale (colectomie segmentaire) est nécessaire
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Conduite à tenir en cas de découverte de polypes
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
L'étude anatomopathologique systématique de la pièce de polypectomie ou, à défaut, des biopsies si le polype n'est pas résécable par voie endoscopique, permet d'établir le type histo- logique du polype, le degré de dysplasie s'il s'agit d'un adénome et, en cas de transformation maligne, le degré d'envahissement tumoral de la sous-muqueuse. Une résection colique seg- mentaire complémentaire peut être indiquée en cas d'histologie défavorable (ex. : envahisse- ment carcinomateux de la sous-muqueuse avec risque d'envahissement ganglionnaire) ou d'envahissement des marges de résection
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Conduite à tenir en cas de découverte de polypes
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Surveillance après exérèse de polypes

Seuls les adénomes (festonnés ou non) justifient une surveillance coloscopique. La coloscopie de contrôle doit être faite au bout de 3 ans s'il existait un adénome de taille supérieure ou égale à 1 cm, ou s'il y avait 3 adénomes ou plus, ou une dysplasie de haut grade pour les polypes adénomateux, ou de la dysplasie quel que soit le grade pour les adénomes festonnés. Dans les autres cas, une coloscopie de contrôle doit être faite au bout de 5 ans

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Conduite à tenir en cas de découverte de polypes
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

En cas de transformation cancéreuse limitée à la muqueuse (in situ), une exérèse chirurgicale est inutile.

En cas de transformation cancéreuse avec foyer(s) de carcinome(s) sous-muqueux, une exérèse chirurgicale est inutile si toutes les conditions suivantes sont remplies :
• envahissement sous-muqueux superficiel (< 1 mm en cas de lésion sessile ou plane, ou uniquement du tiers supérieur du pied en cas de lésion pédiculée) ; • exérèse complète certaine et marge de sécurité > 1 mm ; • cancer bien ou moyennement différencié ; • absence d'embole lymphatique ou vasculaire ; • absence de budding (petits amas de cellules tumorales, mal limités, dissociant le stroma au niveau du front d'invasion tumorale). La surveillance coloscopique des polypes doit être interrompue quand il paraît improbable qu'elle prolonge l'espérance de vie

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5077505543436]
Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Conduite à tenir en cas de découverte de polypes
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5077515504908]
Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Conduite à tenir en cas de découverte de polypes
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5077517602060]
Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Conduite à tenir en cas de découverte de polypes
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Polyposes
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Polypose adénomateuse familiale et polypose familiale atténuée

Une polypose familiale est à suspecter si plus de 10 polypes adénomateux colorectaux syn- chrones ou métachrones sont mis en évidence (à discuter en fonction de l'âge), d'autant plus s'il y a des antécédents personnels ou familiaux de cancer colorectal. Il existe deux formes, la polypose adénomateuse familiale (PAF) et la polypose familiale atténuée. Une consultation d'oncogénétique avec enquête familiale et recherche d'une éventuelle anomalie moléculaire est nécessaire dès qu'un cas de polypose familiale est suspecté

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Polyposes
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

PAF

La PAF est une maladie héréditaire, autosomique dominante, dont la pénétrance est com- plète (la présence de la mutation entraîne quasi constamment l'apparition du phénotype) (fig. 26.11). La PAF est à l'origine d'environ 1 % des CCR. Le gène APC, dont la mutation constitutionnelle est responsable de la maladie, est sur le bras long du chromosome 5. Le gène APC est impliqué à la fois dans l'initiation et la progression tumorale. Le risque de transmission à la descendance est de 50 % pour chaque enfant. La prévalence de la maladie est d'environ 1/10 000.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Polyposes
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

PAF

Dans la forme classique, il y a plus de 100 polypes (jusqu'à plus de 1 000) et, en l'absence de colectomie préventive, la cancérisation est inéluctable, en général avant 40 ans. Une colecto- mie totale avec anastomose iléorectale ou une coloproctectomie avec anastomose iléo-anale préventive vers 15–25 ans est indiquée (selon le nombre de polypes et la sévérité de l'atteinte du rectum)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Polyposes
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

PAF

D'autres tumeurs, digestives et extradigestives, sont fréquemment associées. Les adénomes duo- dénaux, en particulier péri-ampullaires, sont fréquents et peuvent dégénérer. Ils doivent être dépistés et réséqués par endoscopie digestive haute (fig. 26.12). Les tumeurs desmoïdes (mésen- chymateuses) touchent jusqu'à ¼ des patients. Même en l'absence de potentiel malin, la crois- sance locorégionale de ces tumeurs, en particulier dans le mésentère, est source de mortalité

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5077528612108]
Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Polyposes
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5077530709260]
Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Polyposes
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Polyposes
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
La polypose familiale atténuée est une forme atténuée de polypose au cours de laquelle les polypes sont moins nombreux (entre 5 et 100) et d'apparition plus tardive. La transmission est autosomique récessive avec une pénétrance quasi complète des sujets homozygotes mutés pour le gène MUTYH. Le gène MUTYH est un gène de réparation de l'ADN appartenant au système de réparation BER (Base Excision Repair), impliqué dans le processus de réparation des lésions oxydatives de l'ADN. Compte tenu du mode de transmission autosomique récessif, le risque de développer la maladie est de 25 % pour la fratrie et quasi nul pour la descendance (sauf consanguinité). Le risque cumulé de cancer semble de l'ordre de 10 à 50 %. Une chirur- gie prophylactique colique est discutée uniquement si le nombre de polypes est élevé, ne permettant pas une surveillance endoscopique. Des polypes duodénaux peuvent être observés et doivent être dépistés
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Polyposes
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Autres polyposes

Elles sont encore plus rares que la PAF. Elles sont à transmission dominante, avec des polypes hamartomateux (croissance excessive des cellules épithéliales du côlon désorganisant sa struc- ture normale) et un risque accru de cancer colorectal :

• le syndrome de Peutz-Jeghers : mutations du gène STK11, il associe polypes hamartoma- teux de l'intestin grêle et du côlon et lentiginose périorificielle (accumulation sur la peau et/ou les muqueuses de petites taches brunes). Il y a un risque de cancers du côlon, de l'intestin grêle, du pancréas et de l'ovaire ;

• le syndrome de Cowden : mutations du gène PTEN, il associe hamartomes de la peau, de la thyroïde, du côlon, de l'endomètre. Les cancers du sein, de l'endomètre et de la thyroïde sont plus fréquents que les cancers intestinaux ;

• la polypose juvénile : mutations des gènes SMAD4 ou BMPRA1, les hamartomes sont diffus sur tout le tractus digestif et les polypes hamartomateux colorectaux sont très fréquents

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5077542767884]
Tumeurs bénignes du côlon et du rectum - Polyposes
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Épidémiologie
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Épidémiologie

Environ 40 000 nouveaux cas de cancers colorectaux surviennent chaque année en France (43 000 en 2015 dont 23 500 hommes et 19 500 femmes), avec 18 000 décès/an

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Épidémiologie
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Le cancer colorectal est le 3 e cancer le plus fréquent après le can- cer du sein et de la prostate (3 e rang chez l'homme et 2 e rang chez la femme)
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Épidémiologie
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Dans plus de 9 cas sur 10, il est diagnostiqué après 50 ans. Les taux d'incidence sont en légère baisse, en lien avec le dépistage
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Épidémiologie
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
C'est la 2 e cause de décès par cancer, après le cancer du poumon (2 e rang chez l'homme et 3 e rang chez la femme). La mortalité du cancer colorectal diminue fortement depuis 1980 (baisse d'environ 1 % par an), en lien avec une amélioration des traitements et un diagnostic plus précoce
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Épidémiologie
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Environ 5 % de la population française aura un CCR. Environ 40 % de ces cancers touchent le rectum, 60 % le côlon où la localisation principale est le sigmoïde. Le sex- ratio hommes/femmes du cancer du côlon est de 1, celui du cancer du rectum est de 2. Le cancer colorectal, rare avant 50 ans, voit sa fréquence régulièrement augmenter après cet âge. L'âge moyen au diagnostic est de 70 ans
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Épidémiologie
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Le taux de survie global actuel est de l'ordre de 60 % 5 ans après le diagnostic (contre 50 % dans les années 1980). Le taux de survie globale est fortement lié au stade de la maladie, il passe de plus de 90 % pour les cancers de stade I à 10 % pour les cancers de stade IV.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5077563739404]
Cancers du côlon et du rectum - Épidémiologie
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Facteurs de risque et stratégie de dépistage
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Facteurs de risque et stratégie de dépistage en fonction du niveau de risque

Les principaux facteurs de risque du cancer colorectal sont la consommation d'alcool, de tabac, la sédentarité, l'inactivité physique, le surpoids, l'obésité, l'alimentation avec une consomma- tion faible en fibres et excessive de viande rouge ou de viandes transformées

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Facteurs de risque et stratégie de dépistage
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Personnes à risque moyen

Il s'agit du cas général, qui concerne environ 80 % de la population. Ce sont les hommes et les femmes de plus de 50 ans (94 % des cancers colorectaux surviennent après 50 ans) de la population générale qui ne sont ni à risque élevé ni à risque très élevé (cf. infra).

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Facteurs de risque et stratégie de dépistage
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Risque moyen

[...] désormais test immunologique OC-sensor ® ). Il est proposé tous les 2 ans entre 50 et 74 ans, suivi d'une coloscopie en cas de positivité. Il est ainsi théoriquement pos- sible de diminuer la mortalité par cancer colorectal de 20 % si la participation de la population atteint 50 %. Environ 5 % des tests sont positifs. En cas de test positif, dans 40 % des cas, un adénome de taille supérieure à 1 cm ou un cancer est diagnostiqué par la coloscopie. La sensi- bilité pour le diagnostic de cancer colorectal est de 80 % mais la majorité des cancers dépistés par cette méthode sont de bon pronostic car limités à la paroi (stades I et II de la classification TNM

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Facteurs de risque et stratégie de dépistage
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Risque moyen

Le taux de participation en France est faible, actuellement de l'ordre de 30 %. Il faut encou- rager les patients à se soumettre à cette procédure de dépistage de masse pour qu'elle soit utile. Le test immunologique fécal n'est pas indiqué en cas de symptôme digestif ou chez une personne à risque élevé ou très élevé (indication de coloscopie)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Facteurs de risque et stratégie de dépistage
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Personnes à risque élevé

Ce sont les personnes (15 à 20 % de la population générale) qui ont :

• déjà eu un adénome ou un cancer colorectal.
Une coloscopie de surveillance est effectuée après 3 à 5 ans en fonction du nombre, de la taille et de l'histologie des polypes et, si la coloscopie suivante est normale, ensuite tous les 5 ans ;

• un parent du 1 er degré (père, mère, frère, sœur, enfant) qui a eu un cancer colorectal ou un adénome, ou deux parents ou plus du deuxième degré qui ont eu un cancer colorectal.
La première coloscopie est faite à partir de 45 ans ou 5 ans avant l'âge du diagnostic du premier cas dans la famille, puis tous les 5 ans après une coloscopie normale ;

• une maladie de Crohn avec atteinte colique ou une rectocolite hémorragique (RCH), soit étendue et évoluant depuis plus de 8 ans, soit associée à une cholangite sclérosante ;

• une acromégalie.

La détection des cancers colorectaux et des adénomes en cas de risque élevé repose sur des coloscopies de dépistage dont le rythme dépend de la pathologie sous-jacente (en général tous les 3 à 5 ans).

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Facteurs de risque et stratégie de dépistage
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Personnes à risque très élevé

Ce sont les personnes (1 à 3 % de la population générale) qui ont : • une polypose adénomateuse familiale ; • un syndrome de Lynch ou HNPCC.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Facteurs de risque et stratégie de dépistage
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Syndrome de Lynch

Le syndrome de Lynch est un syndrome de transmission autosomique dominante par mutation constitutionnelle d'un des gènes du système MMR (Mismatch Repair) (principalement MLH1 et MSH2, plus rarement PMS2 et MSH6) impliqué dans la réparation des erreurs de mésap- pariement de l'ADN et ayant donc une fonction suppressive de tumeurs.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Facteurs de risque et stratégie de dépistage
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Le syndrome de Lynch est respon- sable d'environ 3 % des cancers colorectaux
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Facteurs de risque et stratégie de dépistage
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Lynch

Lorsqu'il existe une mutation constitutionnelle sur un allèle d'un des gènes MMR, la survenue d'un événement somatique inactivant le second allèle du gène (et donc le sys- tème MMR) conduit à une instabilité génétique au niveau des microsatellites générant des mutations sur l'ensemble du génome à l'origine de la transformation maligne de l'épithélium colorectal

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Facteurs de risque et stratégie de dépistage
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Lynch

Il est également possible de rechercher une inactivation du système MMR en immunohistochimie avec des anticorps spécifiques (MLH1, PMS2, MSH2 et MSH6) qui peut montrer une perte d'expression d'une ou plu- sieurs protéines du système MMR au niveau des cellules tumorales. Tous les CCR dans le cadre d'un syndrome de Lynch et 15 % des CCR sporadiques présentent une instabilité microsatellitaire. Dans le syndrome de Lynch, cela est donc lié à la mutation constitution- nelle d'un des gènes du système MMR et, dans les cas sporadiques, à une inactivation du gène MLH1, le plus souvent par une hyperméthylation de son promoteur (liée au vieillissement)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Facteurs de risque et stratégie de dépistage
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Lynch

La pénétrance de ce syndrome est élevée, avec 40 à 70 % de risque cumulé de cancer colorectal pour les hommes et 20 à 50 % pour les femmes. Le risque ne se limite pas au côlon puisque les femmes ont également un risque cumulé de cancer de l'endomètre de plus de 40 %

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Facteurs de risque et stratégie de dépistage
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Lynch

Les critères historiques pour suspecter cliniquement un syndrome HNPCC sont les critères d'Amsterdam II (cf. Pour aller plus loin). D'autres critères, plus récents et plus larges, dits de Bethesda révisés, associent des critères cliniques et la recherche du phénotype MSI sur la tumeur. La confirmation du syndrome de Lynch repose sur l'identification de la mutation constitutionnelle sur l'un des gènes du système MMR

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Facteurs de risque et stratégie de dépistage
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Risque très élevé

La détection des cancers colorectaux en cas de risque très élevé repose sur les coloscopies itératives (en général tous les 1 à 2 ans), idéalement avec chromoendoscopie. Si la mutation est identifiée dans la famille, seuls les patients porteurs de celle-ci sont considérés à risque très élevé

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5077584186636]
Cancers du côlon et du rectum - Facteurs de risque et stratégie de dépistage
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Circonstances diagnostiques
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Cancer du côlon

Très longtemps asymptomatique, ce cancer peut se révéler par : • des douleurs abdominales d'apparition récente ; • un trouble du transit intestinal d'apparition récente (ou la modification récente de troubles anciens du transit intestinal) ; • une anémie ferriprive (cancers du côlon droit surtout) ; • un méléna (cancers du côlon droit) ou des rectorragies ; • une altération de l'état général ; • une tumeur abdominale palpable ou une hépatomégalie hétérogène (métastases hépatiques) ; • une complication (occlusion intestinale ou perforation/péritonite ou abcès/fistule digestive) ; • une endocardite ou une septicémie à germes digestifs (notamment à Streptococcus bovis) ; • une symptomatologie évoquant une sigmoïdite (tout premier épisode de sigmoïdite justifie d'une coloscopie à distance pour ne pas méconnaître une tumeur surinfectée). Tous ces symptômes évocateurs de cancer colique doivent conduire à la réalisation d'une coloscopie totale sous anesthésie générale

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Circonstances diagnostiques
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Cancer du rectum

Les circonstances révélatrices peuvent être les mêmes que celles des cancers du côlon avec plus spécifiquement : • des rectorragies ; • un syndrome rectal (épreintes et/ou ténesme) ; • une constipation ou une diarrhée récentes. Le diagnostic peut être fait cliniquement par le toucher rectal en cas de cancer développé dans la partie moyenne ou basse du rectum

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Circonstances diagnostiques
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Examens utiles au diagnostic

Le diagnostic de cancer colorectal repose sur la coloscopie totale qui permet de visualiser la tumeur et de réaliser des biopsies (fig. 26.14). Le diagnostic de cancer du rectum peut être fait par coloscopie courte avec biopsies mais une coloscopie totale est recommandée pour ne méconnaître une autre lésion colique synchrone

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Bilan préthérapeutique
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Les stades II sont une population hétérogène avec, comme facteurs de mauvais pronostic, un faible nombre de ganglions examinés, un stade T4, une chirurgie en urgence, une tumeur peu différenciée, des emboles vasculaires ou des engaine- ments périnerveux. L'instabilité microsatellitaire est, elle, de bon pronostic
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Bilan préthérapeutique
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Cancer du côlon

Le bilan préthérapeutique d'un cancer du côlon doit comporter, après un examen clinique complet, la recherche : • de lésions synchrones du rectum et du côlon par une coloscopie totale. En cas de sténose infranchissable, une coloscopie devra être réalisée dans les 6 mois suivant la résection chirurgicale ; • de métastases viscérales (essentiellement hépatiques et pulmonaires) par un scanner tho- raco-abdominopelvien (fig. 26.17) ; • d'une élévation de l'antigène carcinoembryonnaire (ACE) qui n'a pas d'intérêt diagnos- tique mais un intérêt dans le suivi postopératoire (détection d'une récidive si augmentation de l'ACE)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Bilan préthérapeutique
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Cancer du rectum

Le bilan est identique à celui du cancer colique avec plusieurs examens supplémentaires : • le toucher rectal permet d'apprécier le siège de la tumeur par rapport au sphincter, son extension endoluminale et le caractère mobile ou fixé de la lésion ; • l'extension de la tumeur dans la paroi rectale et l'atteinte ganglionnaire sont précisées par la réalisation systématique de deux examens : échoendoscopie rectale et IRM pelvienne. Pour les tumeurs volumineuses ou circonférentielles qui ont franchi la paroi rectale, l'exten- sion locorégionale est mieux appréciée par l'IRM qui montre l'extension de la tumeur dans le mésorectum et la distance qui la sépare de la limite externe de la loge rectale et visualise d'éventuelles adénopathies de voisinage. L'échoendoscopie est plus performante pour les petites tumeurs pour déterminer l'invasion dans la paroi rectale.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5077621935372]
Cancers du côlon et du rectum - Bilan préthérapeutique
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5077624032524]
Cancers du côlon et du rectum - Bilan préthérapeutique
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5077629275404]
Cancers du côlon et du rectum - Bilan préthérapeutique
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Classification pronostique
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
L'examen d'au moins 12 ganglions régionaux sur la pièce de colectomie est nécessaire à l'éva- luation correcte du statut ganglionnaire. Une demande de recherche d'instabilité microsatellitaire sur la tumeur est indispensable chez les patients de moins de 60 ans et/ou en cas d'antécédents familiaux ou personnels de cancer (cancer du spectre du syndrome de Lynch) pour ne pas méconnaître un syndrome de Lynch. Elle est également utile pour évaluer le pronostic (bon pronostic en cas d'instabilité microsatel- litaire) et la sensibilité à certains traitements (sensibilité à l'immunothérapie en cas d'instabilité instabilité microsatellitaire).
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Classification pronostique
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Une demande de recherche de mutation RAS (KRAS et NRAS) sur la tumeur est indis- pensable en cas de métastases pour définir le type de chimiothérapie (prescription d'an- ticorps monoclonaux anti-Epidermal Growth Factor Receptor possible uniquement en l'absence de mutation RAS). Une demande de recherche de mutation BRAF sur la tumeur est utile en cas de métastases pour évaluer le pronostic (mauvais pronostic en cas de mutation de BRAF).
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5077639761164]
Cancers du côlon et du rectum - Classification pronostique
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Grands principes du traitement des cancers colorectaux non métastatiques
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Grands principes du traitement des cancers colorectaux non métastatiques

Le côlon est défini anatomiquement comme étant situé en amont de la jonction rectosigmoï- dienne, située à plus de 15 cm de la marge anale en rectoscopie et au-dessus du corps de la 3 e vertèbre sacrée (de profil au-dessus du promontoire)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Grands principes du traitement des cancers colorectaux non métastatiques
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Les cancers du côlon présentent essentiellement un risque de récidive métastatique alors que ceux du rectum ont un risque de récidive à la fois métastatique et locale, qui conditionne les traitements périopératoires
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Grands principes du traitement des cancers colorectaux non métastatiques
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Le traitement chirurgical des cancers du côlon non métastatique repose sur l'exérèse de la tumeur primitive avec des marges de côlon sain (minimum 5 cm), associée à l'exérèse des vais- seaux et du mésocôlon contenant les ganglions lymphatiques. Une chimiothérapie adjuvante est indiquée en cas de tumeur de stade III.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum - Grands principes du traitement des cancers colorectaux non métastatiques
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Pour les tumeurs du rectum, les modalités de la chirurgie dépendent de la possibilité ou non de conserver le sphincter anal.

Le choix entre intervention conservatrice (proctectomie avec anastomose colorectale ou coloanale) ou amputation du rectum et de l'anus (amputation abdomino-périnéale avec colostomie définitive) repose sur le siège de la tumeur évalué sur le bilan préthérapeutique.

Une radiochimiothérapie préopératoire est indiquée pour les cancers du moyen et bas rectum localement avancés (tumeurs T3 ou T4 et/ou N +)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Surveillance après un traitement à visée curative d'un cancer colorectal

L'objectif de cette surveillance est de dépister tôt une récidive à un stade encore curable.

Les recommandations sont :

TRI-ANNUEL PENDANT 3 ANS PUIS BI-ANNUEL PENDANT 2 ANS :

  • Examen clinique tous les 3 mois pendant 3 ans, puis tous les 6 mois pendant 2 ans
  • Échographie abdominale tous les 3 mois durant les 3 premières années, puis tous les 6 mois les 2 années suivantes
  • Dosage de l'ACE tous les 3 mois pendant 3 ans, puis tous les 6 mois pendant 2 ans. La surveillance doit être suspendue si le bénéfice devient incertain (comorbidités sévères, âge > 80 ans, etc.)

ANNUELLEMENT PENDANT 5 ANS :

  • Radiographie pulmonaire annuelle pendant 5 ans
  • Examen TDM thoraco-abdominopelvien, en alternative à l'association radiographie pulmonaire – échographie abdominale

AUTRE :

  • Coloscopie à 2 ans après l'intervention (en cas de coloscopie initiale complète et de bonne qualité) puis tous les 5 ans si elle est normale (en absence de syndrome de prédisposition héréditaire)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Cancers du côlon et du rectum
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Principes thérapeutiques des cancers colorectaux métastasés

Le traitement dépend de la résécabilité des métastases qui doit être évaluée systématiquement en RCP : • en cas de métastases résécables, une chimiothérapie puis une chirurgie des métastases et de la tumeur primitive sont proposées ; • en cas de métastases non résécables, un traitement palliatif par chimiothérapie sera réalisé avec pour but de maintenir la qualité de vie et prolongée la survie

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Flashcard 5077748813068

Tags
#301 #Cours #Facultaires #Foie #HGE #Hepatiques #Médecine #Oncologie #Tumeurs #has-images
Question
Comment expliquer anatomiquement l'aspect typique en imagerie de contraste du CHC ?
[unknown IMAGE 5062576180492]
Answer

Les CHC est vascularisé exclusivement par l'artère hépatique


À la différence du parenchyme hépatique non tumoral, également vascularisé par la veine porte.


statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill

Parent (intermediate) annotation

Open it
hépatocellulaire est habituellement révélé par une complication de la cirrhose, ou un syndrome tumoral, plus rarement au cours d'un examen systématique de dépistage chez un patient cirrhotique. <span>Cette tumeur est vascularisée exclusivement par l'artère hépatique, à la différence du parenchyme hépatique non tumoral, également vascularisé par la veine porte. Ces particularités expliquent les aspects caractéristiques en imagerie (tomodensitométrie, IRM ou échographie de contraste) : nodule qui, après injection de produit de contraste vascula

Original toplevel document (pdf)

cannot see any pdfs







Flashcard 5078867643660

Tags
#301 #Cours #Facultaires #Foie #HGE #Hepatiques #Médecine #Oncologie #Tumeurs
Question

Un diagnostic de carcinome hépatocellulaire peut aussi être porté sans examen invasif lorsque toutes les conditions suivantes sont réunies :

  • Nodule de plus de [...] de diamètre : un seul examen nécessaire (TDM ou IRM avec injection) avec aspect typique

Answer

1 cm


Mais aussi :

  • lésion < 10 mm : l'imagerie doit être refaite à 3 mois
  • imagerie atypique (ou foie non cirrhotique) : une biopsie est requise
  • patient atteint de cirrhose ou de fibrose avancée


statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill

Parent (intermediate) annotation

Open it
e carcinome hépatocellulaire peut aussi être porté sans examen invasif lorsque toutes les conditions suivantes sont réunies : patient atteint de cirrhose ou de fibrose avancée nodule de plus de <span>1 cm de diamètre : un seul examen nécessaire (TDM ou IRM avec injection) montrant un rehaussement artériel net et un wash-out au temps portal ou veineux lésion < 10 mm : l'imagerie doit ê

Original toplevel document (pdf)

cannot see any pdfs







Flashcard 5079220489484

Tags
#301 #Cours #Facultaires #Foie #HGE #Hepatiques #Médecine #Oncologie #Tumeurs
Question

Un diagnostic de carcinome hépatocellulaire peut aussi être porté sans examen invasif lorsque toutes les conditions suivantes sont réunies :

  • lésion < 10 mm : l'imagerie doit être refaite à [...]

Answer

3 mois


Mais aussi :

  • patient atteint de cirrhose ou de fibrose avancée
  • nodule de plus de 1 cm de diamètre : un seul examen nécessaire (TDM ou IRM avec injection) montrant un rehaussement artériel net et un wash-out au temps portal ou veineux
  • imagerie atypique (ou foie non cirrhotique) : une biopsie est requise


statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill

Parent (intermediate) annotation

Open it
amètre : un seul examen nécessaire (TDM ou IRM avec injection) montrant un rehaussement artériel net et un wash-out au temps portal ou veineux lésion < 10 mm : l'imagerie doit être refaite à <span>3 mois imagerie atypique (ou foie non cirrhotique) : une biopsie est requise (fig. e28.21). L'échographie de contraste ne doit pas être utilisée pour faire le diagnostic non invasif de carcino

Original toplevel document (pdf)

cannot see any pdfs







Flashcard 5079449603340

Tags
#301 #Cours #Facultaires #Foie #HGE #Hepatiques #Médecine #Oncologie #Tumeurs
Question

Un diagnostic de carcinome hépatocellulaire peut aussi être porté sans examen invasif lorsque toutes les conditions suivantes sont réunies :

  • patient atteint de [...] ou de [...]

Answer

cirrhose ou de fibrose avancée


Mais aussi :

  • nodule de plus de 1 cm de diamètre : un seul examen nécessaire (TDM ou IRM avec injection) montrant un rehaussement artériel net et un wash-out au temps portal ou veineux
  • lésion < 10 mm : l'imagerie doit être refaite à 3 mois
  • imagerie atypique (ou foie non cirrhotique) : une biopsie est requise

statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill

Parent (intermediate) annotation

Open it
Un diagnostic de carcinome hépatocellulaire peut aussi être porté sans examen invasif lorsque toutes les conditions suivantes sont réunies : patient atteint de cirrhose ou de fibrose avancée nodule de plus de 1 cm de diamètre : un seul examen nécessaire (TDM ou IRM avec injection) montrant un rehaussement artériel net et un wash-out au temps portal ou

Original toplevel document (pdf)

cannot see any pdfs







Flashcard 5079820799244

Tags
#301 #Cours #Facultaires #Foie #HGE #Hepatiques #Médecine #Oncologie #Tumeurs
Question

Diagnostic de carcinome hépatocellulaire :

  • Imagerie atypique (ou foie non cirrhotique) : [...] est requise

Answer

une biopsie


statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill

Parent (intermediate) annotation

Open it
njection) montrant un rehaussement artériel net et un wash-out au temps portal ou veineux lésion < 10 mm : l'imagerie doit être refaite à 3 mois imagerie atypique (ou foie non cirrhotique) : <span>une biopsie est requise (fig. e28.21). L'échographie de contraste ne doit pas être utilisée pour faire le diagnostic non invasif de carcinome hépatocellulaire <span>

Original toplevel document (pdf)

cannot see any pdfs







Flashcard 5079885810956

Tags
#301 #Cours #Facultaires #Foie #HGE #Hepatiques #Médecine #Oncologie #Tumeurs
Question
[...] ne doit pas être utilisée pour faire le diagnostic non invasif de carcinome hépatocellulaire
Answer

L'échographie de contraste


statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill

Parent (intermediate) annotation

Open it
riel net et un wash-out au temps portal ou veineux lésion < 10 mm : l'imagerie doit être refaite à 3 mois imagerie atypique (ou foie non cirrhotique) : une biopsie est requise (fig. e28.21). <span>L'échographie de contraste ne doit pas être utilisée pour faire le diagnostic non invasif de carcinome hépatocellulaire <span>

Original toplevel document (pdf)

cannot see any pdfs







Flashcard 5079891315980

Tags
#276 #Cirrhose #Cours #Facultaires #HGE #Médecine
Question

L'insuffisance hépatique se traduit par :

  • une diminution des facteurs de coagulation ( [...] [ [Acronyme?] ] et [...] )
  • une élévation de [...]
  • une diminution de [...]
  • une élévation de la [...]
Answer

L'insuffisance hépatique se traduit par :

  • une diminution des facteurs de coagulation (taux de prothrombine [TP] et facteur V)

  • une élévation de l'INR

  • une diminution de l'albuminémie

  • une élévation de la bilirubinémie


statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill

Parent (intermediate) annotation

Open it
ion modérée des transaminases et de la γ-GT. L'insuffisance hépatique se traduit par : • une diminution des facteurs de coagulation (taux de prothrombine [TP] et facteur V) ; • une élévation de <span>l'INR ; • une diminution de l'albuminémie ; • une élévation de la bilirubinémie. L'hypertension portale s'accompagne d'un hypersplénisme (thrombopénie le plus souvent, leucopénie ou anémie qu

Original toplevel document (pdf)

cannot see any pdfs







Flashcard 5079892888844

Tags
#276 #Cirrhose #Cours #Facultaires #HGE #Médecine
Question

Anomalies biologiques

Chez les malades qui ont une cirrhose secondaire à une consommation excessive d'alcool, on observe un [...] sur l'électrophorèse des protides

Answer

bloc β-γ


statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill

Parent (intermediate) annotation

Open it
réquentes). Chez les malades qui ont une cirrhose secondaire à une consommation excessive d'alcool, on observe une macrocytose (dont la spécificité est limitée au stade de cirrhose) ainsi qu'un <span>bloc β-γ sur l'électrophorèse des protides (fusion entre les pics correspondant normalement aux β et γ-globulines). Une importante élévation de la ferritinémie peut être observée (attention, ell

Original toplevel document (pdf)

cannot see any pdfs







Flashcard 5079897345292

Tags
#276 #Cirrhose #Cours #Facultaires #HGE #Médecine
Question

Traitement des poussées d'ascite

On débute généralement par [médicament?]

Answer

La SPIRONOLACTONE


Débute à 75 mg/j

On peut augmenter la dose jusqu'à 400 mg/j en fonction de la réponse


statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill

Parent (intermediate) annotation

Open it
oit être préféré à un régime plus restrictif qui risque d'être mal suivi et de conduire à une restriction alimentaire. Les diurétiques peuvent être associés d'emblée. On débute généralement par <span>la spironolac- tone, à 75 mg/j. On peut augmenter la dose jusqu'à 400 mg/j en fonction de la réponse, mesurée par la perte de poids et la natriurèse. En l'absence de réponse suffisante avec la spironolacto

Original toplevel document (pdf)

cannot see any pdfs







Flashcard 5079898918156

Tags
#276 #Cirrhose #Cours #Facultaires #HGE #Médecine
Question

Traitement des poussées d'ascite

En l'absence de réponse suffisante avec le premier diurétique, on peut associer [...]

Answer

Du FUROSÉMIDE


Débute à la posologie de 40 mg/j

Recommandé de ne pas dépasser 120 mg/j.


statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill

Parent (intermediate) annotation

Open it
On peut augmenter la dose jusqu'à 400 mg/j en fonction de la réponse, mesurée par la perte de poids et la natriurèse. En l'absence de réponse suffisante avec la spironolactone, on peut associer <span>du furosémide en commençant à la posologie de 40 mg/j. La dose de furosémide peut être augmentée. Il est recommandé de ne pas dépasser 120 mg/j. <span>

Original toplevel document (pdf)

cannot see any pdfs







Flashcard 5079900491020

Tags
#276 #Cirrhose #Cours #Facultaires #HGE #Médecine
Question

Traitement des poussées d'ascite

Un régime désodé peu restrictif ([...] de sel) doit être préféré à un régime plus restrictif.

Answer

2 à 4 g/j


statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill

Parent (intermediate) annotation

Open it
Traitement des poussées d'ascite Le traitement repose sur le régime désodé et les diurétiques. Un régime désodé peu restrictif (2 à 4 g/j de sel) doit être préféré à un régime plus restrictif qui risque d'être mal suivi et de conduire à une restriction alimentaire. Les diurétiques peuvent être associés d'emblée. On débute

Original toplevel document (pdf)

cannot see any pdfs







Flashcard 5079905209612

Tags
#276 #Cirrhose #Cours #Facultaires #HGE #Médecine
Question

Traitement des poussées d'ascite

L'hyponatrémie est fréquente en cas d'ascite.
Elle est bien tolérée jusqu'à
[...] mmol/L environ.

Answer

125 mmol/L


En dessous de cette valeur ou en cas de mauvaise tolérance clinique, les doses de diurétiques doivent être réduites


statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill

Parent (intermediate) annotation

Open it
elle ne favorise pas le contrôle de l'ascite et, en revanche, majore le risque d'insuffisance rénale fonctionnelle. L'hyponatrémie est fréquente en cas d'as- cite. Elle est bien tolérée jusqu'à <span>125 mmol/L environ. En dessous de cette valeur ou en cas de mauvaise tolérance clinique, les doses de diurétiques doivent être réduites <span>

Original toplevel document (pdf)

cannot see any pdfs







Flashcard 5079906782476

Tags
#276 #Cirrhose #Cours #Facultaires #HGE #Médecine
Question

Traitement des poussées d'ascite

[...] est proscrite

Answer

La restriction hydrique


  • Ne favorise pas le contrôle de l'ascite
  • Majore le risque d'insuffisance rénale fonctionnelle


statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill

Parent (intermediate) annotation

Open it
Traitement des poussées d'ascite La restriction hydrique est proscrite car elle ne favorise pas le contrôle de l'ascite et, en revanche, majore le risque d'insuffisance rénale fonctionnelle. L'hyponatrémie est fréquente en cas d'as- cite. Ell

Original toplevel document (pdf)

cannot see any pdfs







[unknown IMAGE 5079910976780]
Abdomen / Digestif - Segments veineux hépatiques
#Anatomie #Clinique #Médecine #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5079913073932]
Abdomen / Digestif - Segments veineux hépatiques
#Anatomie #Clinique #Médecine #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Flashcard 5079918578956

Tags
#276 #Cirrhose #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #has-images
Question

Le score de Child-Pugh

La classe A correspond aux malades dont le score est de [...]

[unknown IMAGE 5062784584972]
Answer

5 ou 6


statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill

Parent (intermediate) annotation

Open it
Le score de Child-Pugh correspond à la somme des points pour tous les items. La classe A correspond aux malades dont le score est de 5 ou 6. La classe B correspond aux malades dont le score est compris entre 7 et 9. La classe C correspond aux malades dont le score est compris entre 10 et 15

Original toplevel document (pdf)

cannot see any pdfs







Flashcard 5079920151820

Tags
#276 #Cirrhose #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #has-images
Question

Le score de Child-Pugh

La classe B correspond aux malades dont le score est compris entre [...]

[unknown IMAGE 5062784584972]
Answer

7 et 9


statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill

Parent (intermediate) annotation

Open it
ild-Pugh correspond à la somme des points pour tous les items. La classe A correspond aux malades dont le score est de 5 ou 6. La classe B correspond aux malades dont le score est compris entre <span>7 et 9. La classe C correspond aux malades dont le score est compris entre 10 et 15 <span>

Original toplevel document (pdf)

cannot see any pdfs







Flashcard 5079921724684

Tags
#276 #Cirrhose #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #has-images
Question

Le score de Child-Pugh

La classe C correspond aux malades dont le score est compris entre [...]

[unknown IMAGE 5062784584972]
Answer

10 et 15


statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill

Parent (intermediate) annotation

Open it
correspond aux malades dont le score est de 5 ou 6. La classe B correspond aux malades dont le score est compris entre 7 et 9. La classe C correspond aux malades dont le score est compris entre <span>10 et 15 <span>

Original toplevel document (pdf)

cannot see any pdfs







Flashcard 5079927491852

Tags
#276 #Cirrhose #Cours #Facultaires #HGE #Médecine
Question
Quelles sont les différentes options thérapeutiques envisageables au stade d'ascite réfractaire ?
Answer

  • Ponctions évacuatrices itératives suivies d'une expansion volumique par albumine

  • Mise en place d'un TIPS

  • Transplantation hépatique


statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill

Parent (intermediate) annotation

Open it
athie hépatique, insuffisance rénale, etc.). L'apparition d'une ascite réfractaire correspond à une diminution significative de l'espérance de vie. Les différentes options thérapeutiques sont : <span>• les ponctions évacuatrices itératives suivies d'une expansion volumique par albumine ; • la mise en place d'un TIPS, qui permet de contrôler l'ascite dans 70 % des cas environ • la transplantation hépatique. Les ponctions itératives ne sont qu'un traitement palliatif de l'ascite ; la pose de TIPS doit toujours être préférée car elle améliore la survie. Cependant, le TIPS ne peut être propo

Original toplevel document (pdf)

cannot see any pdfs







Flashcard 5079929851148

Tags
#276 #Cirrhose #Cours #Facultaires #HGE #Médecine
Question

Traitement de l'ascite réfractaire

Cependant, le TIPS ne peut être proposé que chez les patients qui n'ont pas d'insuffisance hépatocellulaire avancée :

  • Score de MELD inférieur à [...]
  • Score de Child-Pugh inférieur à [...]

Answer

  • MELD inférieur 19

  • Child-Pugh inférieur à 13


statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill

Parent (intermediate) annotation

Open it
ujours être préférée car elle améliore la survie. Cependant, le TIPS ne peut être proposé que chez les patients qui n'ont pas d'insuffisance hépatocellulaire avancée : score de MELD inférieur à <span>19, score de Child-Pugh inférieur à 13. Lorsque le TIPS est inenvisageable, la transplantation doit être discutée. <span>

Original toplevel document (pdf)

cannot see any pdfs







Flashcard 5079934831884

Tags
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs #has-images
[unknown IMAGE 5079933259020]
Question
Définition des classes T1 T2 T3 de la TNM du cancer colorectal (2017) ?
[unknown IMAGE 5084880964876]
Answer
  • T1 : Sous-muqueuse

  • T2 : Musculeuse

  • T3 : Sous-séreuse


statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill

pdf

cannot see any pdfs







Flashcard 5079938239756

Tags
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs #has-images
Question
Que représente le stade I du CCR ?
[unknown IMAGE 5084883324172]
Answer
  • T1 ou T2

  • N0 M0


    Localement limité


statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill

pdf

cannot see any pdfs







Flashcard 5079940074764

Tags
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs #has-images
Question
Que représente le stade 2 du CCR ?
[unknown IMAGE 5077639761164]
Answer
  • T3 ou T4

  • N0 M0


    Localement avancé


statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill

pdf

cannot see any pdfs







Flashcard 5079942958348

Tags
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Question

Tumeurs du rectum

Une radiochimiothérapie préopératoire est indiquée pour les cancers du moyen et bas rectum localement avancés (tumeurs [...] ou [...] et/ou [...] )

Answer

(tumeurs T3 ou T4 et/ou N +)


statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill

Parent (intermediate) annotation

Open it
ve) repose sur le siège de la tumeur évalué sur le bilan préthérapeutique. Une radiochimiothérapie préopératoire est indiquée pour les cancers du moyen et bas rectum localement avancés (tumeurs <span>T3 ou T4 et/ou N +) <span>

Original toplevel document (pdf)

cannot see any pdfs







Flashcard 5079946104076

Tags
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Question

Surveillance après un traitement à visée curative d'un cancer colorectal

L'objectif de cette surveillance est de dépister tôt une récidive à un stade encore curable.

Les recommandations sont :

  • Coloscopie à [...] ans après l'intervention puis tous les [...] ans si elle est normale

Answer

2 ans après l'intervention puis tous les 5 ans si elle est normale


statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill

Parent (intermediate) annotation

Open it
T 5 ANS : Radiographie pulmonaire annuelle pendant 5 ans Examen TDM thoraco-abdominopelvien, en alternative à l'association radiographie pulmonaire – échographie abdominale AUTRE : Coloscopie à <span>2 ans après l'intervention (en cas de coloscopie initiale complète et de bonne qualité) puis tous les 5 ans si elle est normale (en absence de syndrome de prédisposition héréditaire) </sp

Original toplevel document (pdf)

cannot see any pdfs







Flashcard 5079949249804

Tags
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Question

Dépistage - Personnes à risque élevé

  • Un parent du 1er degré qui a eu un cancer colorectal ou un adénome OU deux parents ou plus du deuxième degré qui ont eu un cancer colorectal
    • La première coloscopie est faite à partir de [...] ans ou [...] ans avant l'âge du diagnostic du premier cas dans la famille

Answer

Première coloscopie faite à partir de 45 ans ou 5 ans avant l'âge du diagnostic du premier cas dans la famille


Puis tous les 5 ans après une coloscopie normale


statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill

Parent (intermediate) annotation

Open it
, mère, frère, sœur, enfant) qui a eu un cancer colorectal ou un adénome, ou deux parents ou plus du deuxième degré qui ont eu un cancer colorectal. La première coloscopie est faite à partir de <span>45 ans ou 5 ans avant l'âge du diagnostic du premier cas dans la famille, puis tous les 5 ans après une coloscopie normale ; • une maladie de Crohn avec atteinte colique ou une rectocolite

Original toplevel document (pdf)

cannot see any pdfs







Flashcard 5079955541260

Tags
#276 #Cirrhose #Cours #Facultaires #HGE #Médecine
Question

Hémorragies digestives par rupture de varices œsophagiennes et/ou gastriques - Antibiothérapie

Une antibiothérapie systématique réduit significativement la mortalité.
Elle repose sur une
[...] ( [DCI ?] ) ou [...] ( [DCI ?] ) pendant [...] jours

Answer

Quinolone (NORFLOXACINE) ou une céphalosporine de 3e génération (CÉFOTAXIME) pendant 7 jours


statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill

Parent (intermediate) annotation

Open it
de l'hospitalisation. Les infections bactériennes aggravent le pronostic. Une antibiothérapie systématique réduit significativement la mortalité. Elle repose sur une quinolone (norfloxacine) ou <span>une céphalosporine de 3 e génération (céfo- taxime) pendant 7 jours. Le céfotaxime doit être préféré chez les patients ayant une insuffi- sance hépatocellulaire sévère (Child-Pugh C), chez ceux traités par norfloxacine au

Original toplevel document (pdf)

cannot see any pdfs







Flashcard 5079957114124

Tags
#276 #Cirrhose #Cours #Facultaires #HGE #Médecine
Question

Hémorragies digestives par rupture de varices œsophagiennes et/ou gastriques - Antibiothérapie

Le [...] doit être préféré chez les patients ayant :

  • Une insuffisance hépatocellulaire sévère (Child-Pugh C)
  • Chez ceux traités par norfloxacine au long cours
  • Chez les patients hospitalisés dans des hôpitaux où la prévalence des germes résistants aux fluoroquinolones est élevée.

Answer

céfotaxime


statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill

Parent (intermediate) annotation

Open it
. Une antibiothérapie systématique réduit significativement la mortalité. Elle repose sur une quinolone (norfloxacine) ou une céphalosporine de 3 e génération (céfo- taxime) pendant 7 jours. Le <span>céfotaxime doit être préféré chez les patients ayant une insuffi- sance hépatocellulaire sévère (Child-Pugh C), chez ceux traités par norfloxacine au long cours, ou chez les patients hospitalisés

Original toplevel document (pdf)

cannot see any pdfs







Flashcard 5079961046284

Tags
#276 #Cirrhose #Cours #Facultaires #HGE #Médecine
Question

Contrôle de l'ascite

Les malades qui ont une concentration de protides inférieure à [...] g/L dans l'ascite ont un risque significativement plus élevé de développer une infection du liquide d'ascite.

Answer

10 g/L


statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill

Parent (intermediate) annotation

Open it
long cours nécessite une surveillance régulière de la natrémie, de la kaliémie et de la créatininémie (toutes les 2 à 4 semaines). Les malades qui ont une concentration de protides inférieure à <span>10 g/L dans l'ascite ont un risque significativement plus élevé de développer une infection du liquide d'ascite. L'intérêt d'une antibioprophylaxie (norfloxacine à demi-dose) systématique

Original toplevel document (pdf)

cannot see any pdfs







[unknown IMAGE 5079964716300]
Anatomie radiologique : Segmentation hépatique (2/2) (cf. image 5079966813452)
#Anatomie #Clinique #Médecine #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5079966813452]
Anatomie radiologique : Segmentation hépatique (1/2)
#Anatomie #Clinique #Médecine #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




#git
--assume-unchanged assumes that a developer shouldn’t change a file. This flag is meant for improving performance for not-changing folders like SDKs. --skip-worktree is useful when you instruct git not to touch a specific file ever because developers should change it. For example, if the main repository upstream hosts some production-ready configuration files and you don’t want to accidentally commit changes to those files, --skip-worktree is exactly what you want.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

git index - Git - Difference Between 'assume-unchanged' and 'skip-worktree' - Stack Overflow
until the index is discarded. There is a good summary of the ramifications of this difference and the typical use cases here: http://fallengamer.livejournal.com/93321.html . From that article: <span>--assume-unchanged assumes that a developer shouldn’t change a file. This flag is meant for improving performance for not-changing folders like SDKs. --skip-worktree is useful when you instruct git not to touch a specific file ever because developers should change it. For example, if the main repository upstream hosts some production-ready configuration files and you don’t want to accidentally commit changes to those files, --skip-worktree is exactly what you want. share |improve this answer edited Jan 14 '15 at 15:28 answered Nov 29 '12 at 17:39 [emptylink] [imagelink] Borealid Borealid 78.7k88 gold badges9797 silver badges114114 bronze badges 3




By default xargs reads items from standard input as separated by blanks and executes a command once for each argument.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

Linux and Unix xargs command tutorial with examples | George Ornbo
st tools like grep can accept standard input as a parameter, many other tools cannot. Using xargs allows tools like echo and rm and mkdir to accept standard input as arguments. How to use xargs <span>By default xargs reads items from standard input as separated by blanks and executes a command once for each argument. In the following example standard input is piped to xargs and the mkdir command is run for each argument, creating three folders. echo 'one two three' | xargs mkdir ls one two three How




Tumeurs du côlon et du rectum - Epidemiologie
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
En 2015, le cancer colorectal (CCR) était le 3 e cancer de l’homme diagnostiqué en France (après les cancers de la prostate et du poumon) et le 2 e chez la femme (après le cancer du sein). Tous sexes confondus, il est au 4 e rang des cancers les plus fréquents.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Epidemiologie
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
y Environ 35 % des CCR sont des tumeurs du rectum (défini comme une tumeur dont l’extrémité distale est située à une distance ≤ 15 cm de la marge anale mesurée par rectosigmoïdoscopie rigide). Les can - cers du côlon représentent 65 % des CCR (rapport 2/3 – 1/3 entre côlon gauche et côlon droit). y Il a été responsable de 18 000 décès en France, 2 e cause de mortalité par cancer en France (après le cancer du poumon) : 12 % de la mortalité par cancer.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Epidemiologie
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
y En 2012, l’âge médian au moment du diagnostic de CCR était de 71 ans chez l’homme et de 75 ans chez la femme (10 % des cancers colorectaux sont identifiés avant 50 ans).
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Le taux de survie relative à 5 ans varie en fonction de la classification TNM : – Stade I : 94 % – Stade II : 80 % (après chirurgie) – Stade III : 45 à 60 % (environ 75% après chirurgie et chimio adjuvante) – Stade IV : 10 %
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Epidemiologie analytique
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Le principal facteur de risque d’avoir un cancer colorectal est l’âge supérieur à 50 ans (90 % des cancers co- lorectaux). À partir de 50 ans, le risque d’avoir un cancer colorectal entre 50 à 74 ans sans autre facteur de risque que l’âge est de 3,5 %.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Epidemiologie analytique
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Antécédent familial ou personnel d’adénome ou de CCR y Tout individu avec un antécédent familial de CCR a un risque relatif augmenté de CCR, égal à : – 2,25 en cas d’antécédent familial au 1 er degré de CCR ; – 4,25 en cas d’antécédents familiaux multiples au 1 er degré ; – 3,87 si le cancer du cas index a été diagnostiqué avant l’âge de 45 ans ; – 2,25 si le cancer du cas index a été diagnostiqué entre 45 et 59 ans. y Tout individu avec un antécédent familial d’adénome recto-colique de diamètre > 10 mm ou à contingence vil - leuse (dans la fratrie ou chez les enfants) a un risque augmenté de CCR. y Tout individu aux antécédents personnels de CCR ou d’adénome recto-colique de diamètre > 10 mm ou à contin - gence villeuse a un risque augmenté de CCR
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Epidemiologie analytique
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Lynch

y Pour les personnes avec un syndrome de Lynch, le risque de développer un CCR au cours de la vie est de l’ordre de 70 % chez l’homme et d’environ 50 % chez la femme. Dans la majorité des cas, le cancer se développe au niveau du côlon droit

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Epidemiologie analytique
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Lynch

Les indications de la réalisation d’un test MSI doivent être systématiques dans les situations suivantes (recherche d’un syndrome HNPCC) :

– tout cancer du spectre diagnostiqué avant 60 ans ;
– ≥ 2 cancers du spectre diagnostiqués chez un même individu ;
– ≥ 2 cancers du spectre diagnostiqués chez deux individus apparentés au premier degré avec 2 générations atteintes, et un cas avant 50 ans

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Epidemiologie analytique
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

L’indication d’une consultation d’oncogénétique est retenue en cas de suspicion de syndrome de Lynch :

– 3 cas de CCR dans la même branche familiale, dont 1 avant 50 ans ;
– malade ayant un antécédent personnel de cancer du spectre HNPCC ;
– CCR avant 40 ans (quel que soit le résultat du test MSI) ;
– cancer colorectal avec test MSI positif, c'est à dire MSI en PCR ou dMMR en immunohistochimie

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Epidemiologie analytique
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Lynch

L’analyse du statut MSI permet de sélectionner les patients auxquels il est proposé une analyse génétique constitutionnelle.

Deux méthodes sont disponibles pour déterminer le statut MSI d’un cancer colorectal :

– l’immuno-histochimie, avec des anticorps spécifiques (MLH1, MSH2, PMS2 et MSH6) peut montrer une perte d’expression protéique au niveau des cellules tumorales. L’absence d’expression de l’une de ces protéines au niveau tumoral est fortement suggestive d’un statut Deficient Mismatch Repair (dMMR).
En cas d’extinction de MLH1, la recherche de la mutation BRAF V600E est recommandée. Sa présence signifie que le cancer est sporadique, et donc le séquençage du gène MMR n’est pas nécessaire.
En l’absence de la mutation BRAF V600E ou d’emblée en cas d’extinction de MSH2 ou MSH6 un séquençage des gènes MMR peut être proposé.

– par technique de biologie moléculaire (PCR) après extraction d’ADN à partir de matériel tumoral. La confirmation de la mutation germinale (propre à chaque famille) repose sur l’identification longue et délicate de la mutation (séquençage des gènes MMR). Cette altération sera recherchée par une prise de sang. Si elle est retrouvée, elle permettra de faire le diagnostic de syndrome de Lynch chez les apparentés

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Epidemiologie analytique
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
y La surveillance d’un sujet HNPCC impose un suivi régulier et spécifique : – coloscopie complète tous les 2 ans dès l’âge de 20 ans avec chromoendoscopie par indigo-carmin (pour détecter les adénomes plans) ; – pour les femmes atteintes du syndrome de Lynch, surveillance de l’endomètre dès l’âge de 30 ans avec échographie endo-vaginale tous les 2 ans et prélèvements pour analyse anatomo-pathologique à la recherche de cancer de l’endomètre.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Epidemiologie analytique
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
y La surveillance des patients avec une PAF est définie : – coloscopie avec chromoendoscopie par indigo-carmin et biopsies une fois par an à partir de la puberté (12 ans) ; – chirurgie prophylactique (coloproctectomie totale avec anastomose colo-anale et réservoir) dès que le nombre trop important de polypes empêche une surveillance efficace (vers 20 ans le plus souvent). En l’absence de chirurgie prophylactique, le risque de développer un cancer avant l’âge de 40 ans est de 100 % ; – surveillance endoscopique avec chromoendoscopie annuelle du réservoir (après anastomose iléo-anale tous les 2 ans et 1 fois par an en cas d’anastomose iléo-rectale) – pour les autres tumeurs : fibroscopie œso-gastroduodénale annuelle ou tous les 2-3 ans
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Epidemiologie analytique
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Les facteurs de risque environnementaux y La consommation d’alcool, le tabagisme, le surpoids, l’obésité, la sédentarité, le diabète, la consommation de viande et de charcuterie sont décrits comme des facteurs de risque.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Epidemiologie analytique
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Les antécédents personnels de maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI)

La maladie de Crohn y L’augmentation du risque de cancer colorectal apparaît après 10 ans d’évolution, souvent en cas d’atteinte colique au-delà du sigmoïde. Le risque est d’autant plus élevé que la maladie de Crohn a été diagnostiquée précocement.

La rectocolite hémorragique y De façon similaire, le risque de dégénérescence néoplasique survient après 10 ans d’évolution et il est d’autant plus élevé que la maladie a commencé jeune

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Epidemiologie analytique
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

3 niveaux de risque ont été définis pour le CCR :

– le risque modéré : risque de la population générale de plus de 50 ans.

– le risque élevé : il correspond à des individus ayant : ➢ un antécédent personnel d’adénome ≥ 1 cm ou de CCR ; ➢ un antécédent familial au 1 er degré de CCR ou d’adénome de plus de 10 mm de diamètre survenu avant l’âge de 60 ans ; ➢ une maladie inflammatoire chronique : RCH ou maladie de Crohn, particulièrement en cas de pancolite. ➢ Acromégalie

– le risque très élevé : individus aux antécédents familiaux de PAF ou de syndrome HNPCC et autres polyposes

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Anatomopathologie
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Différents types de polypes

Il existe différents types de polypes :
– des polypes qui ne dégénèrent jamais en CCR : il s’agit des polypes hyperplasiques, hamartomateux et inflammatoires. Les polypes hyperplasiques sont très fréquents (20 à 30 % des personnes de plus de 50 ans) ;

– des polypes avec un risque de dégénérescence en CCR :

  • ➢ ce sont les polypes adénomateux, appelés aussi adénomes.
    Ils se développent à partir des glandes situées dans la muqueuse du côlon et du rectum (les glandes de Lieberkühn). Ils représentent environ 70 % des polypes et sont à l’origine de plus de 80 % des cancers colorectaux. ➢ les adénomes ont une incidence qui augmente avec l’âge (au moins un polype chez 30 % des sujets de 65 ans). Le sexe-ratio H/F est de 2. Un adénome bénin est par définition en dysplasie de bas grade. Un adénome en dysplasie de haut grade est le stade qui précède le statut de carcinome in situ. Le risque de cancérisation d’un adénome est globalement de 2,5 à 10 % suivant la taille.
    • ➢ il existe trois sous-types histologiques (classification OMS) : l’adénome tubuleux, l’adénome tubulo- villeux, et l’adénome villeux.
      L’adénome villeux (5 % des polypes adénomateux) a le risque le plus élevé de transformation cancéreuse (40 %), en particulier s’il est volumineux.
      L’adénome tubulo-villeux (20 % des polypes adénomateux) présente à la fois des caractéristiques de l’adénome villeux et de l’adénome tubuleux avec un risque intermédiaire de transformation cancéreuse entre l’adénome tubuleux et l’adénome villeux.
    • ➢ l’adénome plan a été identifié récemment et correspond à une autre façon de caractériser un adénome. Il s’agit d’une lésion très localisée (< 1 cm de diamètre). Contrairement aux autres adénomes, l’adénome plan ne se développe pas en relief sous forme de polype, mais plutôt à plat (< 1,3 mm d’épaisseur). Les adénomes plans présentent un risque plus important que les autres adénomes de se transformer en cancer
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Anatomopathologie
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Le risque de transformation cancéreuse d’un adénome dépend de plusieurs facteurs : – la proportion du contingent villeux ; – la taille supérieure à 1 cm ; – le nombre : plus le nombre est élevé, plus la probabilité de transformation cancéreuse de l’un d’entre eux augmente ; – polype à base d’implantation sessile ou plat.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Anatomopathologie
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Seuls les polypes adénomateux justifient une surveillance coloscopique :

– coloscopie à 3 ans si adénome de taille ≥ 1 cm ou plus de 3 polypes hyperplasiques et/ou si dysplasie de haut grade
– en cas de coloscopie normale, contrôle à prévoir à 5 ans
– après résection d’un adénome sessile de plus de 2 cm, un contrôle à 1 an s’impose
- en cas de mauvaise préparation, de résection non monobloc ou d'examen incomplet, un contrôle rapproché (0 - 3 mois) doit être programmé.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Anatomopathologie
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Les tumeurs malignes

y La très grande majorité des cancers colorectaux sont des adénocarcinomes : – adénocarcinome lieberkühnien dans 80 % des cas ; – adénocarcinome mucineux ou colloïde muqueux.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Histoire naturelle
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Histoire naturelle des cancers colorectaux y Les différentes étapes de l’histoire naturelle du cancer colorectal peuvent être résumées schématiquement : – Phase d’initiation : dans 80 % des cas, le cancer colorectal se développe à partir d’un adénome colorectal. Les lésions, d’abord de dysplasie de bas grade, évoluent vers une dysplasie de haut grade pour atteindre en 10 à 15 ans le stade de carcinome in situ (sans franchissement de la lame basale). – Phase de progression locale : le franchissement de la musculaire muqueuse avec envahissement de la sous- muqueuse colorectale correspond au stade de cancer invasif T1. La progression en profondeur concerne ensuite la musculeuse puis la séreuse (mésorectum pour le rectum) pour atteindre les organes de voisinage. – L'invasion lymphatique débute par les premiers relais ganglionnaires au niveau paracolique. À un stade avancé, la progression ganglionnaire peut dans certains cas atteindre le ganglion sus-claviculaire gauche (ganglion de Troisier). – Les métastases sont décrites principalement au niveau hépatique. Les autres organes concernés sont le péritoine (et les ovaires chez la femme), les poumons, et plus rarement l’os et le cerveau. Pour le rectum, les veines rectales supérieures se drainent dans le système porte, alors que les veines rectales moyennes et inférieures se drainent dans le système cave : il y a donc possibilité pour les cancers du rectum d’une évolution métastatique pulmonaire sans atteinte hépatique.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Circonstances de découverte
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Une anomalie biologique y Anémie ferriprive par saignement digestif occulte (côlon droit surtout)
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Circonstances de découverte
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Des signes fonctionnels digestifs à l’interrogatoire y Douleurs abdominales. y Troubles du transit d’apparition récente ou modifications d’une symptomatologie ancienne avec alternance diar - rhée/constipation. y Rectorragies (côlon gauche) ou méléna (côlon droit). y Syndrome rectal (cancer du rectum) avec épreintes et ténesmes. y L’interrogatoire recherche aussi la date du dernier dépistage et les facteurs de risque : antécédent personnel ou familial de polypes, de cancer colorectal, antécédent personnel de MICI
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Circonstances de découverte
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Des complications digestives y Occlusion, perforation, péritonite. y L’occlusion est plus fréquente au niveau des tumeurs du côlon gauche (petit diamètre, selles solides et développe - ment d’une masse tumorale sténosante en virole)
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Diagnostic
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Tumeurs du côlon et du rectum - Diagnostic

Diagnostic positif :

– Coloscopie totale (Figure 1) avec biopsies multiples de la masse suspecte et résection des polypes visualisés pour analyse histologique (bilan d’hémostase au préalable, arrêt des anticoagulants/antiagrégants).
– Le patient est informé des modalités pratiques de la coloscopie et de ses risques. La préparation colique préalable associe régime sans résidu et laxatifs osmotiques per os (PEG).

– Le diagnostic de certitude est histologique : adénocarcinome lieberkühnien dans la majorité des cas.

– Le colo-scanner (scanner hélicoïdal avec remplissage par du CO 2 du côlon après insufflation au niveau du rectum et reconstruction 3D des images) est proposé en cas de tumeur obstructive ne laissant pas passer le coloscope. Il permet la recherche de lésions synchrones du rectum et du côlon (polype ou cancer synchrone), mais la biopsie n’est pas possible

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5080047029516]
Tumeurs du côlon et du rectum - Diagnostic
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Diagnostic
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Dans tous les cas

Réalisation d’un scanner thoraco-abdomino-pelvien, sans et avec injection de produit de contraste iodé, à la recherche de métastases (sites principaux : foie, poumon et péritoine). y Les autres examens sont déterminés par les signes d’appel clinique : le TEP-TDM n’est indiqué qu’en cas de suspicion d’évolution métastatique (ex : élévation de l’ACE) avec un scanner thoraco-abdomino-pelvien normal.

y Bilan biologique : dosage de l’antigène carcino-embryonnaire (ACE) en pré-opératoire, recommandé mais non obligatoire, avec une valeur pronostique et un intérêt pour le suivi.

y Bilan hépatique complet, NFS-plaquettes, ionogramme sanguin, urée et créatinine sanguines.

y Bilan nutritionnel pré-thérapeutique, bilan gériatrique le cas échéant.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Diagnostic
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Bilan d’extension spécifique au cancer rectal

Le siège de la tumeur est défini à partir de son extrémité inférieure (bas rectum : 0 à 5 cm de la marge anale ou à 2 cm ou moins du bord supérieur du sphincter ; moyen rectum : > 5 à 10 cm de la marge anale ou de > 2 à 7 cm du bord supérieur du sphincter ; haut rectum > 10 à 15 cm de la marge anale ou à plus de 7 cm du bord supérieur du sphincter

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




[unknown IMAGE 5080055942412]
Tumeurs du côlon et du rectum - Diagnostic
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs #has-images
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Diagnostic
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Bilan d'extension spécifique au cancer RECTAL

  • IRM pelvienne, systématique pour les grosses tumeurs : – elle est réalisée en séquence T2 et T1 en saturation de graisse, avec et sans injection de gadolinium ; – c’est un examen indispensable pour les tumeurs circonférentielles, sténosantes, suspectes d’être T3 ou T4 ; – elle évalue les caractéristiques de la tumeur rectale (siège, dimension, localisation exacte par rapport au sphincter anal) ; – et permet le bilan d’extension loco-régionale : ➢ extension de la tumeur dans la paroi rectale et le mésorectum, envahissement des organes de voisinage ; ➢ évaluation de la marge latérale : distance la plus courte entre tumeur et fascia recti (limite externe du mésorectum) ; ➢ évaluation de la marge distale : distance entre le pôle inférieur de la masse rectale et la ligne ilio-pectinée ; ➢ visualisation d’éventuelles adénopathies de voisinage (mais faible spécificité et nombreux faux positifs).

  • L’écho-endoscopie rectale permet un bilan d’extension précis : – en particulier pour les tumeurs limitées à la paroi rectale (T1 et T2). Elle utilise une classification usTN dérivée du TNM ; – elle évalue le degré d’envahissement de la paroi rectale (usT) et le statut ganglionnaire.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Traitement
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
y L’extension locale (T) et métastatique (M) conditionne la résécabilité : – absence de lésion métastatique (M0) : résection première de la tumeur primitive. NB : Une contre-indication est l’envahissement des organes de voisinage empêchant une résection en bloc de type R0 du cancer et des organes et structures envahies. Une chimiothérapie pré-opératoire peut dans ce cas être discutée dont l’objectif est la diminution du volume tumoral pour rendre résécable la lésion
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Traitement
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Principe

y Voie d’abord : laparotomie médiane ou cœlioscopie. y Exploration de la cavité abdominale et prélèvements des lésions suspectes (nodules péritonéaux, ascite…). Une échographie per-opératoire peut être pratiquée en cas de doute sur des métastases hépatiques. y Exérèse de la tumeur primitive avec une marge distale et proximale d’au minimum 5 cm. L’exérèse est monobloc (avec méso-côlon attenant) ; avec curage ganglionnaire (au moins 12 ganglions) après ligature première des vaisseaux

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Traitement
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
y Les types de résection sont : – côlon droit : hémi-colectomie droite, curage ganglionnaire et rétablissement de la continuité par anastomose iléo-transverse ; – sigmoïde et côlon gauche : colectomie segmentaire ou hémi-colectomie gauche, curage ganglionnaire et rétablissement de la continuité par anastomose colorectale ; – jonction recto-sigmoïdienne : résection recto-sigmoïdienne avec marges de 5 cm en amont et en aval, curage ganglionnaire avec anastomose colorectale ; – pour les syndromes de Lynch (HNPCC) et les polyposes, décision d’expert
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Traitement
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Traitement chirurgical des CCR compliqués

y En cas d’occlusion : l’intervention est une colostomie première, faite le plus près possible en amont de la tumeur, suivie après 8-15 jours d’une résection avec anastomose emmenant la colostomie. La mise en place d'une prothèse colique n'est à envisager qu'en situation très palliative et doit être évitée en situation curative)

y En cas de perforation ou de péritonite : l’intervention est une colectomie carcinologique sans rétablir la conti - nuité digestive avec double stomie (une d’amont et une d’aval avec rétablissement de la continuité digestive dans un deuxième temps). Quand l’extrémité distale (moyen/ bas rectum) ne peut être abouchée à la peau, une intervention de Hartmann est réalisée (segment rectal, en général haut rectum obturé et laissé dans le ventre). L’alternative, en l’absence de péritonite est une résection segmentaire avec anastomose en un temps ou une colectomie subtotale ou totale avec anastomose iléo-sigmoïdienne ou iléo-rectale.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Traitement
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Cancer du haut rectum : – exérèse du rectum et du méso-rectum jusqu’à 5 cm sous le pôle inférieur de la lésion, curage ganglionnaire para-rectal ; – rétablissement de la continuité par anastomose colorectale mécanique. Si l’anastomose est basse, sous la ligne de réflexion du péritoine, une iléostomie temporaire de protection (fermeture à 2 mois) est préférable pour protéger l’anastomose
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Traitement
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Cancer du moyen rectum : – exérèse complète du rectum et du mésorectum, curage ganglionnaire para-rectal, rétablissement de continuité par anastomose coloanale protégée ; – l’adjonction d’un réservoir colique en J de 5 à 6 cm de longueur est recommandée lorsque la résection ne préserve pas au moins 3 cm de moignon rectal au-dessus du plan des releveurs.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Traitement
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Cancer du bas rectum : – exérèse complète du rectum et du méso-rectum, curage ganglionnaire para-rectal ; – si marge distale macroscopique de 1 cm au moins : anastomose coloanale protégée avec réservoir colique ; – si marge distale inférieure à 1 cm (en particulier, si la tumeur envahit le muscle strié, sphincter ou releveur) ou en cas de raison particulière (incontinence pré-opératoire ancienne) : amputation abdomino-périnéale
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Traitement
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

La chimiothérapie adjuvante

y Objectif de la chimiothérapie adjuvante (post-opératoire) : diminuer les risques d’évolution métastatique.
y Indication : cancers du côlon stade III (c’est-à-dire N+).

– En effet, pour les stades III, le risque d’évolution métastatique est de 40 à 50 %. Le bénéfice en survie globale d’une chimiothérapie adjuvante est de l’ordre de 15 à 20 %. La chimiothérapie de référence associe une fluoropyrimidine (5-fluoro-uracile ou capecitabine) à l’oxaliplatine. Le 5-fluoro-uracile (5FU) est administrée par voie intra-veineuse en combinaison à l’acide folinique (protocole FOLFOX) ou la capecitabine (qui est une prodrogue du 5FU) est admistrée par voie orale avec l’oxaliplatine (protocole FOLFOX). L’intérêt de l’oxaliplatine n’est pas démontré chez les patients de plus de 70 ans. La durée du traitement adjuvant est à discuter en RCP (Réunion de Concertation Pluridisciplinaire) et est de 3 à 6 mois, suivant le protocole de chimiothérapie et la classification TNM.

– Il n’y a pas d’indication d’une chimiothérapie adjuvante pour les stades I.

– Pour les stades II, le risque de récidive (essentiellement métastatique) est de 20 %, c’est-à-dire que 80 % des patients sont guéris par la chirurgie seule. Le bénéfice en survie globale d’une chimiothérapie adjuvante est modéré (2 à 5 % en valeur absolue). L’indication d’une chimiothérapie (par fluoropyrimidine seule dans la plupart des cas) est une décision d’expert discutée en RCP. Elle peut être réservée aux patients avec des facteurs de risque de rechute (T4, tumeur perforée, moins de 12 ganglions analysés).

y Pour les cancers du rectum, la chimiothérapie adjuvante (protocole FOLFOX) est indiquée lorsque l’examen histologique de la pièce chirurgicale retrouve un envahissement ganglionnaire péri-tumoral (stades III post- opératoires, pré-traités ou non par radiothérapie ou radio-chimiothérapie pré-opératoire)

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Traitement
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Radiothérapie et association radio-chimiothérapie du cancer du RECTUM

y La radiothérapie pré-opératoire diminue de moitié le risque de rechute locale (risque évalué entre 5 et 10 % après chirurgie).

y L’association d’une chimiothérapie concomitante (capécitabine) à la radiothérapie (45 à 50 Gy en 5 semaines) augmente la réponse tumorale et diminue le taux de récidive locale à 5 ans par rapport à la radiothérapie seule.

y Une radiothérapie (25 Gy en 5 jours ou 45 à 50 Gy en 5 semaines) ou radio-chimiothérapie pré-opératoire (45 à 50 Gy en 5 semaines avec capécitabine) est recommandée pour les cancers T3-T4 et/ou N+ du moyen et bas rectum, afin de diminuer le taux de récidive locale.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Suivi
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
y Coloscopie : – si la coloscopie initiale était incomplète, ou de mauvaise qualité, ou non réalisée en pré-opératoire : à répéter dans les 6 mois post-opératoires ; – si la coloscopie initiale était complète : contrôle à 2 ou 3 ans puis tous les 5 ans, si normale. Le rythme dépend de la présence ou non d’adénomes ; – arrêt de la surveillance endoscopique après 75 ou 80 ans (non consensuel) si la coloscopie est normale.
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Traitement (stades IV)
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
Principes thérapeutiques des CCR métastasés (stade IV) y Les métastases sont observées dans 40 à 60 % des CCR : – métastases synchrones : elles sont diagnostiquées en même temps que la tumeur primitive ; – métastases métachrones : elles sont diagnostiquées à distance de la résection de la tumeur primitive. y Malgré les progrès des chimiothérapies et des thérapies ciblées, seule la résection chirurgicale des métastases peut parfois guérir les patients. Elle doit toujours être discutée en RCP en présence d’un oncologue médical, d’un gastro- entérologue, d’un chirurgien, d’un anatomo-pathologiste et d’un radiologue
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Traitement (stades IV)
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Traitement à visée curative des métastases y L’exérèse chirurgicale des métastases hépatiques n’est indiquée que si une exérèse macroscopiquement complète (R0) est possible. y En cas d’exérèse chirurgicale complète des métastases, la survie globale à 5 ans est d’environ 30 %. y La destruction complémentaire de certaines des métastases par radiofréquence percutanée ou per-opératoire peut être discutée dans certains cas. y Une embolisation portale pré-opératoire est parfois nécessaire pour provoquer une hypertrophie du foie que le chirurgien compte conserver. y Un minimum de 30 % de foie restant est nécessaire à une fonction hépatique post-opératoire satisfaisante. y Une chimiothérapie avant ou après l’exérèse des métastases (FOLFOX ou CAPOX) est recommandée. y Certaines métastases initialement non résécables peuvent devenir résécables après chimiothérapie, éventuelle - ment associée à des thérapies ciblées.

y En cas de carcinose péritonéale isolée, une chirurgie d’exérèse de cette carcinose, associée à une chimiothérapie péri-opératoire (3 mois de chimiothérapie avant chirurgie et 3 mois après), quand elle est possible, doit être effectuée.

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum - Traitement (stades IV) PALLIATIF
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

Les thérapies ciblées :

– les anti-angiogéniques, qui bloquent la formation de nouveaux vaisseaux dans et autour de la tumeur (bévacizumab, aflibercept et régorafénib) ; –

les anticorps anti récepteurs de l’Epidermal Growth Factor (EGFR) : ils ralentissent la prolifération tumorale (cétuximab et panitumumab). La recherche d’une mutation dans la tumeur des gènes KRAS et NRAS permet de prédire la non réponse à ces traitements. L’indication est réservée aux patients avec une tumeur KRAS et NRAS sauvage (gènes non mutés) ;

– L’utilisation des thérapies ciblées associées aux chimiothérapies (stratégies avec plusieurs lignes) permet d’obtenir des médianes de survie de 25 à 30 mois chez les patients avec métastases non résécables

- Le phénotype MSI/dMMR a émergé comme un facteur prédictif majeur de l'efficacité des inhibiteurs de checkpoints immunitaires (Ac anti-PD1/PDL1 et anti-CTLA4), qui n'ont pas encore d'AMM dans cette indication en janvier 2019

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
En situation métastatique, et quand les métastases ne peuvent être reséquées, l’utilisation de thérapies ciblées (anti-angiogéniques, anticorps anti récepteurs de l’Epidermal Growth Factor, EGFR) associées aux chimiothérapies (fluoropyrimidines, oxaliplatine et/ou irinotécan) permet d’obtenir, avec des stratégies comprenant plusieurs lignes, des médianes de survie de 25 à 30 mois chez des patients avec métastases non résécables
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs

12. Les CCR de stade I (T1 ou T2, N0) sont guéris par résection endoscopique ou chirurgicale.

13. Les tumeurs de stade II (T3 ou T4, N0) sont guéries dans 80 % des cas par la chirurgie seule.

14. Les tumeurs de stade III (N+) rechutent dans environ 50 % après chirurgie de la tumeur primitive. L’indication d’une chimiothérapie adjuvante doit être retenue.

15. Les tumeurs de stade IV (M+) ont des survies inférieures à 10 % à 5 ans

statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Tumeurs du côlon et du rectum
#298 #Colon #Cours #Facultaires #HGE #Hepato-Gastro-Enterologie #Médecine #Oncologie #Rectum #Tumeurs
LE COUP DE POUCE DE L’ENSEIGNANT 1. Le dépistage de masse (population à risque modérée) et le dépistage individuel (population à risques élevé et très élevé) répondent à des situations cliniques précises et définies. 2. Les adénomes (ou polypes adénomateux) ont un risque de dégénérescence en CCR, et en particulier la composante villeuse. Les polypes hyperplasiques ne dégénèrent jamais. 3. Les cancers du rectum peuvent être à l’origine de métastases pulmonaires sans métastases hépatiques. 4. Le TEP-TDM n’est indiqué qu’en cas de suspicion d’évolution métastatique (ex : élévation de l’ACE) avec un scanner thoraco-abdomino-pelvien normal. 5. La chirurgie des métastases doit toujours être discutée en réunion de concertation pluridisci- plinaire
statusnot read reprioritisations
last reprioritisation on reading queue position [%]
started reading on finished reading on

pdf

cannot see any pdfs




Flashcard 5080119643404

Tags
#wolfram-mathematica
Question
What is Normal[expr] ?
Answer
converts expr to a normal expression from a variety of special forms.

statusnot learnedmeasured difficulty37% [default]last interval [days]               
repetition number in this series0memorised on               scheduled repetition               
scheduled repetition interval               last repetition or drill